Discoveries : Deuxième découverte de l’Amérique ?

discoveries11

On prend les mêmes et on recommence ?! Mais en différent ?! Ça vous dit ? De quoi qu’on parle ? Du trio créatif qui ont donné naissance au très bon Lewis & Clark sortis en 2013 : l’auteur : Cédrick Chaboussit, l’illustrateur : Vincent Dutrait et l’éditeur : Ludonaute. Ce triptyque revient donc cette année, avec un jeu différent mais dans le même univers : Discoveries.

En effet, vous allez écrire le journal de l’expédition L&C et le joueur ayant le plus complet des carnets sera le vainqueur. Montagnes, rivières, ours, aigles, indiens, vous allez tout découvrir !!!

discoveries09

 

Vous ne serez pas tout seul, rassurez-vous, une équipe va vous aider. Vos 5 membres d’équipages seront des dés à votre couleur. Ils pourront marcher (deux faces), monter à cheval (une face), dialoguer avec les indiens (une face) ou rédiger (deux faces). Ces dés vont vous permettre d’effectuer différentes actions dans le but de cartographier un maximum de cartes.

Le nombre de cartes sera adapté selon le nombre de joueurs déterminant la durée de la partie. Les cartes sont recto-verso : le recto est la face exploration avec différents éléments (type de terrains, points de prestige, animaux – plantes – volatiles ou poissons rencontrés, parfois une tribu indienne) ; le verso représente les indiens de différentes tribus avec lesquels vous allez pouvoir échanger (ils peuvent être facilement accessibles ou au contraire méfiants. Cela influencera l’effort nécessaire à les convaincre de vous aider dans votre expédition).

discoveries06

Votre plateau de jeu vous permet de stocker vos dés, d’effectuer un grand nombre d’action en plaçant vos dés, et de constituer votre manuscrit grâce aux cartes explorations déjà réalisées. Ces actions vous permettent de changer votre exploration en cours par une des trois présentes sur le plateau central, de parlementer avec les indiens (3 au centre également), de modifier vos dés (très, très, très important), et d’effectuer une progression en rivière ou en montagne.

Les cartes explorations ont un ou plusieurs chemins composés d’enchainement de rivières et de montagnes. Vous devrez passer l’intégralité de ces difficultés pour effectuer cette expédition et ainsi la rédiger dans votre carnet.

discoveries08

A votre tour de jeu, vous effectuez une action parmi 3 :

  • Utiliser tous les dés possédés d’un seul type (soit la marche, soit le cheval, soit…). Vous les disposez sur votre plateau, certains restent, d’autres partent sur le plateau central
  • Récupérer tous les dés d’une des deux rives du plateau central
  • Rappeler tous vos dés (sur le plateau central ou partis sur les plateaux des autres joueurs).

Comment marquez-vous des points ? À la fin du jeu, vous cumulez vos points bruts sur vos cartes, puis vous ajouter vos points de découvertes (séries de différents éléments : mammifères, volatiles, poissons ou plantes) et enfin une majorité attribue des points supplémentaires aux joueurs ayant le plus dialoguer avec les indiens (le plus grand nombre de tepees accumulés).

Voici les grands principes de ce jeu. En vous expliquant ce qui m’a plu, je vais vous révéler bien d’autres détails.

discoveries07

Discoveries est vraiment différent de L&C. il est plus court, plus accessible, le mécanisme central est vraiment distinct. Ici, l’utilisation de dés, le timing et la gestion de l’aléatoire constituent le cœur du jeu.

Les actions explorations sont simples à comprendre : vous effectuez d’abord la marche à pied ou à cheval, et vous posez les dés écriture (dés primordiaux) à la fin pour valider votre expédition et passer à la suivante. Les cartes « faciles » rapportent peu de points de victoires et s’effectuent rapidement tandis que les cartes qui rapportent le plus nécessitent plus de préparation. Merci Captain Obvious. Mais cela est important pour les coups doubles. Si votre préparation vous permet d’enchainer votre carte en cours, puis d’effectuer une des trois cartes présentes sur le plateau central, non seulement vous faites un gros coup en réalisant deux cartes, mais en plus vous rejouez derrière. Super important pour un jeu où le timing est non négligeable.

Dialoguer avec les indiens est intéressant pour plusieurs raisons : la carte récupérée vous octroie un certain nombre de tipis, important pour la course à la majorité, de plus l’indien vous offre soit une action supplémentaire (généralement plus rentable que celle du plateau personnel) soit un bonus (de modification de dés ou autres). C’est déjà pas mal, mais en plus à chaque fois que vous parlementez avec les indiens, vous recrutez également un dé gris qui vient compléter vos dés. Plus vous avez de dés, plus avez de possibilités et d’actions à réaliser. Une course aux dés gris intervient alors dans le jeu (surtout en début de partie).

discoveries10

Les actions du plateau de joueur ou des indiens vous accordent un certains nombre de rivières ou de montagnes que vous pouvez franchir. Il faut respecter l’ordre indiqué par ses actions et il faut également respecter l’ordre sur les cartes explorations tout en sachant que tous excédants seront perdus. Ces contraintes nécessitent donc une gymnastique cérébrale et une bonne optimisation.

Au début du jeu, des cartes sont mises de coté, et si un indien est recruté, la carte est remplacée par la première de la pioche. Ces deux procédés font que certaines cartes explorations disparaissent pour la partie, ce qui va impacter le nombre de découverte possible. La répartition des mammifères / plantes / poissons ou volatiles dans votre partie va se retrouver modifiée et donc une rareté peut se créer, générant ainsi des choix importants à faire au moment où ces cartes apparaissent.

discoveries05

Vous jetez les dés à certains moments (début de partie, à chaque fois que vous en récupérez, à la fin d’une exploration), il y a donc un aléa intrinsèque à tous vos dés, mais la possibilité de jouer sur le nombre de dés (dés gris, ramasser ceux des autres) et l’action qui permet de changer vos dés donnent un certain control et permettent une programmation et une optimisation face à la situation.

L’interaction y est modérée : vous allez piquer la carte exploration ou indien à vos adversaires, vous allez ramasser un gros tas de dés en espérant que vos adversaires vous laissent suffisamment de temps pour les utiliser, vous allez rappeler vos dés avant que ces gros vilains mettent les pattes dessus. Mais il n’y a pas d’agression ni de sabotage. Le joueur qui maitrise son timing et ses actions et optimise le mieux sera probablement le vainqueur.

Le thème avait déjà séduit par L&C, mais ne s’essouffle pas ici. Au contraire, le jeu explore plus en profondeur différents éléments de ces périples historiques. Porté par un matériel irréprochable et des illustrations somptueuses, le thème est relativement présent. Vous allez parler de rivières, de montagnes, d’indiens, de marche, d’écriture. Le vocabulaire n’est pas shunté ce qui aide à l’immersion mais surtout aide à la compréhension de la mécanique.

discoveries04

 

Le jeu s’adresse à un public de gamer et se situe vraiment dans la mouvance actuelle de jeux pas trop longs, accessibles mais profonds. Le tour de jeu est rapide : une action avec un seul type de dés, et on peut suffisamment programmer ce qui permet de ne pas trop attendre pendant le tour des autres joueurs, et ce même à 4 joueurs.

Quelques remarques : la couverture est très belle, je l’aime beaucoup, mais je ne sais pas si elle est suffisamment punchy pour se démarquer dans les boutiques, trop « poudrée » peut être. Les cartes sont à sleever pour faciliter les mélanges mais surtout pour préserver les illustrations de Monsieur Dutrait !! ^^ Mais les cartes ne sont pas vraiment maltraitées pendant la partie. Il existe une interaction modérée certes, mais celle-ci est faible à deux joueurs. Enfin, toutes les parties sont différentes en terme de sorties de cartes explorations ou indiens. Donc oui, une variabilité existe entre les parties. Au début au moins. Mais va-t-il bien vieillir ou faut-il le consommer jeune ? Je ne peux pas vraiment encore m’exprimer là-dessus.

En résumé et de mon point de vue, Discoveries est aussi excellent que beau. Le thème est présent et aide à la compréhension du jeu. La mécanique globale est efficace. Le public ciblé est clairement gamer, pour ceux qui ont aimé L&C, foncez !! Vous ne serez pas déçus. Ceux qui ne connaissent pas L&C, foncez !! Commencer par Discoveries est recommandé car plus accessible. Le jeu sort à la GenCon cet été et arrivera par chez nous à la rentrée. Beau, intelligent, pas trop long, profond, et assez simple à expliquer, Discoveries tape dans le mille du standard actuel. Succès garanti.

Interview après la galerie

Et pour clore cet article, quoi de mieux qu’une petite interview de ce triptyque : les mêmes questions ont été posées à ces messieurs et voici leur réponses :

 

– Par rapport à son grand frère L&C, cela fut-il plus difficile ou au contraire plus facile de créer Discoveries (par rapport à un projet non affilié // stand alone bien différent tout en gardant une cohérence d’univers)?

Cédrick Chaboussit (CC) : Pour moi en tant qu’auteur, chaque recherche d’une idée nouvelle forte est tout aussi difficile, ça l’a été pour Discoveries comme pour L&C. D’ailleurs, dès que j’ai présenté mon idée de départ qui avait pour thème l’expédition à Ludonaute, il a été question de changer le thème. Nous ne voulions pas que ce nouveau jeu soit perçu comme un énième « Dice Game » et nous avons tout fait en ce sens.

Vincent Dutrait (VD) : Pour ma part ce fut plus difficile car il y avait déjà L&C. En termes de volume, il y avait moins d’illustrations dans Discoveries mais ce fut plus complexe sur le fond. C’est loin d’être évident de travailler à nouveau un univers, un environnement et des personnes. Je crois que j’ai passé plus de temps en réflexions et préparations plutôt qu’en réalisation et exécution pures, afin de trouver la bonne approche et une démarche justifiée pour pouvoir assurer du renouvellement dans la continuité.

Cédric Lefebvre (CL) : Beaucoup plus facile, plusieurs raisons à ça, d’abords notre équipe n’a eu besoin d’aucun rodage car l’entente était déjà parfaite avant de commencer, ensuite contrairement au première opus, la thématique était déjà trouvé et nous savions déjà exactement où nous voulions aller, et enfin de façons évidente le jeu étant plus accessible et plus court le temps de développement lié au réglage fin s’en est trouvé fortement raccourci.

 

– Avez vous travaillez avec L&C comme appuis ou au contraire avez vous essayez de vous en détachez?

CC : L&C a été le point de départ de mon idée sachant que j’ai utilisé les planches de stickers de ressources pour les utiliser sur des dés pour activer des actions. Ensuite, ce sont mes nombreux essais autour de mécanismes à base de dés réalisés par le passé qui m’ont permis inconsciemment d’en arriver à la mécanique de Discoveries.

VD : Durant l’épique réalisation de L&C, j’avais eu beaucoup d’idées sur la forme à donner aux cartes, au plateau, aux illustrations. Mais je n’avais pas pu toutes les exploiter. J’ai donc pu en reprendre et en développer certaines jusqu’au bout pour Discoveries. Pas tellement dans l’idée de me détacher de L&C mais plutôt dans l’optique de le compléter voire l’enrichir, pour qu’au final les joueurs aient le sentiment de deux jeux bien différents (avec des illustrations et éléments de jeu en adéquation avec les mécaniques différentes) mais formant un grand ensemble cohérent (cartes, carnets, journaux, croquis, portraits, scènes de vie, etc).

CL : C’était toute la difficulté, faire différent mais quand même un peu pareil. Ici c’est vraiment plus avec Vincent que l’on à beaucoup échangé car on ne voulait pas faire un jeu qui soit une copie conforme du premier, il a fallu donc tout en gardant la patte artistique de Vincent trouver une autre façon de représenter les mêmes illustrations. Avec Cédrick c’était plus simple car le game design étant totalement différent, on a plus construit le développement en opposition à Lewis & Clark en voulant intégrer toutes les choses que l’on avait ignorées dans le premier opus (comme les découvertes zoologiques par exemple).

 

– Toutes les références et les détails thématiques avaient déjà été pensées et « gardées sous le coude » ou de nouvelles recherches approfondies ont été nécessaires?

CC : Nous savions que les éléments thématiques les plus importants laissés de côté lors du premier opus étaient les découvertes scientifiques. Le gros du boulot a été réalisé par Anne-Cécile et Vincent que je remercie encore au passage 😉

VD : J’avais conservé toutes mes docs et références. Ce qui a permis de gagner un temps considérable sur plusieurs points. Mais comme Discoveries s’attache plus aux différentes tribus indiennes et à la faune et la flore environnantes – ce qui n’avait pas été abordé dans L&C ou partiellement survolé – il a fallu un travail conséquent de recherches, sur les habitations, les modes et lieux de vie, les vêtements,… Si j’avais la documentation suffisante, j’ai représenté l’environnement (tipis, huttes, paysages), si je n’avais aucun élément décrit en détail, je me suis focalisé sur les personnages (portrait, mise en situation, etc) et si j’avais des images précises, j’ai proposé des éléments bien spécifiques.

CL : Un peu des deux, le premier survol avait était fait pour le premier jeu et l’on avait plus recherché des choses sur les personnages rencontrés par l’expédition, on savait a ce moment là qu’ils avaient découvert des espèces, rencontré plein de tribus, etc… Mais on n’avait pas forcément été dans le détail. Avec Discoveries on est rentré dans le détail en recherchant notamment quels animaux avaient été découvert par l’expédition.

 

– Une sortie pour la GenCon, une comm qui se met en place avec des reviews et articles sur BGG : êtes vous plutôt confiants pour sa sortie, vu l’accueil que L&C a pu avoir ou est-ce un gros challenge à relever de lui succéder?

CC : Le jeu nous plaît mais il est bien difficile de savoir comment il va être accueilli, c’est ce qui fait le charme du secteur du jeu il paraît ! Discoveries a une filiation évidente avec L&C mais les deux jeux sont quand même très différents, notamment par leur accessibilité.

VD : Je suis plutôt confiant pour plusieurs raisons. Discoveries va profiter de l’assise de L&C et les joueurs l’appréciant pourront se replonger dans cette aventure sous un jour tout nouveau. Et il me semble que les deux jeux sont suffisamment différents sur leur forme et aspect (boîte, approche des illustrations, mises en forme des éléments de jeux) ainsi que sur leurs mécaniques pour que les joueurs puissent les aborder comme deux entités distinctes évoluant dans le même univers, tout en se répondant et en proposant une expérience de jeu retraçant tous les pans de l’expédition Lewis & Clark.

CL : Les deux, j’avoue être assez confiant après les retours des joueurs sur les différents salons de printemps. Mais cela n’enlève rien au challenge qu’il faudra relever pour faire au moins aussi bien que Lewis & Clark.

A propos de GeekLette 636 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

1 Comment

  1. Très bel article Micha avec cet interview en plus, merci pour toutes ces explications et les photos sont vraiment chouettes.
    Je n’avais pas aimé le 1er jeu mais celui ci me semble plus dynamique donc si j’ai l’occasion d’y jouer, je ne me priverai pas.

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. journal de bord de l’été - GeekLette
  2. Une valise de jeux de société ? - GeekLette

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*