Hegemony, un jeu de société

2–4 joueurs, 14 ans et +, 90–180 Min
Complexité BGG : 4.11 / 5
Auteurs: Vangelis Bagiartakis, Varnavas Timotheou
Illustrateur: Jakub Skop
Editeur: Hegemonic Project Games + Don’t Panic Games
Jeu offert par Don’t Panic Games et article non rémunéré.
116,90 € en VF chez Ludum116,95 € en VF chez Philibert,  116,90 € chez Esprit Jeu

 

Article écrit par El Stefano

Notez avant toute choses que cet article a reçu le blog d’or dans la catégorie « titre d’article le plus subtil de 2023 ».

2023 sera la lutte des classes ou ne sera ! C’est ce combat que nous propose de vivre Hégémony, jeu de stratégie pensé par des auteurs grecs au moment de la crise économique et sociale qui ravageait leur pays. Il s’agira donc d’occuper le rôle de votre envie, de votre vie ! Ouvriers, classe moyenne, capitalistes
ou état, telles seront les seules factions jouables. On peut imaginer/espérer de futures et hypothétiques extensions telles que : royalistes, suffragettes, effondrement climatique, rendez l’argent aux pauvres, etc…

Le jeu comporte quelques règles communes assez simples pour les joueurs habitués aux gros jeux.

Enfin, chaque faction a ses propres règles. A la manière d’un Root. Et là on ne peut que s’inquiéter de la quantité d’info à ingurgiter avant de pouvoir jouer correctement… Ce n’est pas faux. Cependant contrairement à Root où savoir comment la compagnie de la rivière fait ses points n’est pas très intuitif, avec Hégémony le problème ne se pose pas. Car vous êtes au cœur de la réalité et vous savez, naturellement, comment fonctionne le milieu dans lequel vous vivez.

Vous vous doutez bien que les capitalistes ne vont pas chercher à faire dans le social… On atteindra ici peut être pour certain une limite : est-ce que rejouer la réalité, c’est s’amuser, c’est jouer, c’est fun ? Perso, oui c’est fun. Mais il faut reconnaitre que le thème pourra en rebuter plus d’un.

On pourra reprocher à Hégémony le peu d’axes de scoring. Encore une fois ce n’est pas faux. Mais scorer n’est pas le seul but du jeu, il faut aussi prendre le temps d’analyser les stratégies adverses afin de les bloquer et d’empêcher vos concurrents de faire des points. Ce sera donc cette balance entre mon scoring et le blocage du scoring adverse qui rendra le jeu particulièrement intéressant et stratégique et vous propulsera vers la victoire. A aucun moment on ne peut rester le nez plongé dans son propre jeu. Il faut rester attentif constamment. De même, on portera une vive attention aux rapprochements des uns et des autres, aux alliances qui se forment, aux traitrises à venir. Il faudra saisir les opportunités dès qu’elles se présentent.

Le jeu se divise en 5 manches (attention, la fin arrive bien plus vite que prévu et ce même si le jeu est long) avec les phases suivantes :

  • Phase de préparation : mise en place de la nouvelle manche, en gros une phase d’entretien
  • Phase d’action : chaque joueur effectue soit une action d’une carte de sa pioche, soit une action de classe. Les joueurs disposent aussi d’actions bonus individualisées. Les cartes proposent des actions parfois puissantes, mais il vous faudra les sacrifier pour jouer vos actions de classes. C’est totalement
    frustrant.

  • Phase de production : c’est le moment de faire produire vos entreprises, vos ouvriers. Il faudra ensuite nourrir tout ce petit monde, laisser le FMI contrôler votre politique nationale et en cas de défaillance imposer sa loi, payer vos impôts.
  • Phase d’élections : C’est le moment de voter les lois qui seront à votre avantage. Personne bien sûr n’étant sur la même longueur d’onde, il vous faudra jouer de toute votre influence sur les responsables politiques. Moment assez sympa où vous risquez de perdre vos amis. Le tableau des lois est super bien pensé à la fois en terme de jeu et en terme de réalité socio-économique. Je le redis, surtout concernant les politiques en cours, la fin du jeu arrive très vite. Sur 5 manches vous ne pourrez au final influer que 3 manches sur les politiques. Hors, cette phase est majeure pour votre scoring.

Il ne faut pas non plus nier le plaisir absolu pour la classe ouvrière de coller une grève à ces raclures de capitalistes qui, le tour précédent, ont vendu des entreprises et mis le personnel au chômage juste pour réaliser des bénéfices ! Sans oublier tout l’argent déposé discrètement sur un compte offshore aux îles caïmans… Salops de riches !!! Cette partie là du jeu, très fun, très role play, avec des alliances de circonstances et des trahisons soudaines est un pur plaisir pour peu que l’on s’intéresse au sujet.

Très vite vous allez saisir les enjeux de votre classe et jouer à fond votre rôle. Nous avions un joueur qui a pris les capitalistes et qui dans la vraie vie est plutôt très, très mais alors très à gauche. Mais le jeu l’emporte sur tout. Et vite ce joueur s’est transformé en un affreux rapace économique, n’hésitant pas à atomiser ses entreprises, sacrifier son personnel, faire pression sur l’état et les politiciens !!! On se prend très vite au jeu.

Vous l’aurez compris le thème est ultra présent et les règles sont à son service. L’immersion est totale. Perso j’ai adoré et les copains qui ont joué avec moi, tout autant. On a trouvé cette lutte très fun, surtout parce qu’elle était ancrée dans le réel. Un peu comme des gosses qui jouent aux policiers et aux voleurs.

Pour finir, si les enjeux de société vous concernent, je ne peux que vous conseiller cette vidéo ainsi que la découverte du site qui l’abrite

De quoi réfléchir plusieurs années en attendant l’apocalypse climatique.

El Stefano

Pour rappel:

2–4 joueurs, 14 ans et +, 90–180 Min
Complexité BGG : 4.11 / 5
Auteurs: Vangelis Bagiartakis, Varnavas Timotheou
Illustrateur: Jakub Skop
Editeur: Hegemonic Project Games + Don’t Panic Games
Jeu offert par Don’t Panic Games et article non rémunéré.
116,90 € en VF chez Ludum116,95 € en VF chez Philibert,  116,90 € chez Esprit Jeu

A propos de GeekLette 720 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*