Retours sur l’Alchimie du Jeu (festival des jeux de Toulouse) / 23 000 visiteurs

23 300 visiteurs en 2024 (20 600 en 2023) ! C’est plus que Paris est Ludique !!!!

Et j’y étais !

Le festival peut être fier de cette volumétrie de visiteurs ! Parce que cela prouve encore une fois la richesse de cet événement proposé gratuitement par les organisateurs aidés de quelques 478 bénévoles.

Et pour continuer sur les chiffres, 96 éditeurs étaient représentés ou présents.

Chipotage

Je voudrai commencer par les points négatifs histoire de m’en débarrasser assez vite et de laisser place à cet incroyable festival. J’espère que cela est pertinent et surtout constructif. Loin de moi l’idée de foutre en l’air tout ce travail accompli avec brio. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

  • Enceintes: Les voix au micro étaient inaudibles / incompréhensibles. Grosse crise de fou rire quand ils ont annoncé que ça fermait et que les gens disaient « de toutes manières, on n’a rien entendu »
  • Boutique: Une seule boutique de jeux de plateau ne peut plus assurer tout ce monde (certains joueurs se sont résignés pendant que moi, je faisais 1 passage par jour au Passe Temps. Je suis patiente… et ruinée)
  • Jeux invisibles (remarque pour les éditeurs): Il m’a manqué les stands que l’on peut admirer à Cannes et PEL parce qu’une ribambelle de tables sans identité (malgré les nappes) ne permet pas ou peu de repérer les jeux. Une présence plus forte des éditeurs est demandée/suppliée pour l’an prochain.
  • Jeux experts : J’espère qu’un espace sera dédié aux jeux experts l’an prochain (comme avant). J’ai discuté avec quelques joueurs qui ont fait le déplacement jusqu’à Toulouse et l’avis était unanime à ce sujet : trop peu de jeux experts.

Voilà hop c’est fait, maintenant, place à ce que j’ai adoré durant ces 3 jours (2,5 jours) !

L’Alchimie va-t-il devenir incontournable ? Oui, je le pense.

Les organisateurs / bénévoles ont fait un travail de dingue ! Tournois, conférences, tables rondes, dédicaces (merci Gorobeï), tout type de jeu représenté (jdr, jeux de plateau, jeux de cartes, jeux en bois…), ludothèque géante, parties contre les auteurs, animation BGA, fresque, peinture sur figurine, jeux en proto… (et des crêpes!!!)

Et tout cela dans une ambiance conviviable et chaleureuse => mention spéciale à Emmanuelle qui proposait le chifoumi dans l’attente de l’ouverture des portes.

L’ouverture des portes d’un immense espace, le MEETT. Conçu pour accueillir les conventions aéronautiques, ce n’est donc pas l’espace qui manque. Pour vous donner une idée, le Toulouse Game Show, qui a lieu aussi au MEETT (parc des expos), accueille pas loin de 85 000 visiteurs en intérieur.

Toutes les planètes sont donc alignées pour que ce festival, déjà bien rôdé et accueillant, devienne incontournable, de par son lieu exceptionnellement grand et des organisateurs et bénévoles aux petits soins.

Un grand bravo d’ailleurs à eux. Ils ont toujours eu le sourire, même éreintés.

(Photo appartenant à l’Alchimie du jeu)

Et côté jeux ?

Nucleum

Ce jeu buzze énormément. Et je dois admettre qu’après ma partie, excellement expliquée par Thibault (Intrafin), les joueurs ont bien raison sur ce point. Pas besoin de grand discours, Nucleum propose de créer des réseaux pour alimenter nos bâtiments. Sur le papier, ça ne fait pas rêver et c’est pour cette raison principale que je n’y ai pas joué à sa sortie.

Par contre mécaniquement, c’est un sans faute pour la simple et bonne raison que non seulement c’est solide mais en plus l’interaction est présente! Evidemment, on ne détruit pas, on n’attaque pas… mais la prise des chemins de fer peut faire rager 🙂 Et c’est cela qui est bon en plus d’avoir les mêmes sensations qu’à Brass.

Mention spéciale aussi aux plateaux asymétriques.

 

Mon cerveau a rarement aussi bien marché car j’ai gagné (chose rare) et de loin (miracle).

Est-ce que j’ai envie de rejouer ? oui, j’ai acheté le jeu sur le festival, à la boutique du Passe Temps.

1–4 joueurs, 14 ans et +, 60–150 Min
Complexité BGG : 3.92 / 5
Auteurs: Simone Luciani, Dávid Turczi
Illustrateurs: Andreas Resch, Piotr Sokołowski, Zbigniew Umgelter
Editeur: Board&Dice (Intrafin pour la VF)
62,90 € en VF chez Ludum62,90 € chez Philibert, chez Esprit Jeu

 

Evacuation

Les avis sont très mitigés sur ce jeu. Je peux le comprendre. Et je suis dans la Team « J’ai aimé ». Peut-être que se faire expliquer les règles aide beaucoup aussi.

Evacuation propose plusieurs modes :

  • le mode course
  • le mode PV

En plus de ça, le jeu propose de jouer les cartes de deux manières: soit vous les jouez pour leur pouvoir soit vous les jouez face cachée en face d’une des actions principales de votre plateau pour l’exécuter.

Intrafin fait le choix de proposer le mode PV, justifiant que le mode course est pour ceux qui connaissent bien le jeu. Et je veux bien les croire. Cela m’allait très bien.

Je ne vais pas refaire le pitch que beaucoup ont déjà publié mais rapidement, Evacuation impose aux joueurs d’évacuer leurs infrastructures et leurs populations depuis leur planète mourante, cible d’un terrible soleil. On voit très bien les deux planètes sur la table de jeu. Cela va se dérouler en 4 années/manche de plusieurs phases :

  • Chaque début d’année, on reçoit nos productions, on doit nourrir les populations et on doit (pour la plus grande satisfaction de nos populations) vérifier que nous avons construit le bon nombre de stades (0 jusqu’au début de la 2nde année). (j’ai envie de créer les cartes promo « boutique de jeux »). Bref, donc à chaque début de manche, il faut répondre à la demande, sinon nous recevons un jeton malus (-3PV) pour chaque élément non respecté (nourriture, stade).
  • Ensuite, les joueurs vont jouer une carte chacun à leur tour jusqu’à ce que chacun passe. Plus vous jouez d’actions, plus vous payez en énergie. Il y a environ 9 actions différentes.
  • Ensuite, les joueurs vont pouvoir transporter leurs infrastructures et leur population dans des navettes qui demandent elles aussi de l’énergie pour partir et surtout revenir (j’y reviendrai plus tard)
  • L’ordre du tour  va être déterminé en fonction de celui qui a le plus satisfait sa population
  • Maintenant, les joueurs vont faire avancer leur satellites sur la piste de progrès entre les deux planètes. Ils vont additionner les numéros sur les cartes jouées et les actions principales qu’ils ont fait pour avancer leurs deux satellites comme ils le souhaitent. Ils sont obligés de le faire et espèrent s’arrêter sur des cases bonus et/ou passer un jalon pour augmenter leurs possibilités sur la planète d’arrivée.
  • Ensuite, les joueurs qui ont la somme exacte (calculée à l’étape précédente) demandée par la carte bonus de la manche recevront un bonus non négligeable.
  • Puis on prépare la manche suivante

Il y a plusieurs twists très intéressants, parce que liés aux deux planètes :

  • Votre planète de départ va de moins en moins produire puisque vous allez évacuer progressivement. Il faut donc trouver le bon équilibre entre ce que va produire la planète de départ et ce que va produire la planète d’arrivée, donc il faut calculer QUOI déménager pour ne pas être embêté dans le calcul de vos ressources.
  • Très bonne idée : Les ressources vont donc se trouver à deux endroits : sur la planète de départ et celle d’arrivée. Si vous dépensez les ressources de la planète de départ, vous jouez l’action sur la planète de départ. Et vous devez dépenser vos ressources de la planète d’arrivée pour des actions qui se jouent sur la planète d’arrivée.
  • La piste progrès propose des symboles sur lesquels vous DEVEZ vous arrêter pour pouvoir coloniser certains terrains de la planète d’arrivée. Il ne peut y avoir qu’un pion sur chaque case de cette piste. Et plus vous avancez sur la piste progrès, plus les terrains très productifs de la planète d’arrivée seront disponibles !
  • Je vais encore plus loin. Les actions coutent de l’énergie (plus vous jouez, plus vous payez). Si un satellite a dépassé un certain jalon, vous pourrez utiliser les énergies des deux planètes… et en fin de partie, les énergies de la planète d’arrivée.
  • Et encore plus loin, vos navettes ont besoin d’énergie (provenant de là où elles sont) pour décoller. Les navettes sur la planète à évacuer iront sur la planète cible et inversement. Du coup, pour que les navettes reviennent sur la planète à évacuer, il faut de l’énergie sur la planète cible.

Vous voyez mon seul neurone cramé là ? Sur 4 joueurs, j’ai été la seule à galérer autant dès l’année 2, même si je termine 3ème aux points.

L’intégration thématique est parfaite. Le bon équilibre de production à trouver entre les 2 planètes pour que tout puisse être fini à temps est extrêmement bien ficelé. Et si vous laissez des populations sur le carreau, ça fait mal en points négatifs !

Pour être bien claire avec vous, chers lecteurs, Evacuation n’a pas tout à fait le niveau d’excellence de Underwater Cities, du même auteur. Mais avouons qu’il est très très proche en qualité ! Je dirai que c’est son deuxième meilleur jeu.

Les plateaux sont asymétriques avec 4 set de technologies à donner à chacun des joueurs. Ces technologies ne sont pas simples à obtenir car le premier niveau demande une seule action de développement. Mais les technologies de niveau II et III demandent de faire deux fois l’action Développement pour gagner leur pouvoir.

Autant vous dire que mon cerveau a fumé sévèrement. Là où chaque jeu expert propose de gérer sa réserve de ressources, Evacuation en a deux. J’ai buggué à mort à chaque fois pour 1 ressource (voire plusieurs). Et heureusement que j’ai cartonné à Nucleum, sinon j’aurai passé un sale moment au festival ^^

Envie de rejouer ? oui très envie, j’ai acheté le jeu sur le festival. Et d’ailleurs, tout au long de la partie, je me disais que les mécaniques servaient le thème. On fait des actions qui rappellent sans cesse le thème : construire un vaisseau, le charger, lui donner de l’énergie pour partir, construire des bâtiments / infrastructures, évacuer les populations qui produisent aussi mais également les infras, développer nos technologies, … Tout rappelle le thème. En plus, la mécanique est simple (poser une carte pour son action). C’est y jouer qui n’est pas simple. Mais tout est là pour apprécier le jeu : thème, mécaniques, visuels, … Je ne vais pas me priver de rejouer, en plus l’acheter sur le festival m’a donné l’occasion de discuter avec Thomas, du Passe Temps.

Edit (2nde partie le lendemain du festival, vive les vacances) : Ce jeu me donne tellement de mal que j’ai envie de le poncer. Plus que Nucleum, c’est dire.

1–4 joueurs, 12 ans et +, 60–150 Min
Editeur: Vladimír Suchý
Illustrateur: Michal Peichl
Editeur: Delicious Games
Disponible chez Philibert, chez Ludum, chez Esprit Jeu

Navoria

Sans se mentir, c’est le visuel qui donne envie de jouer à Navoria. Et quel bonheur d’avoir pu l’essayer surtout qu’on s’attend à TOUT sauf à ça!

Navoria est un jeu inité+ et compétitif (si vous me connaissez vous savez que je ne joue pas ou peu coop).

Le pitch c’est que nos clans de Navoria se sont rendus compte qu’ils n’étaient pas seuls, et ils ont décidé d’aller explorer les 3 îles les plus proches. Chaque joueur dispose du coup d’un explorateur dans chacune des 3 îles à visiter.

La mécanique de Navoria est unique et très originale. Il y a 3 manches (si je ne me trompe pas, j’y ai joué vendredi, c’est loinnnn).

A chaque manche, il y a deux phases:

  • les joueurs vont jouer à tour de rôle : soit le joueur actif pioche 2 pions du sac (il en met un sur la couleur correspondante et il prend une des cartes disponibles de cette couleur puis va appliquer son effet, et l’autre pion est mis sur l’ile principale), soit le joueur actif choisit un pion de l’ile (au lieu de piocher 2 pions) et le pose sur la couleur correspondante pour avoir l’une des cartes disponibles et appliquer son effet.
  • Une fois que tout le monde a 4 cartes, on va prendre chacun à notre tour un pion déjà utilisé dans la phase précédente pour le placer sur l’ile principale et appliquer l’effet de pose.

Les actions consistent à :

  • faire avancer notre explorateur,
  • construire des « avant postes » (comme ça, notre explorateur démarrera dessus à la prochaine manche)
  • gagner des ressources
  • gagner des PV

Les cartes rouges donnent des PV en fin de partie uniquement.

Les cartes jaunes et vertes donnent des effets immédiats quand on les prend : des ressources, des PV, des constructions, des avancées.

Enfin, les cartes roses et bleues donnent des effets immédiats et des PV en fin de manche.

Le dilemme est sérieux !

Le twist (en plus de l’originalité de la mécanique) c’est que :

  • les ressources doivent être déposées sur votre plateau qui comporte 3 sections (qui correspondent aux 3 îles à explorer, pas fou l’auteur). Les ressources gagnées à votre tour ne peuvent pas être mises dans la même section !! 
  • Et au moment où vous avez les ressources demandées par la section, vous déclenchez l’action de la section ET l’action des avants postes débloqués.

Ce twist mécanique est très agréable à jouer et renforce le côté stratégique du jeu.

Très bien édité, très beau, avec une mécanique solide et originale, un thème plutôt bien exploité (même si c’est du comptage de points), ce jeu sera mien à sa sortie. Même si on est très loin des jeux que j’ai joué et kiffé chez Intrafin.

Sylex proposera le jeu en VF, normalement en fin d’année dans sa version de base. Et le matériel KS débloqué (tapis de jeu…) pourra compléter votre commande si vous le souhaitez (attention il n’y en aura pas pour tout le monde).

Autres jeux

Je vous en parlerai un peu plus lors du débrief mensuel.

  • Harmonies: Je le trouve très/trop proche de Azul mais pour confirmer tout cela, je l’ai acheté (faut bien un prétexte non?)

  • Littoral: on s’est bien marré sur ce jeu à emporter à la plage. Je ne suis pas la cible mais j’ai apprécié la partie et l’auteur au bel accent québécois a fortement contribué à notre amusement, d’ailleurs les copains l’ont acheté.

  • Star Wars Unlimited:  j’étais contente de jouer Dark Vador et j’ai gagné mais le début a été compliqué pour moi, je défendais plus que je ne jouais… Et ça a été au tour de mon adversaire, de se défendre, encore et encore… Du coup, on n’a pas trouvé ça fun. Il faut dire qu’on ne connaissait pas les cartes non plus. Alors, vu le succès, on n’est simplement pas fait pour les jeux d’affrontement, j’imagine. Par contre, on a entraperçu les promesses du jeu, les cartes qui doivent être jouées avant / après d’autres, les synergies entre elles, … C’est peut-être ça qui donnerait envie d’y retourner mais les tables étaient pleines. Et j’avoue avoir beaucoup aimé les illustrations.

  • ArcheOlogic: Jeu de déduction. Je lui préfère « A la recherche de la Planète X » (mon chéri de toujours) mais j’ai passé un très bon moment. On doit placer les pièces d’un donjon (à la Tetris) en fonction des indices/réponses aux questions. La machine qui répond est très bien conçue et on évite ainsi l’application mobile. On a démarré avec beaucoup d’indices, ce qui a permis de rapidement terminer la partie (4 tours). Je ne serai pas contre de réessayer avec une difficulté supérieure. Ce que j’ai beaucoup aimé (et qui m’a freinée aussi, parce que la déduction s’en trouve effacée) c’est que les pièces de Tetris doivent être posées selon les indices et réponses aux questions. OK. Sauf que pendant que les autres jouent, on peut commencer à essayer de placer ces pièces dans le donjon et on va vite s’apercevoir que TOUT ne rentrera pas et qu’au final, il y a UNE seule configuration dans laquelle tout rentre. La configuration gagnante. (évidemment quand on a suffisamment d’indices). Mais du coup, on arrête de poser les questions, ce qui veut dire arrêter de déduire : c’est cela qui m’a gênée. Le placement des tuiles pour « tester » met fin à la déduction et à la partie. Ca rend le jeu plus fun, car on manipule, on tourne les pièces dans tous les sens… soyons honnête et ça rend le jeu plus concret, mais la partie déduction est trop importante pour moi. Du coup, j’ai acheté Temple Code du même auteur, Yoann. Arrivera-t-il à détrôner la planète X ?

Les jeux c’est bien, et les gens ?

Willow et Oli

Le couple le plus chaleureux et ludique qu’on connaisse ! Suivez leur chaine, leur bonne humeur, leur gentillesse et leur passion pour les jeux ! Et si vous ne connaissez pas leur slogan, le voici : JOUER, C’EST PARTAGER !!!

Sur la photo, je précise, ce n’est pas moi 🙂

Oli est à gauche, Willow à droite et cette photo provient de leur VLOG spécial Alchimie du Jeu

Fanelia

Vous connaissez certainement la clef (livre d’énigmes) et les puzzles pour leurs illustrations absolument magnifiques et en plus Fanélia est entourée par des auteurs de talent que sont Taharn et Baptiste Derrez sur, respectivement, la clef et les puzzles mais pas que évidemment.

Après avoir fait 8h de route, Taharn et Fanelia avaient une table rien que pour eux et j’ai pu voir leur prochain projet… (distribué par Gigamic). ouhhhh j’ai hâte 🙂

Quelle joie ! J’ai passé près de 3h avec eux et ça aurait pu être plus si le festival n’avait pas fermé ^^

En tous les cas, Fanelia se démène et se défonce chaque jour pour chacun de ses projets (illustratrice, éditrice…). Elle m’a donné envie de concrétiser mes rêves. Du coup, j’ai bien l’intention de reprendre mes deux projets ludiques et je lui ai proposé, pour l’un d’eux, d’être l’illustratrice principale de ….. à suivre ^^ Fanelia, je ne manquerai pas de te contacter et te remercie beaucoup pour le boost.

Pour revenir à ses projets à elle et Taharn, la clef tome 2 (le livre d’énigmes illustré avec encre invisible) sort dans quelques mois, restez attentifs. D’ailleurs, pour ceux qui ont le tome 1, sachez qu’ils ont encore laissé libre court à leur imagination. Donc le niveau de difficulté semble être le même… (c’est à dire, trop dur pour moi mais je serai présente à sa sortie et les pin’s sont trop beaux).

Thibo et Alex d’Intrafin

Je crois que j’ai du passer plus de 10h sur le stand d’Intrafin en 3 jours (enfin 2,5 jours). Faut dire que jouer à 2 jeux de +3h ça aide.

Merci à eux, merci pour les explications claires et précises, merci pour leur bonne humeur, et merciiiiiiiiiiiii pour les jeux experts ! Merci ! J’ai adoré les deux jeux … et j’avoue que Evacuation est mon petit numéro 1 du salon, même si j’ai lutté (et j’ai encore lutté à la seconde partie le lendemain du festival lol) 🙂

Gorobeï

Dédicace de mon petit Solstis, que j’ai acheté, grâce à Willow & Oli d’ailleurs (ça m’a vraiment donné envie de jouer à ce petit jeu bien malin).

Gorobeï adore dessiner, on l’attend dans cette activité, on l’aime dans cette activité et il ne dessine pas que des jeux, il fait aussi de la BD. A suivre 🙂

Caro de Jeux des Vignes et Sylex

Une première journée passée chez Sylex puisque Navoria nous tendait les bras, très bien expliqué d’ailleurs. Pas pu jouer à Kanal, mais je compte bien y remédier, car ce jeu a l’air de répondre à tous mes critères. D’ailleurs, j’aime les jeux Spielwroxx mais il manque ce petit coup de pouce incontestable et obligatoire d’un éditeur qui cherche la perfection. Ravie que Sylex s’en charge.

S’en est suivie, la rencontre de Caro des Jeux des Vignes que je ne connaissais que de nom. C’est vrai que c’est plutôt agréable de rencontrer les gens. JeuxPayPay m’a un peu obligée, il ne voulait pas trop jouer, il voulait voir du monde, alors j’ai suivi, d’habitude je joue beaucoup plus. Mais c’est top d’avoir vu tous ces visages. Merci Caro pour les échanges 🙂

Photo prise de leur page Facebook

Steeve

Que dire ? L’un des membres du comité d’organisation de l’Alchimie du jeu.

On a discuté du festival, de l’avant / après covid, il m’a aussi montré Dédale, édité par le festival et Subverti. Moi qui me repère pas dans l’espace, il a du bien rigoler 🙂  Mais foncez sur ce petit jeu très malin!!

J’ai manqué plein de monde, je sais 🙂

Le loot

Ca faisait longtemps que je n’avais pas acheté de jeux. Je me suis malheureusement bien rattrapée. Cela reflète combien je me suis éclatée à ce festival (avec une petite note toute particulière à ma collègue Sylvie, une joueuse redoutable)

A l’année prochaine et encore bravo pour ce festival !

A propos de GeekLette 726 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

1 Trackback / Pingback

  1. Les jeux joués en Mai 2024 – GeekLette

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*