La forêt des frères Grimm

Un jeu de Tim Elsner
Illustré (de façon magistrale !!!) par Mr Cuddington
Edité par Lucky Duck Games
2 à 4 joueurs, 40 minutes, 14 et + (euh… à partir de 9 ans, ça marche sans souci !)
40,50€ chez Philibert

Article de BDPhilou

Exemplaire fourni gratuitement par l’éditeur

En cette période d’épreuves du Bac (GeekLette a oublié de publier l’article), j’aurai un très bon thème pour la philo : « Un jeu doit-il être beau ? ». Vous avez 2 heures ! Et quoi de mieux pour illustrer votre copie que de mentionner « la Forêt des Frères Grimm » (The Grimm Forest) qui vient d’arriver en version française par le biais de Lucky Duck Games. Un jeu magnifiquement produit dont on peut légitimement se demander si son ramage se rapporte à son plumage !

Commençons donc par la 1ère impression que l’on a en ouvrant la boite de la Forêt des frères Grimm. Au-delà de l’illustration de couverture sublime, l’illustrateur -Mr Cuddington- réalise un sans-faute sur l’ensemble du matériel. A cela s’ajoute d’adorables maisons en blé, bois et briques (Bon, en fait, c’est du véritable plastique 😉) qui sont du plus bel effet. Elles sont divisées en 3 parties : une fondation, les murs et enfin le toit. A cela s’ajoute des pions pour les matières 1ères, des cartes Fables et Ami. Pour finir en beauté, il faut noter la présence de superbes figurines. Les joueurs utiliseront chacun un cochon (ils seront donc 4 pour le coup !) mais la boite renferme également des figurines très détaillées et massives du grand méchant Loup, d’un Dragon ou, entre autres, d’un troll.

Mécaniquement, le jeu est très accessible. Autant le mentionner tout de suite, il s’agit d’un jeu pour un public familial (ou familial plus) mais clairement pas un jeu expert. En effet, le « 14+ » sur la boite pourrait laisser penser à un jeu complexe. Il n’en est rien !

Durant chaque manche, les joueurs vont choisir secrètement sur quel endroit ils souhaitent envoyer leur figurine « Cochon » : Sur le champ de blé, dans la forêt ou dans la briqueterie. Le but étant respectivement de collecter : Du blé, du bois ou des briques. A 4 joueurs, il sera même possible de se déplacer sur le marché afin de collecter un panaché de toutes ces matières 1ères. Le blé est plus abondant que le bois, qui est lui-même plus disponible que la brique. Cependant, les déplacements et les collectes seront perturbés négativement ou modifiés positivement par l’utilisation de cartes mises en jeu par les joueurs :

  • Les cartes « Fables » peuvent par exemple faire apparaître un Troll maléfique sur l’une des destinations pour nuire aux adversaires.
  • Les cartes « Ami » peuvent par exemple impliquer Hansel et Gretel pour augmenter le coût de construction des murs des maisons de vos adversaires et collecter des ressources.

Chaque carte Fable ou Ami est très thématique et permet de s’immerger un peu plus dans l’univers des frères Grimm.

Si plusieurs joueurs ont posé leurs figurines sur le même lieu, ils devront se deviser les ressources s’y trouvant.

Ensuite, les joueurs ont la possibilité de construire jusqu’à 2 éléments pour édifier leurs maisons.

La partie se termine lorsqu’au moins un joueur a terminé de construire 3 maisons (qu’importe leur matière 1ère de fabrication). En cas d’égalité, il faudra déterminer le vainqueur en fonction de la valeur de leur maison. Les maisons en brique valant plus que celles en bois, elles-mêmes valant moins que celles en blé.

 

Les plus :

  • Un travail d’illustration à tomber par terre,
  • Une édition magnifique,
  • Des règles simples,
  • Un jeu familial qui fonctionne à partir de 9 ans (lorsque l’on sait lire en fait),
  • Les pouvoirs des cartes sont clairs et surtout souvent très cohérents avec les personnages qu’ils représentent.
  • Des figurines superbes,
  • Le jeu à 2 joueurs qui est intéressant à jouer malgré le fait qu’il s’agisse d’une variante.

Les Moins :

  • Le « 14 ans et + »indiqué sur la boite qui fait immédiatement penser à un jeu complexe et qui, probablement, le détournera une partie de son public potentiel.
  • Les figurines de personnages (autres que les cochons) qui sont finalement assez peu utilisées pendant une partie.
  • Le prix qui est justifié au niveau du matériel mais sans doute un peu inhabituel pour un jeu principalement familial

La forêt des frères Grimm aurait pu être un jeu bien plus chiche au niveau de son matériel… moins clinquant, c’est certain. Mais -tout comme pour la superbe édition coréenne de Modern Art– l’éditeur a fait le choix de proposer une version directement « Deluxe » afin de donner aux joueurs un cadre idéal pour faire vivre l’univers de son jeu. L’objectif est réussi grâce notamment à de sublimes illustrations signées Mr. Cuddington. La tâche était pourtant bien plus compliquée qu’elle n’y parait. En effet, comme notre imaginaire collectif concernant les comtes des frères Grimm est très largement influencé par les représentations graphiques qu’en a fait Disney, il devient difficile de représenter des personnages tels qu’Aladin ou Raiponce sans penser directement aux dessins animés de la firme de Mickey. Pourtant, toutes les représentations proposées dans le jeu font mouche ! Elles sont belles ET SURTOUT cohérentes. D’ailleurs, à propos de cohérence, les pouvoirs donnés à chaque personnage est effectivement souvent bien vu. Par exemple : l’Ami Pinocchio incitera vos adversaires à savoir si vous mentez, etc. La forêt des frères Grimm est donc un jeu familial tout à fait recommandable dans le type de gestion de ressources pour débutant. Il trouvera sans souci sa place dans votre ludothèque au côté de The River ou Solenia dont il partage selon moi le même public.

A propos de GeekLette 585 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*