Euphoria

euphoria17

Un jeu de Alan Stone, Jamey Stegmaier
illustré par Jacqui Davis
édité par Stonemaier Games (la VF chez Morning Players)
date de sortie : 12/2013
de 2 à 6 joueurs
à partir de 13 ans
durée approx. de 60 minutes
Prix : 44,95 euros

Euphoria m’avait déjà fait de l’oeil lors de sa campagne de financement sur Kickstarter, je me souviens m’être fait violence à cause de l’anglais qui ne faisait pas bon ménage avec mon groupe de joueurs. Mais grâce à Morning Players, le jeu a pu trouver son public français.

Euphoria, vous l’aurez compris, a été financé grâce à Kickstarter et ses 4 765 bakers. Stonemaier Games demandait $15 000  et ils ont obtenu $309 495 ! Encore une Success Story ! Beaucoup disent que KS devient une plateforme de précommande. Et force est de constater que c’est bien une réalité. Plus vous en balancez plein les yeux, plus les joueurs vous suivront. Ceci dit détrompez vous, de la poudre aux yeux ne marche absolument pas avec les joueurs. On a vu des projets se casser la gueule pour pas grand chose, donc KS c’est du sérieux.

euphoria18

Bref, on n’est pas là pour parler de KS mais bien d’Euphoria : ce jeu au foutoir insolent mais ô combien jouissif pour les pousseurs de cubes et d’ouvriers ! Ici il est question de placement d’ouvriers (représentés par des dés dont la valeur est importante) et de gestions de ressources (électricité, eau, nourriture et confort) et minerais (argile, pierre, or). L’objectif est d’imposer son autorité dans différents domaines. Notre autorité est représentée par des étoiles, celui qui pose sa 10ème est déclaré vainqueur. Pour poser nos étoiles d’autorité, on devra placer nos ouvriers selon leur lucidité (chiffre sur le dé). Certaines factions auprès de qui nous prêtons allégeance nous permettront d’être plus rapide sur la récolte. Nos ouvriers permettront alors de récolter des ressources et des minerais, de construire des marchés qui nous donneront accès aussi à la pose d’étoiles, de creuser des tunnels pour espionner les autres mondes, …

euphoria10

Hormis un thème invisible et un plateau un peu trop coloré, Euphoria propose aux joueurs une réflexion à la hauteur de tout bon jeu de placement d’ouvriers. Un casse-tête alléchant où il sera bon de jouer à 4 (car à 2 l’expérience est différente). Il y a beaucoup d’idées intéressantes dans ce jeu :

  • Ceux ayant participé à la construction d’un site y ajoutent une étoile mais ceux n’ayant pas participé ont des pénalités tout au long de la partie mais peuvent venir déposer leur étoile sous condition.
  • Les factions veulent creuser des tunnels entre leur région et celles des autres afin d’obtenir des ressources plus rapidement. C’est pourquoi, les allégeances ont plusieurs paliers qui favorisent clairement votre développement mais aussi celui des autres.

euphoria09

  • Quelques éléments coopératifs : il vaut mieux se réunir pour construire les sites plus rapidement et sans pénalités + les paliers d’allégeance servent aussi les autres joueurs…
  • Il nous faut conserver la dystopie, donc plus vos ouvriers sont lucides et plus ils se rendent compte de votre pouvoir sur eux et démissionnent
  • Plusieurs pistes pour poser son étoile : jouer sur les ressources / minerais / construction … et même sur ce qu’on déterre des tunnels.
  • Les autres joueurs peuvent pousser vos ouvriers dehors… ce qui vous permet de les récupérer gratuitement mais de pimenter la partie car si votre lucidité est déjà assez haute, relancer un dé peut être une catastrophe.
  • on peut choisir en début de partie les factions à qui porter allégeance (par le draft de cartes)
  • le placement d’ouvriers est possible sur n’importe quel emplacement (soit vous chassez le dé précédent soit vous cumulez les points de lucidité des travailleurs des autres)…

Euphoria n’est pas évident à prendre en main sur les premiers tours, ce n’est qu’en fin de partie qu’on se dit qu’on aurait mieux fait de se concentrer sur une ou deux choses plutôt que s’éparpiller. L’observation des autres aussi devient clairement une nécessité pour récupérer plus vite vos ouvriers et ainsi éviter de perdre un tour. Les parties d’Euphoria donnent envie d’y rejouer de façon différente afin d’optimiser les actions selon l’observation des autres et la stratégie souhaitée. Un bien bel objet ludique même si le thème est absent en cours de partie.

euphoria16

Les plus 

  • Un jeu de placement d’ouvriers qui n’a rien à envier aux autres
  • Des idées originales qui écartent Euphoria des jeux traditionnels de placement d’ouvriers
  • Courbe d’apprentissage raisonnable
  • Gestion classique (mais qui marche) de plusieurs éléments : ressources, minerais, moral et lucidité
  • Tension palpable lorsqu’on dévoile les pénalités des sites construits
  • Nombreuses possibilités
  • Très beau matériel
  • Très envie d’essayer à 6 joueurs !
  • Le manque de moyens pour arrêter les adversaires est frustrant !!! C’est un jeu de course à l’autorité
  • L’observation des autres est déterminante

euphoria12

Les moins 

  • Plateau bordélique à la première partie, on ne voit pas distinctement où on peut se poser, on oublie des endroits surtout ceux loin de nous…
  • Gérer autant de ressources était-il nécessaire ?
  • On s’emmêle les pinceaux sur quelques termes et l’iconographie : moral / lucidité, ressources (rond)/minerais (carré)… pas compliqué mais pas intuitif

En gros : à posséder d’urgence 😀

A propos de GeekLette 564 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

6 Comments

  1. De même, j’ai eu l’occasion de tester les configuration a 2 et 4 joueurs, certes l’expérience est très différente, le mode deux joueurs étant pour ma part bien plus aggressif (surtout au niveau des marchés, ou les doubles au dés font un carnage). Mais sinon, Euphoria est vraiment un coup de coeur pour moi.

  2. Un de mes meilleurs jeux !!!

    Pour les problèmes de Lisibilité, dans la version KS , le plateau était double face. Sur l’autre face, le fond de plateau était en gris pour « s’effacer » et faire ressortir les marché et case d’action (et surement pour aider les daltonien en passant, ne connaissant pas de daltionien, j’ai pas pu vérifier que c’était vraiment plus lisible pour eux)

    . Après quelques parties, le jeu est devenu très agressif (ce qui est surprenant avec de la pose d’ouvrier). En fait, ça le devient des que quelqu’un commence à s’attaquer aggressivement aux marchés, c’est souvent l’emballements après

  3. Il n’était plus dispo sur Phili, du coup quand je suis tombé dessus au FLIP, j’ai craqué! Pas encore eu le temps de faire de partie, les zamis de jeux étant en vacances, mais j’attends la rentrée avec impatience pour ça ^_^
    Je reviendrai plus tard poster un commentaire pour vous remercier ou vous traiter de tous les noms, suivant le plaisir de jeu 😉

1 Trackback / Pingback

  1. journal de bord de l’été - GeekLette

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*