GeekLette : les jeux du mois d’Aout

Bon petit mois d’Août : vacances, jeux, visites… mais jeux surtout hein 🙂

Profiler : jeu de l’été

Le jeu de l’été a été, incontestablement, Profiler. On a du choisir des personnages pour les plus petits afin qu’ils puissent jouer et le jeu a très bien marché. On s’est retrouvé avec des questions comme « qui aimerais tu avoir en papa en maman » avec les personnages Hulk, Céline Dion, Donald Trump, Cendrillon, Dark Vador ou le propriétaire du jeu (évidemment celui-ci a été viré en 1er) etc Quelques bonnes parties de rigolade, on l’avoue.

Grumpf

Dans Grumpf, les joueurs représentent une tribu qui chasse les animaux. La chasse se passe en temps réel (tout le monde joue en même temps, donc simultanément) sur des terrains qui accueillent des animaux plus ou moins nombreux et qui nécessitent des conditions (en force, en nombre…) pour que les chasseurs reviennent victorieux avec leurs butins. Au début des 4 tours, on va tirer 12 animaux au hasard et les mettre sur les terrains associés. Et simultanément on va mettre nos chasseurs (de force différentes ou bien force 0 mais qui assomme un autre chasseur lol) sur les terrains. La chasse se termine quand deux ou trois (selon le nombre de joueurs) joueurs ont terminé de poser leurs chasseurs et mis leur « totem » sur les cabanes. Quand un chasseur a terminé, il ne peut plus être assommé.

Ma belle fille a beaucoup aimé, elle nous a mis une raclée avec 24 points contre 14 et 9. La boite de jeu nous a habitué à des jeux un peu gamer mais là ce n’est pas le cas du tout et pourtant l’édition est propre (malgré quelques pépins quand même dans la règle). Le jeu est très beau et plait aux plus petits. L’avantage pour les gamers c’est que ça fait plaisir à la famille et ça dure moins de 15 minutes. Devant l’enthousiasme de ma belle fille de 8 ans, on ne peut que s’incliner car elle est plutôt difficile. Bravo donc!

Tiny Epic Galaxies

J’adore ce jeu. Je ne m’en lasse pas. Tiny Epic Galaxies est, en plus, sorti en VF cette année grâce à Pixie Games. Dans Tiny Epic Galaxies, vous essayez de coloniser des planètes et améliorez votre empire afin d’obtenir des points de victoire. Le 1er arrivé à 21, on finit le tour et on compte les points cachés (objectifs), celui ayant le plus de points remporte la victoire. Le tour de jeu est simple, vous lancez des dés (autant que ce que le niveau de votre empire vous permet) et vous jouez ces dés dans l’ordre souhaité :

  • faire décoller une fusée de votre flotte vers une planète (en orbite pour essayer de la coloniser ou vous atterrissez pour faire le pouvoir de la planète)
  • vous améliorez votre empire (ou exécutez
  • vous avancez sur la piste de colonisation d’une planète
  • vous récupérez des ressources (type énergie qui vous permet par exemple d’améliorer votre empire ou type culture qui vous permet de copier les dés des autres)

Ce jeu est petit mais costaud comme on dit 🙂 Un must have dans toutes les ludothèques !

Dice Forge

On a découvert Dice Forge aussi grâce à Det.Didine (de l’association L’ouvre Boite de Montpellier) qui habite maintenant à Toulouse. J’ai peur de jouer un peu trop la même stratégie à chaque partie du coup la rejouabilité n’est pas à la hauteur pour moi mais ma moitié a beaucoup aimé, elle voudrait y rejouer. Et il faut admettre que les illustrations sont juste magnifiques. L’édition est fortement bien étudiée, les dés sont très faciles à manier pour changer les faces, l’idée est carrément original, le thermoformage est opérationnel, le rangement y est facile. Bref, pour les familles qui veulent mettre un pied dans la gestion c’est franchement réussi.

Five Tribes : les caprices du sultan

Je vais être franche, j’ai préféré la première extension, ça c’est fait ! Par contre, elle renouvelle fortement bien le jeu et je crois que c’est le but. Moi je le trouve parfait avec sa 1ère extension, on y joue régulièrement et assez pour apprécier chaque partie. Les caprices du sultan (en plus d’un nouveau joueur) ajoute de nouveaux lieux permettant de récupérer des commandes (qu’on ne renouvelle pas; seules 5 commandes seront donc disponibles pour la partie). Ces lieux une fois contrôlés apportent des points de manière progressive comme pour les cartes des marchands : plus vous contrôlez de lieux de l’extension, plus vous avez de points.

Les deux extensions (et même la mini extension voleur) sont jouables ensemble mais je trouve que, individuellement, les deux extensions apportent une dimension différente et rejouabilité du coup, je préfère les séparer… mais bon chacun ses goûts 🙂

Evo

Evo…. ah Evo… quand je pense à ce jeu je suis nostalgique de nos parties à Saint Germain en Laye. Nostalgique de Micha et Ian aussi… Le jeu est moche qu’il en peut plus mais je suis une grande fan de la mécanique : enchère, déplacement et placement, avec du combat car le terrain ne peut pas accueillir tout le monde. Ce jeu est complet et fait partie de mon top 3 depuis des années (enfin l’année où Ian me l’a fait découvrir).

J’en ai jamais trop parlé mais dans Evo vous développez une race de dinosaures qui s’étend sur des terrains à climat différent (sec, chaud…).

Les phases du jeu sont :

  • phase climat : on bouge la flèche du climat pour savoir sur quel terrain nos dinosaures survivront à la fin du tour
  • phase mutation : on va mettre aux enchères des gènes pour nos dinosaures (des ailes pour voler, des pattes pour se déplacer, des fourrures pour se protéger du froid…). Il y autant de gènes que de joueurs moins un. Le joueur n’ayant pas eu la chance de payer assez pour un gène, aura une carte et jouera premier lors des phases suivantes. (l’ordre du tour est hyper important)
  • phase d’initiative : selon les enchères, on va définir l’ordre du tour des joueurs
  • phase de déplacement : on va déplacer, chacun à notre tour selon l’ordre, nos dinosaures en fonction du nombre de pattes (vous démarrez avec 2 pattes : 2 points de déplacement, donc vous pouvez déplacer 2 dinosaures de 1 case, ou un dinosaure de 2 cases)… L’objectif étant de les déplacer dans le climat imposé ou alors de laisser les dinosaures à l’endroit ou la fourrure les tiendra au chaud 🙂 haha C’est là qu’il peut y avoir des combats car le terrain est petit petit petit
  • phase de naissance : on fait naître nos bébés dinosaures près des parents (évidemment), en espérant qu’il y ait encore de la place dans les zones où le climat sera sympa avec eux. D’où la nécessité parfois de jouer premier… Si un joueur peut avoir plusieurs bébé, il pourra en faire naître qu’un par tour. C’est à dire qu’il devra attendre les naissances des autres.
  • phase de survie : tout dinosaure non protégé par les gènes ou qui ne se trouve pas sur les terrains imposés par la phase climat meurent et retournent dans la réserve du joueur.

Le jeu s’arrête quand le jeton climat annonce une météorite 🙂

Je ne sais pas comment on peut faire un jeu aussi parfait avec tant de mécaniques. C’est une perle ludique. J’adorerai une version KS avec des figurines à la hauteur de ce qu’on voit pour Rising Sun. Mais je rêve !!! mdr

En attendant, ZeBlate fait de super figurines pour remplacer les dinosaures en bois 🙂

Torres

Ho Torres ! Que dire ? J’avais très envie de trouver Santorini pour ma moitié mais le prix m’en a dissuadé (c’est le prix de la rareté). Quand Pixie nous a présenté Torres, je me suis dit mais mais mais maisssssss c’est Santorini (ok en plus moche,… euh ok en très très moche…). La seule différence que je vois c’est les illustrations… Santorini est magnifique , Torres est moche mais opérationnel. Le débat sur les différences entre ces jeux est là.

Torres c’est pas compliqué, vous disposez de points à utiliser parmi les actions suivantes :

  • poser un étage
  • poser un chevalier
  • déplacer un chevalier
  • prendre une carte pouvoir (très bien les cartes pouvoir)
  • jouer une carte (cette action est gratuite)

Je dis pas compliqué, mais faut quand même avoir l’oeil sur les possibilités immenses qu’offre le jeu !!

On va scorer à chaque manche en plus, selon le positionnement de nos chevaliers sur les étages (qui dépendent du numéro de la manche). Vraiment bien sympa !!!

Autres

On a rejoué à des classiques aussi : Longhorn (qui ressort volontiers 3 à 5 fois par an), dice stars, splendor, pickomino, Sagrada ou encore Dixit (7eme extension) et Las Vegas. On ne les présente plus.

 

 

A propos de GeekLette 560 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

4 Comments

  1. Pour moi Santorino et Torres sont complémentaires :
    Torres : idéal à 4 et 3. à 2 joueurs j’ai peur (mais je n’ai pas fait de partie dans cette configuration) que le terrain soit trop grand pour 2 joueurs et que cela limite les interactions, donc l’intérêt, entre joueurs…
    Santorino : idéal pour 2 joueurs, intéressant à 3 avec le dilemme de « j’essaie de bloquer celui qui prends l’avantage au risque que le 3ème larron en profite ou je fais la pari qu’il va s’en occuper ? ». Peu d’intérêt à 4 joueurs, simple réponse à une contrainte éditoriale pour moi.
    Santorini aux règles épurées et dénuées de hasard. La différence de « niveau » entre les joueurs sera dure à combler.
    Torres, avec la pioche des cartes pouvoir, apporte juste ce qu’il faut de hasard pour donner « lisser » les chances de victoires entre joueurs. D’autant plus que joué à 3 ou 4 s’y ajoute la part de « négociations » possible entre les joueurs… 😀

1 Trackback / Pingback

  1. Guide de Noel 2017 jeux de société - GeekLette

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*