Sélection GenCon 2018

Titan 

Prochain Holy Grail Games dont la campagne KS est planifiée pour 2019, ce jeu en met plein la vue et je le vois traîner sur les off / salons depuis quelques temps sans avoir pu l’approcher vu le monde qu’il attire [d’ailleurs 3 personnes de la Team GeekLette ont pu y jouer et feront un article plus complet].

Il envoie du steak !!! Un superbe matériel, visez-moi ça !

Un anneau-cité gigantesque a été construit autour de Titan. Des Corporations d’exploration et d’exploitation minière ont été mandatées pour exploiter ses gisements.

Ce jeu de Matthieu Podevin propose aux joueurs de représenter une de ces Corporations qui devra, selon les objectifs fixés, récupérer des ressources en utilisant au mieux les drones, en étendant les tuyaux d’extractions et en construisant quelques infrastructures.

Peu d’informations précises mais il semblerait qu’on ait, à son tour de jeu, 1 action possible parmi 4 (à détailler dans le futur article de l’équipe).

Il s’agit d’un jeu expert dont la fiche BGG n’est pas encore créée.

On espère faire une partie d’ici le début du KS et puis découvrir un peu plus la mécanique au travers d’une review ou bien les règles.

The reckoners

1 à 6 joueurs, 13 ans et +, 1h/1h30
Auteur: Brett Sobol, Seth Van Orden (les fondateurs de Nauvoo Games)
Illustrateurs: Noah Adelman, Miguel Coimbra, Ian O’Toole
Editeur: Nauvoo Games

Lien KS

Le matériel et le graphisme m’ont un peu bluffée (évidemment vu le trio d’illustrateurs choisis), du coup je me suis renseignée sur ce jeu, et cerise sur le gateau des règles VF sont dispo sur BGG

Dans ces règles, nous apprenons que suite à un étrange éclat, des gens ordinaires se sont vus conférés des pouvoirs qui les ont transformés en tyrans ; on les appelle les Épiques. Mais certains humains (les Redresseurs) osent la confrontation et vont passer leur temps à les analyser et trouver les failles. Le jeu nous propose d’affronter l’un des Épiques et sa horde de gens pas ordinaires. On apprend aussi dans ces mêmes règles que l’un des redresseurs en veut particulièrement à l’Epique qu’on essaye d’éliminer.

6 redresseurs existent dans le jeu : David qui analyse les Epiques et qui justement a perdu des êtres chers à cause de l’Epique (Coeur d’Acier), Megan spécialiste des armes à feu, Abraham le bricoleur, Johnattan (dit Prof), dirigeant des Redresseurs, il élabore les plans d’attaque, Cody le tireur d’élite,et puis la meilleure !!! Tia, ingénieure aérospatiale pour la NASA cofondatrice avec Prof des Redresseurs (je sais déjà quel personnage choisir)

Dans ce jeu coopératif, vous devrez vaincre l’Epique Coeur d’Acier mais si, avant cela, la population vient à être réduite au néant, vous perdez la partie…

Les Épiques possèdent un vaste éventail de super-pouvoirs, mais malgré leurs différences, tous les Épiques ont un point commun : un point faible. Connaître le point faible d’un Épique facilitera sa défaite, pour certains il est même impossible de les blesser sans connaître leur point faible.

Les phases de jeu vont se dérouler ainsi :

  • lancer de dés : vous disposez de 3 lancers dont les dés conservés seront positionnés sur votre plateau : lancer 1, lancer 2, lancer 3. Tous les joueurs jouent en même temps.
  • utilisation des dés : se déplacer, activer une carte, retirer une barricade, gagner de l’argent, attaquer la sureté, contenir un épique, recherche un épique, attaquer un épique, et planification.
  • récupération du butin des Epiques vaincus
  • acquisition d’équipement : choisir les cartes Equipement, décider qui les utiliseront.
  • ajout d’Epiques : on ajoute des vilains qui se réveillent
  • activation d’Epiques : activation de leur pouvoir un par un dont Coeur d’Acier.

A tester avant d’acheter mais sur la base des règles, j’ai envie d’aller plus loin.

Scythe : le réveil de Fenris

1 à 5 joueurs, 12 ans et +, 1h30 à 2h30
Auteurs: Ryan Lopez DeVinaspre, Jamey Stegmaier
Illustrateur: Jakub Rozalski
Editeur: Stonemaier Games + 5 more

Il s’agit de la conclusion de la trilogie d’extensions de Scythe, qui met à disposition deux options :

  • Une campagne de 8 scénarios : elle comprend des surprises, des déblocages et des éléments persistants, elle est entièrement réinitialisable et rejouable.
  • (avant ou après la campagne) les 11 modules de L’éveil de Fenris peuvent être utilisés dans différentes combinaisons pour répondre aux préférences des joueurs. Ces modules sont entièrement compatibles avec toutes les extensions de Scythe.

La boite contient 13 miniatures en plastique, 62 jetons en bois, 2 dés personnalisés, 25 tuiles, plus de 100 jetons en carton, un journal de campagne et 1 fiche de réalisation.

Disponible à Essen en VF et bientôt dispo en précommande chez Philibert ici

Keyforge

2 Players, 14 ans et +, 15 à 45 minutes
Auteurs: Richard Garfield
Editeur: Fantasy Flight Games

 

Véritable buzz de la GenCon, Keyforge est né de l’esprit de Richard Garfield (Magic : The gathering , NetRunner…). On peut dire qu’il n’en est pas à son premier coup d’essai sur les cartes à collectionner pour 2 joueurs.

Vous savez qu’à Magic, on construit son deck à partir des boosters ou des sets. Dans Keyforge ce sera des decks uniques de 36 cartes qui seront disponibles et seront surtout non modifiables. Chaque deck inclura 3 Houses (traduction par Maison par forcément correct puisque je n’ai pas joué au jeu). Et vous ne saurez pas quel deck vous aurez avant de l’acheter (je vois d’ici les échanges… surtout qu’il semblerait qu’il y ait des milliards de deck différents……..

La boite de base contiendra 2 decks d’apprentissage et 2 decks aléatoires.

La mécanique est totalement différente de Magic. Les règles en anglais sont disponibles ici.

On y apprend que les joueurs vont collecter des Æmber à utiliser pour forger des clés. A la troisième clé, le joueur est gagnant, il s’agit donc d’un jeu de course 🙂

Un tour de jeu est composé de 5 étapes:

  • Forger une clé si on peut
  • Choisir une House (faction?)
  • Jouer / défausser les cartes de cette House (faction?)
  • Préparation des cartes « ready » : ce sont des cartes à effet immédiat qui s’inclinent après utilisation (elles sont tapées comme on dit dans le jargon lol), on les relève pendant cette phase
  • Piocher des cartes pour en avoir jusqu’à 6 en main

Je ne vous cache pas que quand il n’y a pas de plateau, je fuis… Pas très adepte des jeux de cartes mais celui-ci est particulièrement simple à apprendre mais certainement pas si simpliste à jouer.

Le buzz semble se confirmer puisque les avis sur twitter sont unanimes et je trouve génial que les 2 joueurs partent sur un même pied d’égalité (deck de 36 cartes imposées non modifiables).

Ma source d’information a été le site : IGN

Micha sur Twitter annonce que ce sera une sortie internationale (Edge est déjà sur la traduction) avec une probable sortie pour octobre/novembre.

Tidal Blades, Heroes of the Reef

2 à 4 joueurs, 14 ans et +, 1h à 1h30
Auteurs: Tim Eisner, Ben Eisner
Illustrateurs: Lina Cossette, David Forest
Editeur: Druid City Games

Un jeu sur KS dont la campagne démarre en septembre. Un placement d’ouvriers pour 2 à 4 joueurs : ça me parle parfaitement !!!! Enfin faut qu’il y ait un peu d’originalité quand même !!!

Il semble que ce sera le 1er opus d’un univers où vous ferez évoluer votre personnage pour devenir un sérieux candidat à la génération Tidal Blades. Le second opus reprendrait l’univers mais la mécanique serait orientée deck building.

Revenons à son premier opus, les joueurs vont devoir visiter les îles en scooter des mers et prendre part à des compétitions dans des arènes. En effet, suite à lames des marées (titre du jeu), des monstres ont fait leur apparition et les maîtres des tortues recherchent les meilleurs pour vaincre ses monstres.

Les premières choses que l’on sait :

  • les illustrations sont magnifiques !
  • le placement d’ouvriers semble comporter des dés (ce sera votre main).
  • les héros vont avoir des niveaux à passer
  • chaque endroit « visité » donne une action mais aussi des bonus selon plusieurs conditions

Bien hâte de découvrir le jeu (dés + placement + graphisme = mon trio gagnant). J’espère pouvoir y jouer à Essen et très vite le découvrir sur KS.

Expancity

2 à 4 joueurs, 10 ans et +, 45 min à 1h
Auteurs: Alex Cutler, Matt Fantastic
Illustrateur: Coen Pohl
Editeur: Breaking Games

Traduction de BGG :

Jeu de construction de villes dans lequel les joueurs collaborent mais s’affrontent aussi pour construire une métropole prospère, bloc par bloc!

Déposez les tuiles résidentielles et commerciales, puis revendiquez-les avec vos blocs de construction empilables pour percer les tours qui s’élèveront au-dessus du terrain de jeu. Marquez des points supplémentaires en construisant près des bâtiments de la ville tels que les banques, les écoles et les parcs. Vous pouvez également vous démarquer en travaillant sur des cartes de contrat secrètes qui offrent aux joueurs des tâches uniques et difficiles à accomplir pour obtenir des points bonus. Les villes se développent à la fois horizontalement et verticalement au fur et à mesure que le jeu progresse et aucune ville ne se ressemblera jamais!

Mouai pas super convaincue sur le papier. Donc à voir de plus près.

Coimbra

J’en ai déjà parlé lors du Origins Games Fair 🙂

Everdell

1 à 4 joueurs, 13 ans et +, 40 à 80 Min
Auteur: James A. Wilson
Illustrateur: Andrew Bosley
Editeur: Starling Games (II)

Et maintenant pour parler d’Everdell, je vais passer la parole à Lian’, qui a soutenu le projet sur Kickstarter, et reçu son exemplaire début Août (contre une livraison attendue pour Décembre ! KS maîtrisé de la part de Starling Games !).

Bienvenus dans la charmante vallée d’Everdell, où vous allez mener un groupe de petites créatures de la forêt, afin d’établir un nouveau village à proximité du vallon et de l’arbre éternel (« ever tree »). Pour se faire, vous allez établir et agrandir votre campement en construisant de nouveaux bâtiments, recrutant des personnages hauts en couleur, mais aussi en accueillant des événements au sein de votre colonie. Votre but ? Etre le village le plus prospère à la fin de l’automne, avant que l’hiver ne vienne se saisir de la forêt d’Everdell.

Everdell est ainsi un jeu de construction de tableau, mélangeant plusieurs genres : on est en présence d’éléments de type gestion de ressources, placement d’ouvriers, mais aussi de gestion de main, et construction de tableau, avec des cartes à combo et des mécaniques de chaînage. Un bon mélange qui, ma foi, bien loin de créer une usine à gaz, fonctionne plutôt bien et permet de créer différentes stratégies et synergies au fil des parties.
A son tour, un joueur peut effectuer une seule des trois actions suivantes:
  1. Placer un ouvrier : chaque joueur commence le jeu avec deux ouvriers, qui peuvent être placés sur divers lieux du plateau, afin de récolter des ressources, piocher des cartes, … ou bien sur des cartes événements, afin de les réclamer, ou encore sur des cartes Destination de sa cité (ou de celle d’un adversaire si le bâtiment en question peut accueillir du public). D’autres ouvriers seront débloqués au fil de la partie, pour finir avec six ouvriers dans le dernier tour. A noter que certains lieux ne peuvent accueillir qu’un seul ouvrier alors que d’autres n’ont aucune limite de capacité.
  2. Jouer une carte : le but d’Everdell est de construire une ville prospère contenant au maximum 15 éléments. Les cartes que vous pouvez poser dans votre ville sont soit issues de votre main soit de la plaine centrale, et divisées en deux familles ; les Construction et les Créatures (« Critters »). Elles sont elles-même réparties en cinq types. Il y a les cartes de type Voyageur (marrons) qui ont un pouvoir qui s’active une seule fois lorsque la carte est placée dans votre ville ; les cartes de Production (vertes) qui permettent de récupérer des ressource au moment où elle sont placées mais aussi entre les différentes saisons ; les cartes Destination (rouge) qui ont un pouvoir qui s’active lorsqu’un ouvrier est placé dessus ; les carte de Gouvernance (bleues), dont le pouvoir s’active automatiquement sous certaines conditions ; et enfin les carte de Prospérité (violettes), qui permettent de gagner des points en fin de partie.
    Afin de placer ces cartes vous allez devoir payer leurs coûts (brindilles, galets et résine pour les Constructions, et baies pour les Créatures), sauf si vous possédez un bâtiment qui permet d’accueillir une Créature spécifique (c’est la mécanique de chaînage). Cette créature pourra alors être jouer gratuitement.
  3. Se préparer pour la prochaine saison : lorsque vos ouvriers ont tous été placés, et que vous ne souhaitez plus jouer de carte, vous allez vous préparer pour la nouvelle saison. Pour se faire vous allez récupérer vos ouvriers (libérant ainsi les espaces sur lesquels ils étaient), récupérer les ouvriers dans l’arbre éternel, et effectuer l’action d’inter-saison correspondante (récolte des bâtiments Production pour le printemps et l’automne, et prise de carte dans la plaine centrale pour l’été). Les autres joueurs peuvent continuer à jouer, placer des ouvriers et poser des cartes, jusqu’à ce que tout le monde se soit préparé à la nouvelle saison.

On joue ainsi quatre saisons, jusqu’à arriver à la fin de l’automne, où le décompte final désignera le village le plus prospère d’Everdell !

Le jeu est à la fois assez simple d’accès et pourtant aussi intéressant pour les néophytes que pour les amateurs. Alors que la direction artistique (SUBLIME) ne le laisse pas du tout penser, on est face à un jeu d’optimisation constant, et assez cérébral, où l’on va toujours chercher les combos entre ses cartes afin de toujours faire grandir sa citée et d’optimiser ses points. L’esthétique du jeu, parlons-en justement ! Tout dans la boîte est à tomber !!! Le matériel est de très bonne facture, les ressources superbes (mention spéciales aux petites baies violettes !), le plateau (atypique car non carré) et son arbre 3D immersifs, et les illustrations, … Ces illustration bon sang !!! Si vous appréciez le côté enchanteur, conte de fées, et forêt habitée par une myriade de petits peuples, vous allez être servis ! J’en suis à ma sixième partie au moment où j’écris ces lignes, et je m’arrête pourtant toujours autant devant les cartes.

Seul petit bémol, le jeu n’est (pour l’instant ?) disponible qu’en VO anglaise. Ce n’est pas forcément la tasse de thé pour tout le monde, mais sachez que malgré le texte, l’iconographie est très présente sur le matériel, très claire et très cohérente. Le langage utilisé me semble quant à lui classique pour un jeu de ce genre, avec du vocabulaire balisé (mais je ne suis peut être pas objectif).

Inutile de vous dire que j’ai été convaincu et assez agréablement surpris par Everdell. Pour être honnête, j’avais principalement soutenu le titre sur Kickstarter car « c’était très joli » et « ça tient la route sur le papier ». Mais je dois avouer que pour moi c’est une très bonne réussite pour un titre familial + qui en a dans le ventre. A voir maintenant s’il va trouver son public et peut-être convaincre pas mal de monde.

Je repasse maintenant la parole à Geeklette.

Pour ceux que l’anglais ne rebutent pas trop, on découvre sur KS et le site de préco qu’il  y a deux versions disponibles : une collector et une de base.

My Little Scythe

1 à 6 joueurs, 8 ans et +, 45 minutes à 1h
Auteur: Hoby Chou, Vienna Chou
Illustrateur: Noah Adelman, Katie Khau
Editeurs: Stonemaier Games et Matagot

Je bave… encore… j’avais envie de faire découvrir Scythe à ma famille mais ça ne les tentait pas. Du coup cette version famille est carrément la bienvenue !!!

Inspiré de Scythe (lol), les joueurs vont contrôler 2 figurines et le premier ayant 4 trophées parmi 8 disponibles gagne la partie.

Les actions disponibles sont beaucoup plus simples que Scythe : déplacer, chercher ou faire dans le but d’achever des quêtes, d’améliorer les relations, apprendre des sorts magiques, livrer des gemmes etc.

Un must have de cette rentrée 2018. Les préco Philibert seront ouvertes fin août pour la VF que Matagot propose 🙂 merci à eux !!

En parlant préco, achat etc… faut admettre que le matos est carrément impressionnant : Matagot a d’ailleurs posté le contenu sur les réseaux sociaux :

Orbis

2 à 4 joueurs, 10 ans et +, 45 minutes
Auteur: Tim Armstrong
Illustrateur: Davide Tosselo
Editeur: Space Cowboys

Il faut quand même admettre que les éditeurs français ont le vent en poupe !!! Welcome To (Blue Cocker) a cartonné à la GenCon et j’en suis super ravie !

Voilà donc venir un autre jeu édité par nos chers Space Cowboys : ORBIS !

ORBIS fait plein de promesses !!!

Disponible pour Essen 2018 (et instant buy :p )!

Traduction synthétique d’une discussion sur BGG :

Chaque joueur construit son propre tableau en forme de pyramide (5 tuiles dans la ligne de base, puis 4, 3, 2, 1). Les joueurs prélèvent des tuiles du centre de la table formé de 3 x 3 hexagones. Lorsque vous prenez une tuile, vous recevez tous les fidèles sur la tuile (les fidèles étant les ressources), puis les fidèles de la couleur des tuiles sont placés sur les tuiles adjacentes, ce qui les rend plus précieux. L’emplacement vide est rempli. Au fur et à mesure de la progression du jeu, les tuiles gagnent en valeur.
Pour ajouter la tuile à votre tableau, vous devez payer son coût, qui est une combinaison de différents adorateurs de couleurs, par ex. 1 rouge et 1 bleu. Lorsque vous construisez une tuile au 2ème, 3ème, … rangée, sa couleur doit correspondre à la couleur de l’une des deux tuiles adjacentes de la ligne en dessous.
Les tuiles placées ont un effet, elles peuvent donner aux fidèles des points lorsque certaines conditions sont remplies, ou vous donner une couleur gratuite de fidèles pour le reste du jeu, ou vous devez retirer un certain nombre de fidèles du plateau central. Certaines tuiles ont des temples qui comptent pour une majorité en fin de partie.
Au lieu de prendre une tuile terrestre, vous pouvez prendre l’une des tuiles Dieu qui donne des objectifs de fin de partie.
Très intéressée par le jeu pour sa durée et sa profondeur (comme d’habitude, vous me connaissez). J’ai cependant besoin d’en voir plus car il me rappelle un peu viceroy, et j’espère que c’est mieux lol

Spirits of the wild

2 joueurs, 10 ans et +, moins de 30 minutes
Auteur: Nick Hayes
Illustrateur: non précisé sur BGG
Editeur: Mattel

Le but du jeu est de gagner le plus de points en ramassant des ensembles de pierres colorées qu’on donne aux six animaux de son plateau.
À son tour de jeu, on utilise des cartes d’action pour dessiner ou ajouter des pierres dans un sac, utiliser des capacités spirituelles puissantes ou envoyer Coyote pour distraire votre adversaire. Toujours un peu filou, Coyote empêche votre adversaire de donner des pierres à un animal de votre choix, ce qui pourrait bien être ce dont vous avez besoin pour prendre les devants.
Le jeu se termine lorsque cinq pierres d’esprit sont libérées du sac. Additionnez les points gagnés pour chaque animal et le joueur avec le plus de points gagne!
Envie de découvrir.

Newton

2 à 4 joueurs, 12 ans et +, 1h à 1h30
Auteurs: Simone Luciani, Nestore Mangone
Illustrateur: Klemens Franz
Editeurs: Cranio Creations, CMON Limited, Ediciones MasQueOca, sternenschimmermeer

Ce jeu se joue sur 6 rounds. Chaque joueur commence avec une main d’environ 6 cartes d’action identiques. Chaque carte a une moitié inférieure représentant l’une des 6 actions de base et une moitié supérieure qui peut avoir ou non une action bonus (ou un symbole). La puissance de chaque action commence à 1 et est amplifiée de +1 pour chaque autre symbole d’action de base du type correspondant déjà joué dans votre tableau. Les actions de base vous permettent de faire les choses suivantes:

  • Travail: Cela vous permet d’avancer sur une piste et de gagner de l’argent (et des bonus) selon l’emplacement
  • Voyage: Cela vous permet de déplacer votre grand pion en Europe sur le plateau de voyage, de gagner de petits jetons bonus et de déposer des cubes sur les universités et autres tuiles bonus. Vous ne pouvez laisser un cube que si vous terminez votre mouvement à cet endroit. Vous risquez donc de perdre des points de mouvement tout au long de la partie. Les 8 premiers cubes placés ne fournissent aucun point, mais le 9 (1 pt), le 10 (2), le 11 (4) et le 12 (8) fournissent des points.
  • Étude: Cela vous permet de gagner plus de cartes en tirant sur l’une des trois rangées (de 3 cartes chacune). La première ligne nécessite que votre action ait seulement une force, la deuxième ligne en a besoin de deux et la troisième ligne en requiert trois. Vous allez drafter les nouvelles cartes à la fois pour le symbole d’action de base et pour l’action bonus ou le symbole qu’elles fournissent.
  • Train: c’est là que vous pouvez déplacer votre apprenti, qui est essentiellement un arbre technologique. Pour gagner les principaux bonus en cours de route, vous devez atterrir sur ces tuiles. De petits bonus peuvent être ramassés lorsque vous les parcourez. Vous pouvez obtenir des apprentis supplémentaires (jusqu’à 4) via des espaces bonus sur le tableau des voyages ou des apprentis, ou en dépensant 5 pièces. Les apprentis ne peuvent pas remonter les pistes, une fois qu’ils ont atteint la fin (ce qui débloque les tuiles de fin de partie et qu’un couple a d’autres bonus), vous devez gagner un autre apprenti avant de vouloir effectuer cette action. encore. Comme pour les autres actions, la distance qu’un apprenti peut déplacer sera déterminée par le numéro de ce symbole dans votre tableau (y compris la carte jouée).
  • Bibliothèque: Cette action vous permet de placer une tuile de livre sur un carré de votre bibliothèque. Vous devez répondre à l’exigence imposée. Beaucoup exigent que vous ayez certains livres de couleur sur vos cartes d’action (ce serait sur la moitié supérieure des cartes, en tant que «bonus») et d’autres exigent que vous ayez atteint certains espaces sur le plateau de voyage. Si vous êtes à court de conditions, vous pouvez dépenser une potion (une autre monnaie dans le jeu) pour remplacer un symbole de livre manquant ou trois potions pour remplacer un emplacement que vous n’avez pas atteint. Chaque colonne ou rangée de l’étagère à livres vous donnera des points comme revenu à la fin de chaque tour. C’est un excellent moyen de gagner des points et ne doit pas être ignoré.
  • Joker: Cela peut agir comme n’importe lequel des éléments ci-dessus, et sera amplifié par le nombre de CE symbole que vous avez dans votre tableau, mais une fois qu’il est dans votre tableau, il ne modifie rien d’autre pour ce tour. Cela permet beaucoup de flexibilité. Je ne pense pas que d’autres jokers puissent être acquis en cours de partie.


A la fin de chaque tour, chaque joueur doit placer une carte parmi les cinq jouées sous son plateau de joueur, ce qui signifie que son symbole d’action de base modifiera de manière permanente les actions de ce type pour le reste de la partie, mais son symbole bonus carte sera couverte et ne sera plus utilisable pour quelque raison que ce soit. Les cartes que vous rentrerez sous votre tableau auront un impact direct sur les stratégies que vous utiliserez plus efficacement pour le reste de la partie. Les joueurs gagneront alors les gains (points, potions, argent) pour les tuiles qu’ils auront collectées et les rangées et colonnes qu’ils auront remplies.

Les points de fin de partie proviennent principalement des tuiles « objectif » que vous avez accomplies.

Il existe des cartes de personnages influentes qui agissent de manière similaire aux cartes de leader de Lorenzo il Magnifico. Vous commencez le jeu avec 4 (draftées dans le jeu avancé) et lorsque vous atteignez certains endroits sur le plateau de voyage, de travail ou d’apprenti, vous pouvez en jouer un. Chacun fournit des points et une puissante capacité unique.

Très envie d’y jouer pour le découvrir et voir si c’est un must have de cette année 🙂

Victorian Masterminds

2 à 4 joueurs, 45 minutes à 1h
Auteurs: Antoine Bauza, Eric M. Lang
Illustrateur: Davide Tosello
Editeur: CMON Limited

 

On en entend parler depuis bien bien longtemps de celui là. Et l’attente semble être justifiée rien qu’à regarder les photos disponibles.

Un duo d’auteurs en vogue, des illustrations très jolies, un peu de 3D… on dirait bien que ça va buzzer à Essen 🙂

De ce que j’ai compris de plusieurs discussions

Il s’agit d’un placement d’ouvriers (ici des engrenages). Les objectifs principaux sont de construire une machine maléfique et gagner des points ici et là (scientifiques, livres, schémas,…)

Chaque rouage a une utilité particulière (il y en a 5: on double les ressources où il est placé, on détruit un bâtiment, on vous permet de compléter un schéma, on nie un pouvoir de rouage placé par un adversaire, et on vous permet d’avoir une action d’ingénierie). Ces rouages ​​sont mélangés face cachée, et vous ne pouvez regarder que celui du dessus.

Chaque joueur, à son tour, place son rouage le plus haut face cachée sur l’une des cinq villes – chaque emplacement a 4 bâtiments et chaque ville fournit un type d’avantage. Une fois qu’une pile a 3 rouages, elle est retournée face visible et résolue dans l’ordre chronologique de la pose.

Lorsque vous détruisez des bâtiments, la cote de la police augmente et cela peut annoncer la fin de partie.

Les ressources vous permettent de construire des parties de votre machine déclenchant des pouvoirs / bonus…

Je suis assez intriguée mais j’ai un peu peur de ne pas savoir deviner ce que pose les autres et finalement être complètement bloquée. A découvrir donc avant achat.

A propos de GeekLette 528 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*