X Wing (FFG / Edge)

x-wing-le-jeu-de-figurines-boite-de-base

Comme beaucoup le savent, j’ai gagné une boite de base du jeu X-Wing sur le blog de Mister Zombi qui organisait un concours avec Figurines & Fantasy

Subissant un certain manque de temps, j’ai demandé à VMazuka, rencontré à LudiNord, si lui, fan du jeu, voulait bien écrire un article en échange du jeu. Il a accepté car son petit garçon adore le jeu et voudrait que lui aussi ait sa boite de base.

Article écrit par VMAZUKA

(Nombre de parties effectuées : environ une trentaine, avec le jeu de base et la plupart des extensions).
Il y a bien longtemps que je me promène dans une galaxie lointaine, très lointaine…

C’était en CP. Où peut être en CE1. Peu importe. Toute la classe était excitée : comme à chaque veille de vacances on nous avait emmenés dans la grande salle au premier étage de l’école. Le mur du fond était peint en blanc. Cette salle permettait de voir des films. Oui, des films, des vrais, avec des bobines et un projecteur. La magie, pour un gosse du début des années 80.
Ce jour là, beaucoup sont tombés amoureux d’un univers. Beaucoup sont restés bouche bée devant les combats au sabre laser. Beaucoup ont frissonné quand Luke plonge dans la tranchée de l’Etoile de la mort. Beaucoup ont ressenti de la peur en voyant Dark Vador et ses Stormtroopers.

Ce jour là, beaucoup ont découvert Star Wars.

J’ai bien sûr vu les deux autres films, au cinéma cette fois-ci. Puis je les ai revus, en VHS. Puis en DVD. J’y ai joué pendant des heures avec les copains, dans la cour de l’école. Au collège ça ne s’est pas arrangé car j’ai découvert la pratique des jeux de rôles, au premier rang desquels celui de la guerre des étoiles, édité par Descartes. J’ai joué des contrebandiers, des pilotes, des jedi. J’ai piloté pas mal de vaisseaux. Parcouru des dizaines de planète. Vécu des aventures inoubliables.

Je ne vous parlerai même pas des jeux vidéos, des jouets, des goodies divers, des BD ou des romans de l’univers étendu, car sinon on y passerait des heures.

Tout ça pour dire que je ne suis pas seulement fan de cet univers, je m’y sent un peu comme chez moi.

Mais ne vous méprenez pas. Cet attrait pour Star Wars ne fait pas de moi un consommateur achetant aveuglément tout et n’importe quoi.

Bien au contraire, je suis même plutôt difficile à convaincre.

x-wing-03

Avant de découvrir X-Wing, seules deux choses avaient grâce à mes yeux concernant la Guerre des étoiles : les films et le jeu de rôle.

Il y a deux ans, quand j’ai vu les premières news parlant d’un jeu de plateau Star Wars, avec des figurines, édité par FFG, je n’ai même pas relevé. Un jeu à licence ? J’allais forcément être déçu. Des figurines supplémentaires à racheter ? Je ne suis pas une vache à lait (j’ai donné avec ma période Magic). Un jeu édité par FFG ? L’ameritrash, très peu pour moi (j’aime plutôt les jeux de gestion à l’européenne).

Quelques mois plus tard, un ami a sorti le jeu et m’a convaincu, difficilement, d’en faire une. Comme ça, juste pour voir.

Une heure de partie plus tard, le charme avait opéré. Sans m’en rendre compte, j’étais déjà accro.

x-wing-02

La première chose qui m’a séduit c’est le matériel. Des figurines de vaisseau bien sculptées, joliment peintes, très détaillées, avec lesquelles on a immédiatement envie de jouer. Le tout accompagné de cartes de pilotes, de dégâts et d’améliorations, ainsi que de cadrans d’ordres, de gabarits de déplacement, d’une règle de portée, et d’une profusion de jetons divers. La boite de base, qui contient un chasseur X-Wing et deux Tie, est déjà bien remplie. Mais si vous envisagez d’acquérir d’autres vaisseaux par la suite, je vous conseille chaudement d’investir dans une mallette de transport type Pack 216, avec des mousses spécialement découpées pour accueillir vos figurines, ainsi que tout le matériel qui va avec.

La mécanique du jeu est simple : on programme en secret son déplacement, puis on fait une action et on tire. Ca rappelle un peu Blue Max (les Ailes de la gloire en VF), un jeu sorti dans les années 80, qui simulait des combats en dogfight dans le cadre de la première guerre mondiale. Gros avantage de X-Wing par rapport à Blue Max : la présence de gabarits de mouvements, évitant l’usage fastidieux d’hexagones.

Deux niveaux de difficulté sont proposés :

  • Une version « familiale » destinée aux débutants et aux jeunes enfants
  • La version « normale » (plus complète, mais quand même très accessible)

x-wing-01

Le jeu est nerveux, fluide, très tactique :
Quel déplacement effectuer, sachant que certaines manœuvres peuvent stresser le pilote ?
Quelle action privilégier sachant qu’on n’en a qu’une par tour ? Va-t-on se concentrer pour bonifier le tirage des dés en attaque ou en défense ? ou bien mettre l’ennemi dans son ordinateur de visée pour lui balancer une nuée de missiles plus tard ? ou alors effectuer un looping se dégager d’un adversaire trop pressant ?
Il faudra à la fois bien piloter, mais aussi savoir tirer partie des points forts de ses vaisseaux (une navette impériale n’offre pas du tout les mêmes avantages qu’un intercepteur Tie).

Le thème est vraiment bien respecté : toutes les caractéristiques des vaisseaux sont retranscrites au sein du jeu : les TIE sont agiles et fragiles à la fois, les X-Wing sont plus puissants et disposent de boucliers, la navette impériale brouille les transmissions des vaisseaux adverses, le Y-Wing peut être équipé d’un canon à ion… On retrouve les stars de la saga parmi les pilotes des vaisseaux, ainsi que dans les cartes servant à améliorer les chasseurs. Luke est protégé par la Force, Han Solo est un as du tir, R2D2 peut nous aider à effectuer des réparations en vol… On ressent des sensations de pilotage très différentes suivant les vaisseaux choisis. Un Tie ne se pilote pas comme le Faucon Millenium, qui lui-même ne se pilote pas comme un B-Wing…

x-wing-08

La durée de vie du jeu est assez phénoménale, par la variété de configurations et de choix offerts. Variété au niveau du choix des vaisseaux (plusieurs dizaines sont disponibles, en complément du jeu de base). Mais aussi variété au niveau des pilotes, certains disposant de caractéristiques spéciales permettant de tirer leur épingle du jeu. Variété enfin dans la possibilité de customiser chaque vaisseau avec Droids, copilotes, modifications ou armes supplémentaires…

Il y a une infinité de combinaisons possibles pour constituer son escadre : on essaie de trouver les meilleures associations de pilotes/vaisseaux/améliorations possibles, tout en devant respecter la barre fatidique des 100 points. Car bien sûr, plus un item est puissant, et plus c’est cher. Il y a dans X-Wing un petit côté préparation de deck façon Magic The Gathering, et c’est très plaisant.

x-wing-05

Conclusion : l’aurez compris, j’aime ce jeu. Et je le conseillerai à tout fan de Star Wars qui se respecte, qu’il soit joueur confirmé ou non. C’est beau, accessible, agréable à jouer. C’est un poil cher, mais au vu de la qualité du jeu et du matériel offert, on en a vraiment pour son argent. Une très belle réussite, à côté de laquelle j’ai bien failli passer, victime de mes a priori !

Les plus

  • Énorme durée de vie
  • Accessible mais profond
  • Jeu fluide et addictif
  • Respect de la licence
  • Simule parfaitement un combat en dogfight entre chasseurs
  • Très chouette matos, prêt à jouer (prépeint)

Les moins 

  • Cher si on se met à vouloir tout acheter (mais rien ne vous y oblige)
  • Ne se joue qu’en mode binaire Rébellion/Empire.
  • Se joue principalement à deux.

Mazuka

Retrouvez la boite de base et les extensions chez Philibert.

Auteur : Jason Little
Editeurs : Fantasy Flight Games & Edge Entertainment
Nb de Joueurs : 2
Age minimum : 14 ans
Durée : 20 minutes

A propos de GeekLette 656 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*