La Cigale Et La Fourmi : Le Retour de la Vengeance

CigaleEtFourmi-08

La gamme contes et jeux de chez Purple Brain a rapidement conquis une grosse partie de la communauté ludique. Entre le format, les auteurs et illustrateurs derrière ces opus, ses jeux ont tout pour plaire. Il suffit de voir le palmarès déjà accumulé pour s’en rendre compte. Forcément, l’arrivée d’un nouveau tome attise la curiosité.

Et le voilà !! Le quatrième volume arrive pour le Festival International des Jeux de la ville de Cannes, et cette nouvelle adaptation n’est autre que : La Cigale et la Fourmi. De son auteur, Yoann Levet (dresseur de fourmis professionnel) et de son illustrateur Naiade, ce jeu s’adresse à un public d’au moins 8 ans, pour 2 à 4 joueurs pour des parties de 30 minutes environ et tout ça pour 19,90 € chez Philibert.

Ici vous allez incarner à tour de rôle soit la fourmi pas prêteuse qui va essayer de collecter des denrées, soit la cigale. Cette dernière ne va pas chanter ou danser mais tenter de voler le butin du formicidé.

CigaleEtFourmi-10

Le mécanisme central du jeu est le guessing (et donc le bluff…). Sur un terrain de 4×4 cartes (cartes rondes représentant 4 types de chemins/terrains différents), le joueur fourmi va y déposer 6 meeples fourmi : les fourmis se suivent d’une carte à l’autre, en commençant par le bord et ne connaissent que les déplacements orthogonaux. Une fois la colonie placée, le joueur fourmi choisit grâce à ses jetons (de type poker) le type de carte et donc de terrains qu’il souhaite amasser. Il met alors son jeton face caché. C’est là que la cigale aussi fourbe que cruelle va venir se positionner sur une des cartes où se trouve une fourmi. Après révélation, si la cigale s’est trompée, la fourmi empoche toutes les cartes correspondantes à son choix (où elle avait déposé un de ses congénères). Si la cigale a flairé bon, c’est alors elle qui s’empare de la moisson.

Vous allez me dire, 4 types de chemins, ça donne une chance sur 4 ou sur 3 selon la disposition du terrain… oui mais avant de vous parler de l’intérêt de ses cartes chemins, je vais vous parler d’un petit twist très sympathique : sur ces cartes chemins vous pouvez parfois y trouver un autre petit insecte (inoffensif). Si une coccinelle, par exemple, se trouve à la fois sur une carte nappe et sur une carte planché, et que la fourmi ait choisi de récupérer les cartes nappes : elle peut soit récupérer toutes les cartes nappes, soit peut décider de laisser la carte nappe avec la coccinelle pour prendre la carte planché avec la coccinelle. Et cela rend le guessing beaucoup plus ardu pour la cigale !!

CigaleEtFourmi-11.jpg

Les cartes ainsi récupérées vont, comme vous pouvez vous en douter, vous servir à scorer. Il existe deux modes de jeu : le mode automne et le mode hiver :

Le mode automne (très accessible) s’utilise avec un plateau de score, où chaque carte récupérée vous rapporte des points sur une des 4 pistes de score (piste de type 1 – 3 – 6 – 10 pour chaque type de carte). Les cartes amassées avec des insectes sont conservées (face visible ou cachée, vous choisissez) et ces insectes vous octroient des bonus en fin de partie. Fin de partie arrivant lorsqu’un des joueurs arrive à 10 sur deux échelles différentes.

Le mode hiver (un tout petit plus exigent, mais pas des masses) quant à lui se joue avec un set de cartes « nourritures ». Chaque carte vaut un point et la partie s’achève dès que l’un d’entre vous arrive à 4 points. Ces cartes nourritures s’acquièrent avec les cartes chemins (assimilables à des ressources). Si vous obtenez deux cartes nourritures identiques (si si c’est possible elles sont toutes en double dans le jeu), combinées, elles vous rapportent un point supplémentaire. 3 points en deux cartes, fin de partie à 4, oui, ça peut aller vite !! En prenant ces aspects d’achat de cartes nourritures, les cartes chemins déjà acquises, les possibilités données par les insectes, cela rend les rôles bien subtils et retords pour la fourmi tentant de dissimuler son ambition et pour la cigale cherchant à percer le jeu de la fourmi.

CigaleEtFourmi-03

Dans les deux modes, si la fourmi réussit sa collecte, les rôles tournent dans le sens horaire, si elle subit un échec, seul le rôle de la cigale tourne et la fourmi reste fourmi.

La mécanique est claire, limpide et surtout très efficace. Relativement simple, ce quatrième volet est un bon jeu de guessing et de bluff, et vous y prendrez plaisir avec de coups subtils ou très agressifs. Les illustrations de Naiade sont, comme à son habitude, très réussies permettant ainsi à la gamme de conserver sa qualité graphique (même si je trouve la couverture et les cartes nourritures un peu sombres, mais ça ce sont mes goûts…). Aucun souci avec les différents types de cartes, les meeples sont cools car designés spécifiquement pour le jeu (comme pour le lièvre et la tortue). Deux soucis de matériel sont à révéler : le thermoformage jaune est vite marqué par les pièces en bois, mais surtout les stickers pour les meeples ou les jetons de mise déteignent après seulement quelques parties… Ai-je une boite de pré-production ou est-ce un réel souci ? Ceux du lièvre et la tortue sont encore intactes après plusieurs parties.

CigaleEtFourmi-05

 

Je reste dubitatif sur le rôle des fourmis rouges dont je ne vous ai pas encore parler. Elles interviennent uniquement dans le mode hiver pour le 3eme et 4eme joueur. Grace à des jetons rouges, elles doivent deviner le choix de la fourmi noire, si elles trouvent elles obtiennent une récompense : un carte chemin (la première carte de la pioche), sinon rien. Le jeu est clairement un jeu de duel entre la fourmi noire et la cigale, et les fourmis rouges ont un aspect de second rôle, comme pour combler un vide. Les rôles tournent, et selon le succès ou non, les duels changent. Donc pourquoi pas… Mais il peut arriver de jouer deux fois de suite une fourmi rouge, et là deux tours sans être vraiment acteur… bof… Mais alors pourquoi ne pas les avoir intégrer au mode automne ? Le bonus d’une carte (comme dans le mode hiver) serait surement déséquilibré, mais contre un point bonus ? Vu qu’il y a une piste de score ! Le mode automne présente un réel intérêt de jeu, ce n’est pas qu’un mode light, mais semble vide comparé au mode hiver pour le 3eme et 4eme joueur (qui ne font rien en attendant que le duel s’effectue). Les parties se jouent principalement avec le mode hiver, ce qui peut être frustrant.

Le bilan est donc un peu contrasté. Car le jeu est beau, le jeu est bon, la mécanique est d’une efficacité remarquable. Mais quelques détails font que mon avis est mitigé. Le jeu sortira souvent et plaira aux joueurs de tout âge, occasionnels ou passionnés. Le standard de la gamme contes et jeux est maintenant haut et je suis peut être très critique avec les nouveaux… ^^

CigaleEtFourmi-07

 Interview de Naiade

Je vous laisse avec l’échange que j’ai pu avoir avec Naiade, illustrateur de ce jeu :

– Travailler dans une gamme : Tu as recherché une cohérence avec les autres opus? Ou au contraire une singularité particulière ? Tu as eu des directives précises ?

– Le but n’était justement pas de faire comme les autres, Benoit nous contacte pour que nous proposions notre vision des choses, même si il y a un cadre, une cohérence à respecter.

– Cette gamme connait un réel succès. Tu souhaitais avoir un ouvrage à toi dans cette gamme ou Benoit est venu te chercher ?

– j’adore cette gamme, et j’avais vraiment envie d’en illustrer l’un des volumes, j’en ai certainement fait part à Benoit, je ne me rappelle plus. En tout cas il me l’a proposé et j’en suis ravi.

– C’est un jeu commandé par Benoit à Yoann, cela a-t-il changé qqch pour toi ? Sur ta façon de travailler ? Relation avec l’éditeur et/ou l’auteur ?

– ça n’a rien changé pour moi, je ne suis jamais en lien avec l’auteur pour la réalisation des illustrations, c’est dommage.

 

– Beaucoup d’insectes au final. Comment as-tu perçu ça, thématiquement parlant ? Ce jeu a représenté quoi pour toi niveau charge de travail ?

– j’ai rarement dessiné des insectes, mais j’étais très motivé alors je ne me suis pas trop posé de question et je me suis lancé. C’était également pour moi l’occasion de faire des petits animaux rigolos et très stylisé. Il y avait des éléments vraiment très différents à réaliser, les insectes, les tuiles de texture (sol), les illustrations avec la fourmi, le plateau de score avec les aliments (c’est l’élément que j’ai préféré réaliser). Il s’agit d’un jeu de taille moyenne, et je me suis beaucoup amusé à faire ces illustrations, alors ça ne m’a pas paru long.

 

– C’est tes dessins qui ont dicté la forme des meeples ou tu t’es adapté à leur forme ?

– Les meeples ont été faits en fonction des designs (comme dans le lièvre et la tortue).

 

– La cigale et la fourmi, Conan, Kabuki, Taluva Deluxe, The big book of madness, tu es pas mal sollicité ces derniers temps… tu as d’autres projets en cours ?

– illustrateur est mon métier à plein temps, je fais ça du matin au soir, 6 jours sur 7 comme la plupart des gens, je ne pense pas être plus sollicité qu’un autre mais c’est vrai que j’ai eu la chance de travailler pour des projets qui ont une bonne visibilité. Du coup j’ai effectivement d’autres projets en cours et heureusement parce que je ne sais rien faire d’autre… d’autres jeux pour Ferti et bientôt un autre jeu pour Purple Brain.

 

– Tu seras à Cannes pour des dédicaces, si tu veux nous rappeler les différents créneaux où nous pourrons te trouver, je t’en pris…

– Je serai en dédicace tout le samedi entre Libellud et purple brain (Iello), je vais également dédicacer un peu chez repos prod pour l’Art pack 7 wonders.

A propos de GeekLette 622 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*