PANDEMIC LEGACY Saison Zéro

Un jeu de Matt Leacock et Rob Daviau
Edité par Z-Man Games
2 à 4 joueurs / 14 ans et + / 60 minutes
Atha Kannaani et Monica Helland
Complexité BGG: 3.12 / 5
71,90 € en VF chez Philibert

Pandémie et Police Académie, même combat !

Pandémie ! Si ce mot est hélas tristement d’actualité par les temps qui courent, dans notre petit monde ludique, il fait surtout penser au hit absolu conçu par Matt Leacock ! Dans cette mouture originelle, les joueurs incarnent des spécialistes chargés de stopper 4 virus se répandant à travers le globe… Toute ressemblance avec des éléments réels est purement fortuite. Toujours est-il que Pandémie est un tel carton (amplement mérité !) que de multiples itérations ont vu le jour (avec des dés, dans une version express, en version jeux de cartes qui vous met à la place du virus,…). Les plus curieux d’entre vous pourront même (re)jeter un coup d’œil à mes tests de la version Chtulhu ou de la non moins exotique version Thunderbirds !

Bref, Pandémie, c’est un peu comme Police Académie : Il y a beaucoup d’épisodes ! Heureusement, la comparaison s’arrête là car, si « l’œuvre cinématographique » dont je parlais à l’instant aurait mieux fait de ne pas avoir de suite, les différentes relectures de Pandémie s’en sortent généralement plutôt bien. L’ultime refonte de ce jeu est la série de Pandémie Legacy ! Après la saison 1 et 2, c’est très logiquement que Z-Man Games nous propose la saison 3 la saison Zéro !

Quand Pandémie entre dans l’histoire !

Autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas joué aux saison 1 et 2 de Pandémie Legacy. Cependant, ce n’est pas grave car, même si les épisodes 1 et 2 se suivent, chaque boite est indépendante et peut se jouer sans tenir compte des autres épisodes. Le but de cet article est de vous présenter ce que propose cette nouvelle préquelle. Au niveau du spoil, je n’irais pas plus loin que la mission du prologue afin de présenter les nouveaux mécanismes proposés en début de campagne.

Campagne ? Oui, campagne ! En effet, si vous l’ignorez encore, la gamme des « Pandemic Legacy » est un ensemble de boites proposant 13 missions composées d’un prologue (rejouable à l’envie afin de bien s’imprégner des nouvelles règles) et de 12 scénarios se suivant directement et représentant les 12 mois de l’année. En fonction de vos réussites et de vos échecs une histoire propre à votre équipe s’écrira. Une fois les 13 missions terminées, la boite n’a plus d’utilité.

Red is Dead !

Dans cette saison Zéro, vous incarnez des médecins que l’on a formé à devenir espion en pleine guerre froide. Si, lors du prologue, vous utiliserez une identité temporaire, dès le mois de janvier, vous vous verrez remettre un passeport !

Voici l’une des 1ère savoureuses bonnes idées du jeu. Au fur et à mesure que vous avancerez dans le calendrier des missions, vous remporterez des améliorations (et parfois des handicaps) qui viendront modeler les capacités des 3 identités de couvertures que vous incarnerez alternativement. Pourquoi 3 identités ? Et bien parce qu’en pleine guerre froide le monde se divisent en pays Alliés (les gentils !), Neutres (les…neutres !) et Soviétiques (les méchants). Ainsi, chaque pays du plateau de jeu se caractérise par 2 critères : l’une de ces 3 allégeances et son continent (Asie, Europe, etc.). En début de partie, vous révélez une à une des cartes vous présentant la mission à accomplir et sa mise en place spécifique.

La partie est immédiatement gagnée lorsque l’ensemble des objectifs de la mission est atteint. Par exemple, lors du prologue, vous devez rechercher un agent et en parallèle intercepté des soviétiques. Ce prologue est rejouable autant que vous le souhaitez. Pour les missions suivantes, en cas d’échec, un deuxième essai est autorisé mais quoi qu’il arrive, il faudra passer à la mission du mois suivant ensuite.

Actions de base que vous propose Pandemic Legacy Saison Zero

Comme dans le Pandémie classique, vous aurez 4 actions à dépenser à chaque tour. Vous pouvez effectuer plusieurs fois la même si bon vous semble. Au rayon des similitudes, il est toujours possible pour une action de :

  • Déplacer son pion vers un pays adjacent,
  • Dépenser la carte du pays où l’on se trouve pour poser son pion sur la ville de son choix,
  • D’éliminer un cube virus un espion soviétique du lieu où l’on se trouve.
  • D’échanger la carte de la ville où l’on se trouve avec un autre joueur se trouvant sur la même case.

Bref, jusqu’ici, pas de bouleversement tonitruant… mais la suite se complique. En effet, toujours pour une action, il est également possible de :

  • Se déplacer dans une ville par vol commercial. Premier gros changement, il ne sera pas possible de se déplacer aussi facilement. Si vous souhaitez placer votre pion sur une ville neutre non adjacente, il faudra en défausser la carte comme dans le jeu classique. Cependant, s’il s’agit d’une ville Alliée, il vous suffit d’avoir la carte dans votre main. Vous effectuez le déplacement sans la défausser ! Inversement, même si vous avez une carte d’une ville soviétique, ce type de déplacement vous sera tout simplement interdit.
  • Construire une planque en jetant une carte de la ville où l’on se trouve… Mais attention, contrairement aux laboratoires du jeu de base, il n’est pas autorisé de se déplacer d’une planque à une autre pour bénéficier d’un long déplacement.
  • Identifier une cible sur un continent. Trouver où se situe une cible cachée est assez ardu. Soit vous arrivez à avoir en main toute les cartes d’une même zone sauf une (la cible recherchée justement) soit vous pouvez dépenser 3 cartes de région concernée dans une planque (par exemple, défausser 3 cartes de ville d’Europe dans une planque située en Europe) pour connaitre la ville effectivement recherchée par les joueurs.
  • Monter une équipe. Pour intervenir sur une ville cible, vous devez déplacer une équipe d’intervention sur ce lieu. Ces équipes sont matérialisées par des petits camions. Pour créer une équipe, vous devez dépenser 5 cartes de l’allégeance de la ville où se trouve votre planque. Par exemple, si vous avez une cible se trouvant dans une ville soviétique, vous devez être présent dans une planque d’une ville soviétique et dépenser 5 cartes avec ce même symbole.
  • Déplacer les équipes d’une ville. Pour être actives, les équipes doivent être sur des villes de même alignement. Ceci est très utile car en fin de tour, toutes les équipes actives permettent de supprimer toutes les figurines d’espions soviétiques présentes sur leur ville.
  • Repérer une cible. Si l’équipe adaptée est sur une ville cible, elle intervient et l’objectif est remporté. Ceci donne lieu à la lecture d’un texte vous expliquant l’effet de votre intervention et vous offrant parfois la possibilité de prendre des décisions.

Le jeu présente également des petites nouveautés qui simplifient fortement le système un peu complexe des éclosions. Ici, ceci est nettement plus simple à gérer (avec l’activation d’agents dormants) mais tout aussi méchant, rassurez-vous !

Les plus

  • Les habitudes de pandémie bousculées,
  • Une très forte envie d’avancer dans la campagne pour découvrir toutes les surprises (boites, avancement du scénario, …),
  • Les Passeports que l’on personnifie avec des améliorations et parfois des handicaps.
  • C’est très gadget mais ça nous a beaucoup amusés : la fabrication des fausses photos pour les passeports.
  • Une thématique bien exploitée (on se sent réellement dans la peau d’agent secret),
  • Chaque élément du matériel respire les années 60.
  • Les choix des joueurs pouvant agir sur le déroulé de la campagne.
  • Une VF irréprochable.
  • Inutile d’avoir joué aux autres « Pandemic Legacy » pour débuter celui-ci.

Les moins

  • Difficile d’oublier toutes ses habitudes prises lors des parties de Pandémie et d’apprendre un nouveau tempo (mais c’est surtout pour moi l’un des GROS intérêt du jeu),
  • Le thème « Guerre froide » qui peut effectivement vous refroidir ! 😉
  • Un thème forcément très manichéen (mais là encore, ça fait presque partie intégrante du thème).

A la poursuite d’octobre rouge… mais aussi de novembre rouge, de décembre rouge, etc.

Ce Pandémie Legacy regorge de bonnes idées et cherche véritablement à réinventer le jeu de base par petites touches parfois subtiles (ne pas pouvoir se déplacer comme on le souhaite) ou en mettant les pieds dans le plat (bye bye les virus et bien venu à l’œil de Moscou).

Ma femme est une grande adepte du jeu de base : plus de 200 parties à son actif, rendez-vous compte ! Le contact avec cette saison Zéro de Legacy n’a pas été un franc succès pour elle. La raison ? Trop d’automatismes accumulés au gré des nombreuse parties du jeu de base. Sans compter que le thème de la guerre froid l’a laissé de glace… MAIS (car, oui, rassurez-vous, il y a un « MAIS ») dès la mission du mois de janvier, tout est entré dans l’ordre.

Mieux, elle a tellement apprécié le jeu que celui-ci a réussi à l’intéresser au thème ! Sacrée performance ! Désormais, l’envie d’avancer dans les missions du jeu est clairement palpable. Nous avons même prévu un petit planning pour être certain de mener à bien l’ensemble des missions que renferme cette boite. Bref, bien qu’au début de l’aventure, ce jeu nous a déjà conquis, pourvu que le reste des boites secrètes nous tiennent en haleine jusqu’au bout !

A propos de GeekLette 636 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*