Everdell : le monde merveilleux de la forêt sur plateau

1–4 joueurs, 13 ans et +, 40–80 Min
Complexité BGG : 2.81 / 5
Auteur: James A. Wilson
Illustrateurs : Andrew Bosley, Dann May
Editeur: Starling Games (II)
53,90 € en VF chez Philibert
53,90 € en VF chez Ludum, 46,89 € si vous êtes abonnés

Les règles

Everdell est assez simple à jouer. Les règles sont concises, rapides et faciles à lire. Mais ne vous fiez pas non plus à cette simplicité, car pour gagner il faut optimiser un max.

Et pour ça, ce jeu propose aux joueurs de créer leur ville (de maximum 15 cartes) en 4 saisons (4 manches).

Les 4 saisons

La particularité d’Everdell se trouve dans les manches. Il y a 4 manches représentant les saisons. Et un joueur peut passer à la saison suivante alors que les autres joueurs sont encore à la saison précédente, sans que cela gêne le jeu. Et ce passage d’une saison à l’autre doit être joué au bon moment.

Le détail du passage d’une saison à une autre est détaillé dans l’action « passer » du chapitre suivant.

Durant ces saisons que font les joueurs ?

Tour à tour et ce, jusqu’à ce que tout le monde ait passé lors de la dernière saison, le joueur actif fait UNE action parmi les suivantes :

  • poser un meeple
  • jouer une carte
  • passer

Poser un meeple / ouvrier sur un emplacement pour y exécuter l’action

Il y a plusieurs types d’emplacement :

  • Les emplacements de base sur le plateau, pour y acquérir principalement des cartes à piocher et des ressources
  • Les emplacements de la forêt sur le plateau principal aussi (qui changent à chaque partie puisqu’on les pioche), pour y acquérir des ressources et/ou des cartes ou des pouvoirs (généralement plus puissant que les emplacements de base)
  • Les emplacements dans vos villes pour y exécuter des pouvoirs
  • Les emplacements sur les cartes de vos adversaires (uniquement celles indiquées « ouvertes », pour y exécuter des pouvoirs, en contrepartie l’adversaire reçoit 1 pièce (1 point de victoire) qu’on prend de la réserve générale.
  • Les emplacements sur les évènements de base ou spéciaux, pour y acquérir l’objectif unique et du coup
  • Le havre de paix pour défausser des cartes et gagner des ressources
  • Le voyage (uniquement disponible en Automne, dernière manche)

Sur ces emplacements, il y a 2 types de lieu: soit le lieu n’est ouvert qu’à UN seul meeple/ouvrier. Donc un seul joueur peut y aller. Soit le lieu peut être utilisé par tous et est donc ouvert à tous même s’il contient déjà un meeple/ouvrier. Cela est représenté par un cercle ouvert (quand tout le monde peut y aller), et par un cercle fermé (quand il n’y a qu’un seul joueur pouvant y aller).

L’iconographie est superbement faite, comme indiqué ci-dessous :

Jouer une carte

Un joueur peut aussi jouer une carte, c’est à dire payer son coût et mettre la carte dans sa ville (devant lui). Seulement 15 cartes peuvent représenter sa ville.

La carte peut provenir soit de sa main soit de la prairie (les cartes disponibles pour tous, au nombre de 8).

Il y a deux types de cartes :

  • les constructions
  • les créatures qui peuvent éventuellement être gratuites si on a la construction associée.

Comme indiqué dans les images, le coût est disponible en haut à gauche mais pour les créatures, si vous avez la construction dans votre ville, elles sont gratuites. Evidemment, une construction ne peut donner lieu qu’à UNE seule créature gratuite. Les cartes sont disponibles en plusieurs exemplaires.

Il y a plusieurs types de cartes:

  • les cartes marron (voyage) qui donnent des bonus immédiats
  • les cartes vertes (production) qui donnent des ressources au moment de leur construction et au moment de la production (lorsqu’on passe à la saison suivante et selon la saison)
  • les cartes rouges (destination) qui sont des cartes sur lesquelles on peut poser un ouvrier.
  • les cartes bleues (gouvernance) qui donnent des bonus permanents
  • les cartes violettes (prospérité) qui donnent des points en fin de partie selon conditions. Ces cartes sont assez chères, généralement.

Passer à la saison suivante

Le joueur peut, s’il le veut, passer à la saison suivante. Pour cela,

  • il va exécuter (s’il en a) les cartes de sa ville lui donnant des pouvoirs pendant cette phase là,
  • il va ensuite récupérer ses ouvriers (sur les emplacements sur lesquels il les a laissé) et ainsi laisser la place aux autres joueurs,
  • il va récupérer le ou les ouvriers de la saison suivante,
  • il va effectuer l’action de la saison suivante : produire ou piocher selon la saison.

Produire c’est activer TOUTES les cartes vertes de sa propre ville. Donc gagner des ressources 🙂 Comme vous pourrez le voir, la production n’est présente qu’à la première saison (donc 1ère fois que vous passez) et troisième fois.

Piocher 2 cartes Prairies, c’est choisir 2 cartes visibles, les mettre dans sa main et remplacer les cartes pour nos adversaires… Donc ne le faites pas quand ils ont BLINDES de ressources LOL

Choisissez bien le moment où vous devez passer car faire venir de nouvelles cartes sur la Prairie et laisser vos emplacements libres donnent BEAUCOUP de pouvoirs aux adversaires.

Quand vous passez, vous n’avez pas à attendre que les autres passent à la saison suivante comme vous. Le joueur suivant continue de jouer à la saison courante, le joueur d’après fait de même et quand c’est à votre tour vous jouez votre tour, ensuite le joueur suivant peut aussi passer pour aller à la même saison que vous. etc

C’est la force de Everdell, vous n’allez pas passer au même moment et vous ne vous attendez pas.

Fin de partie

A l’issue de l’Automne, et au moment où tout le monde a passé, on va compter les points :

  • les points de base sur les cartes de votre ville
  • les jetons points récupérés en cours de partie
  • les points gagnés grâce aux cartes violette dans votre ville
  • les points de voyage (emplacement disponible qu’en Automne sur le plateau)
  • les points liés aux évènements (objectifs obtenus)

Et voilà 🙂 ce sont les règles de EVERDELL, notre « petit » jeu du moment, ou alors on peut dire notre jeu familial du moment 🙂

A qui s’adresse ce jeu ?

Malgré une simplicité presque déconcertante des règles, Everdell demande, pour gagner, d’optimiser, en un temps record, toutes vos actions. Du coup, plus les joueurs ont le même niveau autour de la table, plus le jeu sera intéressant.

Malgré tout, le core gamer n’y trouvera pas son compte mais de temps en temps, ça ne fait pas de mal.

Côté difficulté, je le place sur la même étagère que les ruines perdues de Narak.

Les moins

  • A 2 joueurs, la prairie se renouvelle que trop rarement : une variante, qui minimise l’impact sur le jeu, a été « validée » par les joueurs sur BGG appelé BORDURE / FRONTIERE (BORDER).
  • L’arbre en 3D est inutile mais tellement classe
  • Un carnet de score manque dans la boite, les post it bof…
  • J’aurai aimé un peu plus d’interactions sur les cartes villes (en plus du placement d’ouvriers et de la course aux évènements / objectifs)
  • Un côté chance sur le tirage des cartes m’amène à le comparer à Res Arcana qui propose de « faire avec ce qu’on a ». Or, dans Everdell, ça nous fait couiner quand les adversaires tirent des cartes production et pas nous…
  • Everdell n’est pas original. Et oui, je sais c’est dur à entendre… Mais finalement des jeux de construction de tableau, des jeux de placement d’ouvriers, etc ça existe et ça existera encore.

Les plus

  • il se joue entre midi et deux, à la pause déjeuner, sans problème !
  • Les cartes et leurs pouvoirs sont parfaitement équilibrés
  • Les règles sont très vite assimilées
  • Les parties ne se ressemblent pas, les cartes étant assez nombreuses
  • On enchaine facilement les parties
  • Le thème attire les joueurs qui en ont marre des jeux SF [ comme ma femme ]
  • On souligne évidemment (deux fois) les illustrations magnifiques !
  • La rejouabilité est raisonnable avec les cartes « emplacement », les cartes « évènement » qui changent d’une partie à l’autre
  • La qualité du matériel est irréprochable
  • J’adore la décision de passer quand l’adversaire n’a plus de ressources ni d’ouvriers. Par contre, si vous passez trop tôt vous laissez une chance inouïe à votre adversaire de se placer ou choper les bonnes cartes
  • Les choix ne sont pas si simples et heureusement, le core gamer entouré de casual va s’amuser !
  • Il va rester à la maison… un bon long moment car l’envie de rejouer est là, et de temps en temps, j’aurai envie de retrouver mon pigeon voyageur et ma taupe. Surtout qu’on a envie de découvrir les extensions.

Pour aller plus loin

L’extension : Pearlbrook sortira en VF pour Octobre 2021.

Combien d’extensions au total ?

Bonne question !!! il y en a un paquet et il y a même une complete edition prévue pour 2022.

Photo prise sur le site geektyrant.com

Des éléments 3D sont disponibles pour égayer vos parties

Sur Etsy (via BGExpansions auprès de qui j’ai déjà acheté, il est en Espagne) ou à imprimer directement.

Pour soutenir le blog, n’hésitez pas à acheter via les liens d’affiliation 🙂

1–4 joueurs, 13 ans et +, 40–80 Min
Complexité BGG : 2.81 / 5
Auteur: James A. Wilson
Illustrateurs : Andrew Bosley, Dann May
Editeur: Starling Games (II)
53,90 € en VF chez Philibert
53,90 € en VF chez Ludum, 46,89 € si vous êtes abonnés

A propos de GeekLette 643 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*