Couleurs de Paris, coup de coeur du FIJ 2019

 

Couleurs de Paris

Créateur Nicolas de Oliveira, illustrateur Fabrice Weiss, édité chez SUPER MEEPLE

 

Le voilà notre coup de cœur du FIJ 2019, LE jeu qu’il nous tarde d’avoir dans notre ludothèque et qui a tout d’un futur classique. Tout y est : une mécanique limpide, des règles simples et rapides à expliquer mais un jeu profond et fluide. Quel plaisir !  Et que c’ est agréable de calculer ses actions, poser ses ouvriers pour ramener dans son atelier la précieuse peinture, la mélanger pour réaliser au mieux les copies de tableaux à notre disposition, le tout en tentant toujours de progresser et s’améliorer dans les diverses facettes de son art…

Il nous tarde déjà d’imaginer la version finalisée. Si les illustrations et le matériel sont à la hauteur de la mécanique (ce dont on ne doute pas de la part de Super Meeple), le plaisir n’en sera que décuplé ! En attentant le flacon, nous avons eu l’ivresse …

Une partie de « Couleurs de Paris » se joue de 2 à 4 joueurs/artistes peintres qui tentent de réaliser les plus belles copies, dignes d’être exposées dans le quartier Montmartre au début du XX siècle.

 

Chaque joueur possède un plateau individuel qui sert pour enregistrer sa progression dans différents aspects de son travail (choix de la peinture, amélioration des mélanges de couleurs et réalisation des tableaux) et stocker la peinture dans son atelier.

Le plateau central, commun à tous les peintres, se compose d’une roue mobile représentant les diverses actions possibles, et sur le tour extérieur les zones (fixes) de placement des ouvriers qui permettent de réaliser l’action se trouvant pile en face. Ainsi, au fur et à mesure de la rotation de la roue, ces dernières seront réalisables 1, 2 ou 3 fois (voire pas du tout pour les cases grisées donc inoccupables) selon la case de placement correspondante. Des actions bonus uniques sont disponibles au centre de la roue. Évidemment, le nombre d’actions qu’un artiste peut faire est fonction du nombre d’ouvrier placé. Il est possible d’en gagner quelques uns à un certain niveau de notre progression individuelle, avec le choix cornélien de choisir un ouvrier supplémentaire ou prendre de précieux points de victoire… (Virginie n’a pas spécialement réussi à choisir la bonne option dans la partie!)

Le petit plus ? A la fin du tour, un ouvrier peut rester sur la case qu’il occupe, et donc attendre la prochaine action lors de la rotation de la roue.

2 façons de terminer la partie : achever 2 tableaux, ce qui rapportera un certain nombre de points de victoire en fonction de leur complexité (nombre et type de couleurs) ou qu’il n’y ait plus de cube noir disponible. Ces fameux cubes sont attribués à chaque fois qu’un joueur réalise un lot de 3 cubes de mélanges secondaires ( vert, orange et violet) et les dépense pour acquérir le précieux cube noir, et les 6 points de victoires non négligeables qui vont avec.

La fin de partie s’accélère (normal, on a boosté nos compétences), on se surprend même à vouloir jouer une partie en 3 tableaux réussis pour faire durer le plaisir ( mais là les joueurs suivants attendant patiemment autour du stand nous auraient cloués au pilori ! ). Merci à Olivier et Didier , pour avoir joué avec nous cette partie pleine de bonne humeur et de plaisir ludique !

Au final, le jeu prévoit environ une heure voire un peu moins par partie. Bon, à Cannes, elle a duré 2 heures mais c’est surtout grâce (où à cause diront les joueurs qui tournaient autour de la table et attendaient leur heure…) à Bernard, Directeur de Super Meeple qui fut notre guide bavard et passionné dans la découverte du jeu, et dont l’enthousiasme n’à d’égal que sa bonne humeur. Il a partagé avec nous les anecdotes de la genèse de cette petite perle ..quand les planètes s’alignent…

Bernard découvre il y a 2 ans au Off du FIJ le prototype présenté par Nicolas de Oliveira. Il s’arrête à sa table, en tant que simple joueur (son badge était alors caché sous la veste). Il flaire de suite le grand potentiel du jeu, créé il y a 2 mois seulement par son auteur, dont c’est la première production, et lui demande chez qui il souhaiterait être édité … L’auteur répond : Super Meeple 

Pas de problèmes, lui annonce- t- il alors, dévoilant son badge… et la suite, vous allez bientôt l’avoir dans les mains !

De la planification et de l’anticipation, du placement d’ouvriers et de la collecte de ressources, de l’interaction entre joueurs (possibilité d’accélérer la roue ou la laisser immobile, « blocage » de certaines actions peu disponibles….), et pas un dé à l’horizon !! What else ??!!

Et bien une version asymétrique avec des personnages et des pouvoirs associés (non testée au FIJ) qui sera directement incluse dans la boite.

Il nous tarde déjà de nous retrouver avec GeekLette  et de confronter notre talent pictural certain autour d’une partie de Couleurs de Paris !

Super Meeple a posté récemment les nouveaux meeples reçus (forme de peintres), ça donne une belle immersion dans le thème.

La sortie est prévue pour Paris Ludique 2019 (juin… argghhh, c’est trop long !)Pour un premier jeu, c’est diablement bien réussi ! Gageons que nous suivrons attentivement les prochaines productions de Nicolas de Oliveira et l’actualité foisonnante de Super Meeple pour l’année 2019 !

N’hésitez pas à vous inscrire à l’alerte de sortie proposée par Philibert si vous êtes pressés comme nous :

Virginie et Angélique – envoyées spéciales

2 Comments

1 Trackback / Pingback

  1. FUJI, un coopératif exigeant avec un petit goût de reviens-y! – GeekLette

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*