Medieval Academy

medieval_academy_16

En selle jeunes écuyers, l’entrainement commence à la Medieval Academy. Les points de chevalerie récompenseront les plus talentueux dans chaque catégorie !

Et bien oui, Medieval Academy démarre fort mais posons les bases immédiatement, à 2 c’est d’un ennui mortel. Par contre, à plus de 2, là on sent le potentiel et l’entrainement devient une air de jeux dans laquelle on prend un malin à désarçonner les adversaires.

medieval_academy_08

Et pour cela, des cartes… Chaque joueur reçoit 5 cartes et à la manière de 7 wonders, chaque joueur choisit une carte et donne les 4 autres à son voisin. Et ainsi de suite. En 6 tours de jeu, les joueurs vont déposer les cartes choisies et ainsi faire avancer leur pion sur le plateau correspondant à la carte d’autant de cases qu’indiqué sur la carte. Pas difficile hein ! Mais chaque plateau d’entrainement représente une catégorie qui apporte des points ou en fait perdre aux jeunes insouciants à la traîne ! La galanterie a un petit pouvoir sympa car permet aux meilleurs chevaliers de déplacer un pion de x cases sur d’autres plateaux d’entrainement.

medieval_academy_01

Simple, efficace, fun, fourbe et beau. Voilà ce qui définit le mieux Medievial Academy. Un peu déçue quand même à 2… C’est pas biennnn les jeux qui indiquent 2 joueurs et qui à 2 ne valent rien. Je préfère qu’on affiche 3 à x joueurs mais qu’on prévienne qu’à 2 il est jouable mais moins intéressant. Il y a des jeux qui se jouent à 2 aussi bien qu’à 3, 4 ou 5. Là c’est pas le cas. Ca marche mais on on abandonne trop vite les plateaux dans lesquels l’adversaire a pris de l’avance. Du coup, seuls les plateaux aux scores serrés sont disputés et au final il n’y en a pas tant que ça. Donc arrêtez  de mettre 2 joueurs alors qu’à 2 c’est nullllllllllllllll

medieval_academy_12

Alors parlons des parties qu’on a fait à 3 puis à 5. Car là, ça devient intéressant.

Les joueurs s’acharnent sur les meilleures catégories pendant que les autres préparent avec attention les points qu’ils marqueront dans quelques tours. Il y a ceux qui posent des cartes trop tôt (surtout celles dont on a le choix du plateaux, un petit conseil mettez les plus tard surtout si vous dépassez qqn, il pourrait contre attaquer et du coup annuler votre coup fourré). Il y a ceux qui s’amusent à draguer la princesse plutôt que de flatter le roi et de lire des bouquins. C’est une vraie cour de récré aussi fun que l’on ait pu la connaitre à l’école. Ce jeu est une vraie surprise. Même s’il reste un jeu destiné à un large public, il peut quand même être agréable pour les joueurs plus expérimentés. Au delà de l’amusement certain, le plus intelligent l’emportera aussi, enfin plutôt celui qui arrivera à s’adapter au mieux aux cartes qui lui sont proposées.

Une belle surprise de ce début d’année avec je l’espère d’autres produits à paraître chez ce nouvel éditeur à qui l’on souhaite une longue vie : Blue Cocker.

medieval_academy_07

Les plus

  • Ambiance de récré autour de la table
  • Thème bien exploité
  • Mécanique éprouvée (majorité / draft)
  • Illustrations magnifiques (quoi ? J’ai le droit de le dire à chaque jeu que fait Piero!)
  • Interactions au cœur du jeu et ça c’est bon !
  • 2 niveaux de jeu et variantes disponibles dans la règle
  • Intelligence de pose de cartes (poser sa carte pour mater l’un des adversaires et le voir contre carrer les plans c’est con… MDR)

 

Les moins

  • Ennuyeux à 2 (même en incarnant 2 écuyers chacun, ou bien avec un troisième joueur « virtuel », on a tout essayé)
  • Répétitif
  • Mécanique connue
  • Points de chevalerie un poil petits

Disponible chez Philibert à 26,90 euros 

medieval_academy_04

Un jeu de Nicolas Poncin
illustré par Pierre Lechevalier
édité par Blue Cocker
date de sortie : 02/2014
de 2 à 5 joueurs
à partir de 8 ans
durée approx. de 30 minutes

A propos de GeekLette 547 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

7 Comments

  1. Merci Geeklette pour ce compte-rendu.Tu confirmes ma crainte, à savoir que ce jeu tourne moins bien à deux.Dommage, je le sors de mes priorités d’achat

  2. le problème c’est qu’ à + de 2 il est carrément excellent et devient un must have.
    on le sort facilement , faut pas l’oublier je pense a moins que vous jouez TOUT le temps à 2.

  3. Moi, je l’ai a environ 2 semaines et bien que je l’ai déjà joué pas mal de fois il me fera trop de plaisir de le rejouer et de nouveau essayer foncer sur les bonnes échelles pour en devenir un redoutable chevalier!!!
    Et ayant joué toujours avec le jeu de base ça doit être fun aussi quand on met les variants au bruit 😀

    Bref, le jeu est super bien et je congratule son auteur pour mettre ensemble quelques mécaniques déjà bien exploités dans une boite avec plein de thème, humeur et bonheur……

  4. Une coquille dans cette phrase : « Chaque joueur reçoit 5 cartes et à la manière de 7 wonders ou bien Western Town, chaque joueur choisit une carte et donne les 4 autres à son voisin.  »

    => il n’y a pas de draft à Western Town ! Chaque joueur se constitue sa main à partir de son paquet de cartes, mais les mains de tournent jamais (le dos des cartes est en rapport avec la couleur des joueurs).

    Merci pour l’article, un ami m’a dit du bien de ce jeu, mais c’est clair que draft+majorité c’est pas ce qu’il y a de mieux pour la configuration 2 joueurs…

  5. Alors, une remarque pour les fans de jeux à 2 , mais Ma ne se joue pas à 2 comme ça. Il faut utiliser les variantes listé à la fin de la règle : Les variantes « Karadoc » ou on joue avec un « neutre » et la variante « Lancelot » , bcp plus brain , mais la meilleure façon de jouer à 2 selon moi !

  6. Je profite de passer par ici pour redire tout mon amour de Medieval Academy, notre jeu de l’année par chez nous dans le 17 à Tonnay-Charente (c’est dire si on est pointus!)
    Après une dizaine de parties depuis avril, toujours autant de plaisir à le faire découvrir ou a tenter de nouvelles expériences avec toutes les variantes possibles (et il en reste encore à tester!)

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*