NIDAVELLIR : Chérie je débute une collec de nains !

J’ai décidé de commencer cette nouvelle année 2020 en fanfare. Une décision bien mûrie un lendemain de cuite. Oh bien sûr, si j’étais un adulte responsable, je vous parlerai des actes inconsidérés de Trump au Moyen Orient, des feux catastrophiques en Australie, de la réforme des retraites ou pire de la grossesse de Nabila. Mais non. Non. Je préfère la fanfare. Vraiment.

Aussi je vais me concentrer sur une belle surprise de ce début 2020 à savoir Nidavellir. Sortie prévue le 10/01/2019

2–5 joueurs, 10 et +, 30 à 60 minutes
Auteur: Serge Laget
Illustrateur: Jean-Marie Minguez
Editeur: GRRRE Games
Jeu offert par l’éditeur
31,50 € chez Philibert

Fafnir le dragon nordique a enfin fini la dernière saison de Game of Thrones. Et ça lui a donné des idées. Ah ! Maudit dragon sans personnalité. Le voilà donc bien décidé pour faire comme son pote de la télé à ravager Nidavellir, le royaume des Elvalands (version fantasy politiquement correct pour Nains). Notons que Fafnir regarde la série sur une plateforme payante légale.

Elvalands qui, au passage, n’avaient rien demandé. Mais bon…

Comme ces foutus nains (désolé mais moi elvalands je ne m’y fais pas) sont de joyeux alcolos, armez-vous de patience et foncez dans les diverses tavernes du royaume afin de recruter un bataillon composé des meilleurs forgerons, chasseurs, guerriers, explorateurs, mineurs et pourquoi pas attirer à vous les meilleurs héros. La crème des recruteurs aura l’honneur d’aller se faire griller les côtelettes par le joyeux Fafnir.

Votre but est d’acquérir des nains dans 3 tavernes au moyen d’enchères cachées. Pour cela, vous disposez d’un trésor de 5 pièces de base allant d’une valeur de 0 à 5. Sachez que vous pourrez, plutôt que de recruter, upgrader vos pièces (c’est bon ça !!!). Ainsi votre puissance d’enchères augmentera et surtout la valeur finale de vos 5 pièces constituant votre trésor de guerre sera autant de points de victoires. Mais upgrader ses pièces c’est rater l’occasion de recruter.

A chaque fois que vous aurez recruté les 5 types de nains disponibles, vous pourrez acquérir gratos un héros bien badass qui sera le gage soit de gagner des majorités soit de booster les pv. Vous ne pourrez pas vous passer de ces héros.

Vous allez parcourir deux âges. A la fin du premier, les joueurs majoritaires dans chaque famille naine recevra un bonus/distinction. A la fin du deuxième âge, aura lieu le décompte des points.

Le premier âge requiert donc une attention particulière pour ne pas se laisser déborder par les autres joueurs car les distinctions peuvent être un réel plus dans votre jeu.

Coin buidling, bluff, majorité, collection, Nidavellir propose en 30 à 45 minutes une expérience de jeux très interactive dans laquelle vous allez devoir vous adapter à vos adversaires. Recruter ou augmenter son pouvoir d’enchère, bloquer un joueur majoritaire, vous spécialiser, autant de choix cornéliens. Ferez-vous l’impasse sur les distinctions ?

A deux comme à trois ou à quatre, le jeu fonctionne parfaitement. Je pensais justement qu’à deux ça ne serait pas folichon, que les enchères ne seraient pas intéressantes et bien je me suis trompé et je l’avoue ici même les yeux plein de honte. Le jeu tourne super bien à deux. Personnellement, il rentre immédiatement dans mon top 10 des jeux à deux (qui comporte quand même Star wars rebellion ; targui, 7 wonders duel, star realms etc…).

Clairement l’expérience ludique est aux petits oignons et les joueurs autour de la table se sont tous bien amusés. Nous avons fait l’erreur de laisser un joueur s’envoler sur une famille et nous l’avons payé bien cher. L’upgrading des pièces est une superbe idée qui magnifie le concept d’enchère et génère une palpable tension autour de la table.

Même si la règle est plutôt bancale, disons alambiquée et mal organisée, le jeu s’appréhende vite et bien et il n’y aura pas besoin d’un diplôme en ingénierie ludique pour se jeter au plus vite dans une partie. A noter… Je vais encore me faire huer…  Les auteurs des règles ont fait l’effort de tout mettre au masculin/féminin afin de favoriser l’inclusion. C’est bien. C’est trèèèès bien. C’est trèèèès trèèèès bien. Vive l’inclusion, vive les femmes, vive me too… Girl power ! Mais bordel que c’est lourdingue à lire !

Sinon le matos est de très bonne qualité (j’ai essayé de détourner l’attention du paragraphe précédent mais là je crois que je suis cuit les gars…).

Nidavellir est un bon jeu à la frontière entre expert et familial plus. Un bon jeu que je conseille pour les parties rapides des soirs de semaine et tout ça pour une somme fort correcte. Attention l’envie d’enchaîner les parties se fait vite ressentir et ce qui devait se finir à 21h30 pourrait vous voir encore debout vers minuit !

En voilà une belle collec de nains. Chaque nain à sa manière de scorer. Les mineurs en orange multiplient les points sur les flèches oranges par le nombre de cartes oranges : soit 81 points. J’ai gagné grâce à eux.

Notez comment les pièces de départ ont été upgradées. Ça en fait ça des points en fin de parties !!!

Une photo totalement foireuse. Mais je la mets parce que c’est mon article et que je fais ce que je veux.

La taverne du cheval qui lève les deux pattes avant….

2 Comments

    • Vas y fonce. C’est sympa, pas prise de tête mais avec un fond de profondeur quand même. C’est super interactif. Typiquement le jeu que je peux jouer vite fait le soir avec ma femme et pourquoi pas ma fille. N’hésite pas à me faire ton retour lorsque tu l’auras essayé. Bon jeu.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*