Pandemie – Le Règne de Cthulhu

Article écrit par BDPhilou

Un jeu de Chuck D. Yager
Basé sur le jeu Pandémic de Matt Leacock
Illustré par Chris Quilliams / Atha Kannani / Fred Jordan
De 2 à 4 joueurs
14 ans et +
40 minutes (ou moins si vous perdez prématurément 😉 )
chez Philibert à 42,90 €

On se connait ?

Pandémie (ou Pandémic) est un immense succès du jeu de société : les joueurs y incarnent une équipe de spécialistes chargés d’éradiquer ensemble la propagation de multiples maladies à travers le globe. Une vraie référence tant les parties sont tendues et se gagnent ou se perdent sur le fil du rasoir. Pandémie a tellement bien rencontré son public, qu’une version jeu de cartes (Pandémie : Contagion) est sortie tout comme une version dés (Pandémie : Le Remède) … Sans parler des éditions collectors (Pandémie Ibéria) ou des multiples extensions. Surfant sur ce succès fort bien mérité, Chuck D. Yager propose aujourd’hui de remanier le jeu originel de Matt Leacock en le transposant dans l’univers d’H.P. Lovecraft. Simple « skin » de l’univers de Cthutlhu ou véritable amélioration du jeu Pandémic ? Réponse dans cette critique !

Un jeu qui file les Shoggoths !!!

Dans « Pandemic : Le Règne de Cthulhu », 2 à 4 joueurs incarnent une équipe chargée de fermer 4 portails au plus vite afin d’empêcher les Grands Anciens (sortes de démons vraiment pas du tout commodes) à envahir la Terre afin d’y semer le chaos et la désolation. Chaque personnage est représenté sous forme d’une figurine ayant ses propres capacités. Si au cours de la partie, votre personnage devient fou, il verra ses aptitudes diminuer significativement.

Le plateau central représente 4 villes divisées chacune en plusieurs lieux dont un portail. Durant son tour, le joueur actif peut réaliser 4 actions parmi les suivantes :

  • Déplacer sa figurine d’un lieu adjacent.
  • Défausser une carte de couleur différente de celle de la gare routière où il se trouve pour se déplacer sur n’importe quel lieu de la ville de destination.
  • Défausser une carte de la même couleur que la gare routière où il se trouve pour se déplacer sur n’importe quel lieu du plateau.
  • Entrer dans un Portail et ressortir par un autre. Cette action oblige le joueur à effectuer un jet de santé mentale… au risque de devenir fou ou d’augmenter le nombre de cultistes qui envahissent de plus en plus le plateau.
  • Donner ou prendre une carte de la ville où se trouve un autre joueur uniquement si les personnages sont sur le même lieu.
  • Vaincre un cultiste en le retirant du lieu où l’on se trouve.
  • Vaincre un redoutable Shoggoth pour 3 actions. Cet acte permet au joueur de remporter une carte Relique qui aidera l’équipe dans sa tâche.
  • Seller un Portail en défaussant 5 cartes indice de la même couleur. Cette action permet de retirer de la ville concernée un cultiste présent sur chacun des lieux.

Le début de la fin !

Durant la partie, les joueurs devront affronter le développement des cultistes. Dès qu’un lieu doit accueillir plus de 3 cultistes, un Grand Ancien apparait et impose une lourde contrainte aux joueurs. De même lorsque certaines cartes Invocation sont dévoilées, des Shoggoths vont se déplacer. S’il l’un d’entre eux atteint un portail, à nouveau un Grand Ancien apparaît pour semer le chaos sur le plateau de jeu. Si le 7ème Grand Ancien est dévoilé, la partie est perdue. C’est également un échec pour l’ensemble des joueurs si :

  • Il n’y a plus de cultiste ou de Shoggoth dans la réserve générale,
  • Il n’y a plus suffisamment de cartes « joueur »,
  • Tous les joueurs sont devenus fous.

La Lumière :

  • Un jeu plus simple dans ses règles que la version de base (pas de propagation à gérer),
  • Un défi toujours aussi délicat à relever.
  • Un matériel totalement en adéquation avec la thématique « Grands Anciens ».
  • Des figurines bien sympas (et autrement plus jolies à regarder que les cubes de maladie du jeu original).
  • Votre personnage qui peut devenir fou et ainsi voir ses capacités spéciales modifiées.
  • Des parties courtes, tendues et bien rythmées.
  • Bien mieux qu’une simple « skin » Cthulhu.

Les ténèbres :

  • Inutile de l’acquérir si l’univers ne vous attire pas.
  • Pas indispensable si l’on possède le jeu original.

La Peste ou le choléra ?

Lorsque l’on voit la boite de « Pandémic : Le Règne de Cthulhu » en magasin, on ne peut s’empêcher de croire qu’il s’agit d’une simple mise à jour esthétique du jeu original. Cette impression est heureusement partiellement fausse. Ceci est dû au fait que, au lieu de faire propager des maladies lorsqu’un lieu est envahi, ce sont des Grands Anciens qui apparaissent et qui viennent imposer d’énormes restrictions aux joueurs. Ces événements se cumulant et étant divers et variés, ils ajoutent une difficulté redoutable au jeu tout en simplifiant les règles. C’est principalement sur ce point précis que se trouve le fossé entre cette version et le Pandémie original. Clairement, si l’univers vous plait et que vous n’avez pas acquis le jeu original, il faut que ce « Règne de Cthulhu » intègre votre ludothèque au plus tôt ! Sans compter que le matériel est autrement plus beau (belles figurines Vs cubes en bois). Par contre, si vous avez déjà le Pandémie de base, cet achat n’est pas forcément indispensable. Attention, « Le Règne de Cthulhu » est un excellent jeu mais vous devez vous demander si ses modifications sont suffisantes à vos yeux pour ne pas faire doublon dans votre ludothèque. En tout cas, tout fan de Pandémie doit au moins essayer cette version histoire de défier Cthulhu en personne !

A propos de GeekLette 635 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

3 Comments

1 Trackback / Pingback

  1. PANDEMIC LEGACY Saison Zéro – GeekLette

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*