Coups de coeur du mois d’Août 2018

Coup de coeur de GeekLette : Russian Railroads (2 à 4 joueurs, 12 ans et plus, 1h30)

Dans le placement d’ouvriers, Russian Railroads a rien à envier aux jeux modernes. Sorti en 2013, il n’a pas perdu un seul cheveu ou une seule dent (rayez la mention inutile) ! Malgré le comptage des points à chaque manche un peu lourd, le jeu est tellement fluide et lisible qu’on oublie très vite ses petits défauts.

Je n’ai pas encore testé les extensions proposées tant le jeu de base est déjà parfait, mais j’avoue que ressortir le jeu m’a donné envie de le découvrir sous une autre forme car il faut l’admettre j’ai un peu fait le tour de ce Dieu de la pose d’ouvriers.

Le blog nous incite à découvrir beaucoup de jeux mais il faut savoir aussi reconnaître que sortir un jeu qu’on aime sans avoir besoin de le chroniquer nous fait profiter de la partie. Merci à El Stefano pour cette partie épique ! Vive les conducteurs :p

Russian railroads n’est plus en vente en boutique Philibert, mais vous le trouverez d’occasion sur Okkazeo

Coup de coeur de Gégé : Mystic Vale (2 à 4 joueurs, 14 ans et +, 1h)

On ne le présente plus tant il a fait le buzz à Essen en 2016. Mais je l’ai découvert tardivement car notre ludothèque déborde.

J’ai adoré la rouste foutue à GeekLette mais en dehors de ça :

  • le stop ou encore est juste magique ! on pousse les autres à continuer alors que nous, on est prudent mdr
  • évolution des cartes qui donne une diversité de jeu énorme
  • réflexion avant de compléter les cartes : ne pas multiplier les arbres rouges sur une seule carte, faire gaffe à l’emplacement du pouvoir (en haut, milieu, en bas), espérer avoir des casques là où il faut etc

Par contre, ce que je n’aime pas c’est que c’est en anglais et qu’une traduction est carrément nécessaire pour les anglophobes, même si l’anglais n’est pas si difficile que ça.

Mystic Vale est disponible chez Philibert au prix de 44,95 €

Coup de coeur de Lian’ : Everdell (1 à 4 joueurs, 13 ans et +, 40 à 80 minutes)

Auteur : James A. Wilson, illustrateur : Andrew Bosley, Editeur : Starling Games (II)
Everdell est un projet Kickstarter que j’ai soutenu au début de l’année 2018, qui devait être livré en fin d’année mais qui a eu une certaine avance vu que je l’ai reçu cet été ! C’est assez rare pour le noter, alors bravo à l’éditeur !
Il faut bien avouer qu’au départ j’avais soutenu ce titre lors de sa campagne de financement participatif car c’était « vraiment très beau » et ça semblait « marcher sur le papier ». J’avait un engouement limité sur les mécaniques mais bon, j’ai craqué quand même… Les voies du KS sont impénétrables, dirons nous ! Et à la réception du colis, c’est vrai que c’est carrément sublime ! Le travail d’édition et d’illustration permet de se plonger dans un véritable conte, où les petites créatures de la forêt sont toutes plus chatoyantes et attendrissantes les unes que les autres. Le matériel n’est pas en reste, avec des meeples ouvriers à l’effigie d’écureuils et autres hérissons, des ressources ultra thématiques (des petits galets, des brindilles,… et des petites baies violettes du plus bel effet), et un plateau central ravissant, au format atypique avec un arbre en 3D faisant office de compte tour, réserve d’ouvriers et distributeur de cartes ! Bref, sur le coté beau,immersif et original on nous a pas menti !
Quid du jeu en lui même, de ses mécaniques ? Eh bien, là non plus, on nous a pas mentis : ça marche sur le papier aussi bien que sur le table ! Everdell est un jeu qui mélange habillement les genres, mixant tour à tour jeu de pose d’ouvriers et de gestion de ressources, avec jeu de gestion de main et de construction de tableau de cartes. En effet, à votre tour vous allez avoir le choix entre trois actions distinctes : vous pouvez placer un ouvrier sur le plateau ou sur une carte le permettant (afin de piocher des cartes, récolter des ressources, déclencher des effet, …), jouer une carte de votre main ou de la plaine centrale afin de la placer dans votre ville, ou enfin, vous préparer à la saison suivante en déclenchant une action d’inter-saison.
Le but d’Everdell étant de construire une ville prospère (pour gagner des points), vous allez donc devoir gérer habilement vos ouvriers, afin de disposer des ressources nécessaires pour poser des cartes et créer des combos et une bonne synergie entre elles. Car le jeu est bien plus profond qu’il n’y parait : les combos à créer entre les cartes de votre villages peuvent vous permettre de déclencher énormément d’actions, et une mécanique de chaînage vous permet d’optimiser votre gestion de ressources. Ajouter à cela des opportunités de scorings via des événements, ou des cartes spéciales, et vous avez là un jeu ultra complet et rejouable, dont la profondeur n’a d’égale que sa beauté (oui envolée lyrique de ma part, mais il le mérite vraiment !) !
Si vous voulez plus de précisions quant aux mécaniques du jeu, j’ai écrit un petit morceau pour GeekLette sur l’article Sélection GenCon 2018 détaillant plusieurs aspects d’Everdell.
Ce jeu est donc un coup de coeur instantané, tant sa profondeur et sa beauté m’ont bluffé : il arrive directement dans mon top 10 des jeux medium. L’intérêt pour le titre ne se tarit pas même après une dizaine de parties, et je dois noter aussi que le mode solo que propose le jeu s’avère à la fois coriace et rapide, ce qui vous permettra d’apprendre le jeu ou bien de tenter d’affronter un challenge intéressant. Encore une fois, et j’en suis navré, je présente un jeu seulement disponible en VO, mais si cela vous intéresse, sachez qu’une seconde campagne Kickstarter aura lieu vers le 10 Septembre 2018, afin de financer une seconde impression du jeu de base ainsi qu’une toute nouvelle extension (et pourquoi pas une VF si les éditeurs lisent cet article ?) !

Coup de coeur de BDPhilou : Five Tribes (2 à 4 joueurs, 13 ans et +, 1h)

Un jeu de Bruno Cathala
Illustré par Clément Masson (qui n’a pas son nom sur la boite, sacrilège!)
Edité par Days Of Wonder
Pour être tout à fait franc avec vous, le jeu auquel j’ai le plus joué ce mois d’août fût « The Mind » en tête à tête avec ma femme. Pourtant, je n’en ai pas fait mon jeu du mois pour 2 raisons :
  • La 1ère, c’est que j’ai déjà écrit tout le bien que je pense de cette excellente « expérience » dans l’article consacré à ma valise pour les vacances.
  • La 2ème, et la plus importante, c’est que j’ai redécouvert l’excellent Five Tribes de Bruno Cathala magnifiquement illustré par Clément Masson.
Alors oui, Five Tribes n’est pas une nouveauté et il a reçu à très juste titre le prestigieux Prix de l’As d’Or. Alors pourquoi diable parler encore de ce jeu que les puristes connaissent déjà par cœur. Et bien parce que, à titre personnel, j’ai tendance à beaucoup jouer aux jeux que je viens d’acheter et puis à les ranger sans y retoucher pendant un long moment. La nouveauté en chasse une autre. Pour cette rentrée, j’ai décidé de fonctionner différemment en me penchant en priorité sur les jeux que je possède. Donc, en regardant ma ludothèque avant de procéder à tout nouvel achat. Ainsi, j’ai immédiatement eu envie de rejouer à Five Tribes que j’avais trop longtemps laissé de côté. Et quelle belle redécouverte!
Petit rappel express des règles : dans Five Tribes, les joueurs vont devoir profiter au maximum des faveurs accordées par les 5 tribus afin de devenir le nouveau Sultan de Naqala. Il sera même possible d’invoquer des Djins pour vous aider dans cette tâche. Le jeu repose sur une mécanique très proche de l’Awélé mais nettement plus approfondie. Un tour de jeu commence par une astucieuse mécanique d’enchères pour définir l’ordre du tour. Par la suite, chaque joueur va prendre l’ensemble des meeples présents sur une tuile de son choix et les semer un à un afin de définir un chemin jusqu’à une nouvelle tuile. Il est impératif que la tuile d’arrivée contienne au moins un Meeple de la même couleur que celui qui est posé dessus. Enfin le joueur prend tous les Meeples de la même couleur et en applique l’effet (Obtenir des cartes Marchandises, activer des Bâtisseurs, récupérer des Sages ou des Vizirs ou demander à un assassin d’éliminer un autre Meeple). Après cela, il faut appliquer les effets de la tuile d’arrivée et si celle-ci est vide, en prendre possession à l’aide de son chameau. Le vainqueur est évidement le joueur ayant accumulé le plus de Points de Victoire durant la partie.
Si vous ne connaissez pas ce jeu, sachez que de prime abord les règles peuvent paraître un peu complexes. Ce sentiment sera confirmé si vous ne connaissez que les Aventuriers du Rail, par exemple. Pourtant, même pour des novices, dès la 2ème partie, les parties seront beaucoup plus agréables car les différentes opportunités qui sembleront beaucoup évidentes. A partir de là, les parties deviennent passionnantes et les tours, particulièrement fluides. Il est aussi important d’ajouter que le jeu est aussi bon à 2, 3 ou 4 joueurs et que les scores sont souvent très serrés. En ce moment, c’est le jeu auquel j’ai le plus envie de jouer. Si vous le possédez déjà, rejouez-y! Vous aurez peut-être le même plaisir de la redécouverte que moi. Si vous n’y avez pas encore joué, sachez que je vous envie car vous allez découvrir un jeu à la rejouabilité jubilatoire !
Five Tribes est disponible chez Philibert au prix de 49 € ; les extensions sont aussi disponible ici et .

 

Coup de coeur de Cilou : Otys (2 à 4 joueurs, 14 ans et +, 1h30)

Et oui honte à moi je n’avais pas participé à la Battle qui a déchiré la Geeklette Team car je ne le connaissais pas ! Erreur réparée puisque j’ai enfin pu tester ce mois-ci l’objet de discorde !
Et je dois dire que j’ai beaucoup aimé ! Otys est pour moi un bon jeu de développement, programmation et d’optimisation !
A son tour on active une des niveaux de sa « colonne de plongeurs » et donc le plongeur associé (et son pouvoir) en vue de remporter des contrats et donc des points de victoire !
Le plongeur ainsi activé remonte à la surface faisant se décaler les autres le long de la « colonne de plongeurs »
En plus de ça on doit défausser le jeton du niveau activé qui devient donc inaccessible jusqu’à ce que tous les niveaux soient joués !
C’est très simple… oui sauf que !
  • On peut éventuellement maintenir le plongeur au même niveau en payant un peu…
  • On peut aussi rejouer un niveau en utilisant un jeton joker… mais il y a des conséquences sur la suite du jeu …
  • Et évidement on peut upgrader son jeu au fur et à mesure de la partie pour récupérer les niveaux plus vite, ou permettre plus d’adaptabilité chez nos amis plongeurs…
Difficile en fait de décrire ce jeu sans y jouer tant il y a de possibilités !
C’est prise de tête à souhait ! J’avoue qu’à la première partie au début j’avais du mal à savoir quoi faire tant il y a de possibilités ! Chacune de ses actions est lourde de conséquence et il faut donc un minimum réfléchir ! En plus nos satanés adversaires vont contrecarrer nos plans… Certains trouveront ça chaotique mais moi je trouve ça plutôt amusant et intéressant de devoir s’adapter ! Je pense même que c’est LE plus du jeu qui sinon aurait été trop calculatoire (ou trop simple pour les calculateurs) !
Bref à la fin de la partie (et là toute de suite en écrivant ces lignes), j’avais très envie d’y rejouer et ça pour moi c’est plutôt bon signe !

Coup de coeur d’AlexP : Fini!

Fini !, de Friedemann Friese, avec des illustrations de Harald Lieske, chez Edge pour la VF et 2F-Spiele pour la VO.

Jeu solo, 10+, durée annoncée 30-45 minutes, 11,50 € chez Philibert.

Comme le descriptif d’Edge l’indique, ce jeu est un … simulateur de travail !

Une journée comme tant d’autres au boulot. Commencez à trier des dossiers et essayez de ne pas vous endormir. Si vous avez besoin d’un petit coup de caféine ou d’une petite dose de sucre, vous avez à votre disposition un stock limité de café et une petite réserve de Bonbons pour vous aider à archiver vos dossiers et en avoir enfin Fini !

Dans ce jeu vous disposez donc d’un deck de 48 cartes numérotées de 00:01 à 00:48 que vous devez archiver dans l’ordre au fur et à mesure que vous parcourez le deck (mélangé avant la partie).

Au début de votre tour vous piochez 3 cartes et les mettez dans votre présent, vous collectez éventuellement des bonbons, vous archivez les cartes archivables puis vous activez vos actions en payant en bonbons, vous mettez éventuellement des cartes dans le(s) futur(s) et enfin vous déplacez le contenu du présent vers le passé, dans l’ordre de votre choix (en gagnant des bonbons si vous arrivez à faire des suites), et mettez des cartes sous le deck de sorte à n’avoir plus que 3 cartes dans le passé. Au début du tour suivant vous reconstituez un présent, y ajoutez le futur le plus proche et continuez jusqu’à la fin de la partie. A chaque passage de la carte 00:48 du présent vers le passé vous devez remettre un café dans la boîte (et si vous ne pouvez pas le faire vous perdez) et vous gagnez si vous arrivez à archiver la carte 00:48

Le jeu est très mécanique (simulateur de boulot …), très procédurier (8 étapes à chaque tour), nécessite un peu de mémorisation (on archive en début de tour donc on retient des séquences de 3 cartes afin de ne pas faire d’action de pioche au mauvais moment) et avec une direction artistique très sobre (voir ci-dessous) pas particulièrement engageante mais qui évite toute confusion en cours de partie. A noter qu’en fin de partie les cartes archivées forment un « flip book » qui représente une femme qui alternativement s’endort devant son ordi et boit du café.

Rejouabilité ? Le jeu n’est pas facile à gagner en mode facile et possède plusieurs niveaux de difficulté. Pour moi ce jeu est donc très rejouable, avec un bémol : le résultat est binaire (victoire / défaite) et donc une fois un niveau de difficulté « battu » (au bout de 8 parties dans mon cas), je pense que le jeu restera pendant un moment sur une étagère avant de ressortir.

Matériel ? Le matériel est simple et fonctionnel. Le seul point négatif est le format exotique des cartes pour les gens qui utilisent des protège-cartes. Le deck n’est pas mélangé, on est fréquemment amené à le prendre en main, y ajouter/prendre des cartes et le reposer. Le livre de règles suggère même de le garder en main toute la partie.

Les règles ? Très détaillées (avec des exemples) et accompagnées d’un glossaire qui détaille toutes les actions (et indique sur quelles cartes ont les trouve).

Bilan ? Le jeu n’est pas aussi génial que Vendredi du même auteur mais est quand même un excellent jeu solo si on accroche à sa mécanique.

Coup de TruffeAuVent : Codenames Duo

En ce mois d’août, nous avons ressorti avec grand plaisir le jeu codenames Duo !
Exceptionnellement, me voilà à mettre en avant un jeu coopératif 🙂 mais j’aime bien ces jeux où il y a des associations d’idées.
Cette version de codenames (dont on vous a déjà parlé ici où ) permet de jouer à deux ensemble.
Les joueurs auront maximum 9 tours pour faire deviner 15 mots. La carte identifiant les mots est recto verso, chaque joueur a 9 mots de son côté et 3 sont communs aux 2 joueurs. Il y a par contre 3 mots assassins de chaque côté !
C’est hyper chaud, et vraiment une très bonne version de ce jeu pour 2.
Je suis fan… ayant un côté collectionneuse, j’essaie de mettre la main sur les versions Disney et Marvel ! je me vois bien mixer toutes ces boîtes !!!
[réponse de GeekLette : vive Essen pour trouver ces éditions, je dois revenir avec celle de Disney aussi]
Codenames Duo est disponible chez Philibert au prix de 17,90 €

Coup de coeur de nj : Gloom

Gloom est un petit jeu de gestion de mains bien sympathique que j’ai découvert récemment mais qui en est déjà à sa 2nde édition et sa énième extension.

Ce qui m’a plu d’emblée ce sont les cartes, transparentes, et l’humour noir et décalé puisque dans ce jeu il faut tuer ses personnages en faisant en sorte qu’au moment de leur mort ils aillent le moins bien possible. Aucune place pour le bonheur et la bonne humeur, sauf autour de la table bien sûr 🙂

En début de jeu, chaque joueur choisit/reçoit une famille de 5 personnages, tous plus glauques les uns que les autres, des cartes Evénement ou des cartes Mort prématurée.

A son tour de jeu, le joueur pourra poser deux cartes sur un de ses personnages ou sur un personnage d’un adversaire. Il pourra aussi défausser une ou deux cartes s’il n’a rien d’intéressant en mains. Ensuite, on refait sa main à 5 cartes (sauf carte Evénement disant le contraire).

A noter, on ne peut tuer un personnage lors de sa 2nde action.

Les textes sur les cartes permettent de créer des histoires et c’est tout le sel du jeu : la vieille douairière qui avait fait un beau mariage (pas de chance pour elle, +15) est finalement tombée dans les escaliers (-10) puis a contracté la petite vérole (-15) pour finalement mourir dévorée par ses chiens (-20).

Le but est bien sûr de faire mourir ses personnages lorsqu’ils sont au plus bas pour marquer un maximum de points à la fin et de remonter le moral de ceux des autres.

On peut même ressusciter un personnage avec une carte particulièrement retors !

Le jeu s’arrête lorsqu’une famille a été entièrement décimée et on compte les points.

Le jeu est très simple à prendre en mains, il suffit de lire les cartes. C’est rapide, fluide, il faut équilibrer entre jouer sa propre famille et surveiller les familles des autres. Evidemment il faut aimer l’humour noir et avoir un peu d’imagination 🙂

Gloom est disponible chez Philibert au prix de 24,95 €

Coup de coeur de Mr NeiL : Sagrada

On en a beaucoup mais c’est pas grave.

Vous devez créer le plus beau vitrail de la Sagrada Familia ! Vos pièces de verre sont représentées par des dés, qui ont une couleur et une nuance – indiquées par les valeurs sur les dés (plus la valeur est faible, plus la nuance est claire).

À chaque tour, les joueurs se relaient à partir d’un pool de dés et placent ces dés sur leur fenêtre.

Les joueurs doivent les placer dans les limites de couleur et d’ombre sur leur carte de fenêtre sans ne jamais avoir des dés adjacents de la même couleur ou valeur, pour ce faire vous avez la possibilité d’utiliser 3 « cartes outils », qui permettent de modifier les règles de placement. Pour les utiliser il vous faut placer une perle dessus (ou 2 si quelqu’un l’a déjà utilisé), perle qui vous aurez reçu au départ en choisissant la difficulté du vitrail à réaliser.

Le jeu se déroule en 10 rounds.

Chaque joueur possède un objectif Personnel, et 3 objectifs commun. A la fin le décompte s’effectue en fonctions de ces objectifs et du nombre de perle qu’il reste.

Sagrada s’explique en 5 min, il se joue très rapidement, et est loin d’être évident. Alors oui, au départ placer les dés sur les cartes vitrail semble aisé, mais plus le jeu avance plus le choix est limité. Si on ne fait pas attention on se retrouve vite à ne pas pouvoir placer de dés, chaque trou est un malus d’un point à la fin. Mais grâce aux différents objectifs, le gagnant n’est pas forcément celui que l’on croit. C’est un très bon jeu familial, ma fille de 8 ans y joue avec plaisir, et nous aussi.

Le jeu est sorti en VF grâce à Matagot et l’extension ne va pas tarder. Succès oblige, il n’est pas toujours dispo chez Philibert lol mais il faut savoir être patient pour découvrir cette petite perle ludique.

A propos de GeekLette 532 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

5 Comments

    • c’est nos coups de coeur parmis les jeux joués dans le mois et c’est vrai qu’on remarque qu’il y a des jeux « anciens » qui sortent encore 🙂 et ça fait du bien

      • Je suis d’accord avec ça, d’ailleurs c’est ce que j’adore quand je lis ou écris sur les coup de coeur, c’est qu’on peut voir qu’on est pas accroché qu’aux nouveautés et que les meilleurs jeux (propre à chacun) ne sont pas forcement synonymes de buzz, hype ou autre mouvement accompagnant une nouveauté 🙂
        Du coup un gros plaisir de voir ce Russian Raillroad rappelant d’excellentes parties 😀

  1. Russian Railroads… Qu il est bon ce jeu,j avais réussi à le prendre neuf il y a peu et on a enchaîné les parties. Et dire que j’ ai l’extension Américain Railroads et que je n’y ai pas encore touché. Le jeu de base est déjà bien bien excellent. Five grive toujours aussi bon mais encore meilleur avec les artisans !!! Gloom par contre, j’ai jamais apprécié, pas thématiquement parlant mais je trouve la mécanique plate, sympa si on sait raconter des histoires mais sans plus. Merci pour ce compte rendu 😉

1 Trackback / Pingback

  1. Les jeux du mois d’Août 2018 – GeekLette

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*