Dans la valise de BDPhilou ete 2018

Dans la valise de @BDPhilou

 

Et voilà, chaque année c’est pareil : On part en vacances ! Et qui dit vacances, dit valise et donc un choix (bien trop) limité dans la sélection des jeux à amener à la plage. Les années passent et je ne m’y fais toujours pas. Comment choisir parmi tous mes jeux ? Lesquels resteront abandonnés, seuls, sur une étagère à la maison alors que les autres profiteront du sable chaud ? Cette année encore, j’ai décidé de réagir face à cette situation intolérable ! J’ai donc expliqué à ma femme que ce n’était plus possible de partir en vacances chaque année : Il faut être écoresponsable ! Cette année, on va rester prêt de la ludothèque du salon : C’est totalement écologique, 0% d’empreinte carbone et c’est garantie 100% sans gluten… Bon, ça n’a pas marché ! Comme à chaque fois que je dis à ma femme, après une défaite cuisante aux Aventuriers du Rail, que je l’ai laissé gagner ! Mais bon, avouez que d’année en année mon argumentaire commence à devenir de plus en plus implacable. Bon, alors comme il me faut choisir quoi mettre dans la valise pour les vacances, allons-y !

 

The Mind / Wolfgang Wrasch / Oya / 2 à 4 joueurs / 8 ans et + / 20 minutes / 9,95 €

Bon, vous l’avez compris, si je veux réussir à savoir comment convaincre ma femme d’amener plus de jeux en vacances l’année prochaine, il me faut pouvoir entrer dans son esprit ! Alors quoi de mieux que The Mind ! Ce jeu de cartes à priori anodin, va peut-être devenir l’une des expériences ludiques les plus étonnantes à laquelle vous ayez joué. En effet, le jeu est constitué de cartes numérotées de 1 à 99. Il y a aussi quelques cartes offrant des vies supplémentaires et d’autres permettant de réinitialiser la manche en cours. De manche en manche, chaque joueur aura de plus en plus de cartes en main. Le principe est simple : il suffit qu’à tour de rôle, sans ordre imposé (!), les joueurs posent leurs cartes faces visibles par ordre croissant sur une pile commune. Le problème étant qu’aucune communication n’est permise ! A vous d’estimer à quel moment poser vos cartes. Évidement, si le 26 est au centre de la table et que vous possédez le 27, vous ne prenez aucun risque. Mais soyons lucide, ça n’arrive quasiment jamais. Reprenons l’exemple du 26 posé au centre de la table, que faites-vous si vous possédez de 37 ? C’est là toute le mystère (la magie ?) de ce jeu. A découvrir !

Exit 4 et 5 : La station polaire et le Château Interdit / Inka et Marus Brand / Iello / 2 à 6 joueurs / 12 ans / 90 minutes / 12,5€

Bon alors finalement, ces 2 épisodes d’Exit ne seront pas dans ma valise ! Non ! Pourquoi ? Et bien ma femme est mega fan des Escapes Games et de leurs adaptations ludiques. Du coup, à peine ces deux boites sont arrivées chez nous que nous nous lancions dans leurs aventures. Si vous ne connaissez pas la série des Exit, voici un petit résumé. Chaque épisode est vendu indépendamment et renferme un livret de règles, un livret d’aventure, des cartes à découvrir au fur et à mesure de la partie et surtout, une roue permettant d’entrer des codes à 3 chiffres. Il faudra vous munir de ciseaux, de colle et de papier et de stylo car, pour certaines énigmes, le matériel va souffrir ! 😉Lorsque l’on pense avoir résolue une énigme, on entre le code trouvé dans la roue et un numéro de carte apparait. Si le code est correct, celle-ci vous renverra à une autre carte qui vous donnera accès à de nouvelles énigmes. Il n’y a pas d’application mais vous possédez pour chaque énigme 3 cartes d’aide. Les deux premières vous aident et la dernière vous donne la solution. Cette série gagne vraiment à être découverte car elle se bonifie avec le temps. Ainsi, si mon épisode préféré reste le tombeau du Pharaon (à faire absolument !), ces deux nouvelles itérations sont d’un très bon niveau. Si je dois trancher entre les 2, je dirais que la Station Polaire m’a davantage convaincu. Pour le Château Interdit, qui est très réussi également, il y a vraiment du challenge : soyez prévenus !

 

Welcome : Benoit Turpin / Blue Cocker / 1 à 100 joueurs ! / 10 ans / 25 minutes / 19,50 €

Comme vous le savez, en vacances, il arrive de se faire des amis ! Alors si j’en rencontre 3 ou 4, pas de soucis, je les initie à Puerto Rico et j’en fais des hardcore gamers illico ! Mais que faire si je me fais 100 amis d’un coup ? Fastoche, je les initie à Welcome qui est jouable de 1 à 100 joueurs ! Sans rentrer dans les détails des règles, ce jeu repose sur un principe simple : Chaque joueur a à sa charge un lotissement qu’il va devoir rendre le plus rentable possible. En fonction des cartes tirées à chaque tour et communes à tous, les joueurs vont dessiner les contours des différentes parcelles de leurs lotissements. Tout le monde joue en même temps et il est assez amusant de voir l’optimisation des parcelles de vos voisins par rapport aux vôtres. Le jeu est donc très convivial -même s’il n’y a pas d’interaction directe- avec une durée de partie tout à fait idéale pour enchaîner sur une revanche. J’ajouterai que le look années 50-60 est très réussi et ajoute à l’immersion. Une belle découverte !

 

Huns / Fneup / La boite de jeu / 2 à 4 joueurs / 30 minutes / 12 ans et + / 31,50€

Alors à propos d’amis, autant le dire tout de suite, je connais personnellement l’auteur de Huns, alias Fneup. Pas au point de partir au ski avec lui (je ne sais pas skier de toutes façons mais ce n’est pas la question) mais au point de partager une bière de temps en temps (Bon, dans les faits, je prends plutôt un Coca Light avec une rondelle de citron mais là encore, ce n’est pas la question). Bref, point de copinage, ni de mallettes avec de gros billets verts (en tout cas pas à ma connaissance) pour que Huns apparaisse dans ma valise de l’été. Si ce jeu en fait partie, c’est parce qu’il est bon sur bien dès points. Le 1er est une évidence, la règle principale est extrêmement simple : On lance 5 dès de couleurs différentes numérotés de 1 à 3. Ensuite, on attribut chacun de ces dès à l’un des 5 paquets de cartes correspondant. Les joueurs, à tour de rôle ont le choix entre piocher autant de cartes de la pile choisie que le chiffre indiqué sur le dès puis d’en conserver une seule face visible devant eux ou de piller des ressources de la couleur associée afin de valider des commandes. Le deuxième point fort du jeu est son rendu graphique. Par exemple, plutôt que de faire 5 paquets de cartes de couleurs différentes, l’éditeur a eu l’idée de faire appel à Anthony Wolf pour qu’il dessine une fresque représentant un dessin global des différentes possibilités offertes aux joueurs (obtenir un équipement, faire appel à un mercenaire, obtenir des trésors, etc.). Du coup, le jeu donne vraiment envie d’être joué ! Enfin, le dernier atout majeur du jeu -en plus de la rapidité de ses parties- et sa grande rejouabilité. Les parties s’enchaînent mais il est rare qu’elles se ressemblent.

Horreur à Arkham : Le jeu de cartes évolutif / Nate French et Matthew Newman / FFG / 1 à 2 joueurs / 45 minutes / 12 ans et +/ 35,95 €

Que faire à 5 heures du mat’ lorsque vous rentrez de boite de nuit et que votre soif de jeu de société se fait à nouveau sentir ? Et bien pourquoi pas un Horreur à Arkham. D’autant plus que pour une fois, il s’agit d’un vrai plaisir solitaire. Certes, il est possible d’y jouer à 2 voir même jusqu’à 4 avec 2 boites, mais personnellement, c’est vraiment seul que le jeu me semble le plus intéressant. Il y a un côté « livre dont vous êtes le héros » qui me plait particulièrement. Et puis, pratiqué en pleine nuit, c’est juste parfait. Autant le dire directement, le jeu a un défaut un peu lourdingue : il faut préparer chaque scénario en sélectionnant des cartes très précises pour alimenter les différentes pioches nécessaires. Oui, c’est fastidieux et d’ailleurs, certaines sociétés proposent des inserts de rangements spécifiques pour remédier à ce souci. Mais passé l’horreur (humour !) de la préparation d’une partie, Horreur à Arkham peut devenir une vraie drogue ludique ! Les scénarii sont vraiment prenant et proposent même des choix cornéliens qui auront un impact sur les aventures futures ! Concrètement vous avez un deck de cartes à préparer selon certaines contraintes et en fonction du personnage choisit. Vous avez également sur l’aire de jeu des cartes représentant des lieux précis où vous pouvez vous rendre (par exemple les différentes pièces d’un manoir) et dans chaque endroit arrivera son lot de (terribles !!!) événements. Il faudra combattre des créatures peu enclin au dialogue à l’aide de vos cartes contre des jetons tirés au hasard depuis un sac. Ce qui m’a particulièrement plu dans ce jeu c’est l’immersion ! Difficile de lâcher une partie en cours tant on est happé par le scénario qui est vraiment prenant. C’est vraiment un jeu à découvrir mais attention, même si la boite de base contient tout ce qu’il faut pour s’occuper un bon moment -d’autant que les scénarii sont rejouables- si vous y prenez goût, vous risquez de vouloir vous acheter toutes les extensions et là votre banquier risque de vous détester ! 😉

Les Aventuriers du Rail New York : Alan R. Moon / Days Of Wonder /2 à 4 joueurs / 8 ans et + / 15 minutes / 17,90€

En voilà un sacré classique ! Plus de 3 millions d’exemplaires vendus dans le monde : clairement, on a affaire à un Best Seller. Sans compter que le jeu original a donné lieu à une multitude d’extensions. D’ailleurs, la dernière en date se déroulant en France, offre une alternative vraiment sympa au jeu de base : la possibilité de choisir la couleur de ses lignes ! Mais puisque le jeu est extrêmement connu, pourquoi diable vous parler de cette énième version ? Et bien parce qu’elle est idéale pour être emmenée en vacances ! Le format de la boite est bien plus petit que celui de jeu de base. Cette fois-ci on est à New York et l’on ne se déplace plus en train mais en taxi (Publicité mensongère éhontée sur la boite donc ! 😉 ). Ce n’est pas compliqué, c’est exactement le même jeu (je pioche des cartes « train » Oups ! « Taxi », ou je dépense ces cartes pour poser mes taxis !) sauf que certaines destinations rapporteront des points bonus et que les trajets sont nettement plus courts. Résultat des courses (de taxi), le jeu est toujours aussi simple mais nettement plus rapide : 15 minutes (pour de vrai !). Le jeu de base était déjà un indispensable pour jouer en famille, cette version devient tout de suite incontournable à amener en vacances !

 

Et bien sûr, il y aura aussi dans ma valise des jeux indispensables pour les vacances que j’ai déjà évoqué dans d’autres articles comme : Codenames Duo, Decrypto, Mission Pas possible, Schotten Totten ou Kingdomino !

 

Bonnes vacances à tous les amis et SURTOUT bons jeux !

 

 

A propos de GeekLette 538 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

1 Trackback / Pingback

  1. Coups de coeur du mois d’Août 2018 – GeekLette

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*