Zhanguo : The first empire

1–4 joueurs, 14 ans et +, 60–120 Min
Complexité BGG : 3.77 / 5
Auteurs: Marco Canetta, Stefania Niccolini
Illustrateurs: Ulric Maes, David Sitbon
Editeur: Sorry We Are French
Règles ici, jeu en version française
Boite offerte par Sorry We Are French
59,90 € chez Ludum, 59,90 € chez Philibert

Règles (et en images s’il vous plait!)

Thème et histoire 

Le texte suivant vient du site de Sorry We Are French

En 221 avant J.C., les Royaumes Combattants sont unifiés : c’est la naissance du vaste empire de Chine, dirigé par Qin Shi Huangdi. Stratège doué et déterminé, mais également gouverneur rusé, il prend des mesures dont le but est de standardiser tous les éléments à la base de la société et de la culture chinoise: il impose écriture et monnaie uniques, puis établit un système de lois égales pour tous.

Il construit également des palais, des canaux et des routes, abolit le régime féodal et installe des gouverneurs dans les régions pour éviter tout chaos politique. Enfin, il débute les travaux de la plus grande construction humaine jamais réalisée : la Grande Muraille.

Un vie entière ne suffirait pas pour diriger un si vaste empire : il envoie des navires dans des contrées éloignées afin de trouver le légendaire élixir de vie et fait construire un immense mausolée symbolisant son empire : afin de le défendre pour l’éternité, il déploie une immense armée de terre cuite…

But du jeu 

Faire des PV en suivant les ordres de l’Empereur qui veut construire des palais à tels endroits, des murailles aussi, établir des gouverneurs dans des régions etc…

Et du coup sortir vainqueur de la partie. Il s’agit d’un jeu compétitif 🙂

Mécanique épurée, originale (même si réédition), simple et d’une efficacité redoutable

Zhanguo The First Empire se joue en 5 manches de 3 phases.

  • Les joueurs piochent 2 cartes dans chacun des 3 paquets
  • Chaque joueur, à partir du premier joueur, va jouer 1 carte et ainsi de suite jusqu’à ce que les joueurs aient joué leurs 6 cartes. Le joueur actif aura 2 options pour jouer sa carte.
  • A l’issue de chaque manche, ceux qui auront le mieux participer à l’unification de la Chine gagneront les privilèges de l’Empereur.

Les 3 paquets de cartes sont liés chacun à l’Ecriture, la Monnaie et les Lois. Au dos des cartes, on peut y lire :

  • pour les cartes Ecriture (blanches) : 1-40
  • pour les cartes Monnaie (noires) : 41-80
  • pour les cartes Lois (vertes) : 81-120

Au recto des cartes, vous pourrez y lire un numéro. Chaque carte a un numéro unique. Il y a donc 120 cartes (si vous suivez bien).

Et donc comment utilise-t-on ces cartes ? Car chaque joueur aura a chaque manche 6 cartes (2 de chaque paquet).

 

En images ! Tour de jeu d’un joueur : 2 options s’offrent à lui 

1ère option : il place une carte au dessus d’une région de son plateau pour que l’action inscrite à gauche soit améliorée avec l’action ou le bonus inscrit à droite

Quelques informations détaillées :

  • Chaque région/zone ne peut accueillir que 3 cartes maximum (quel que soit le type).
  • La première carte d’une zone ne génère pas d’Agitation et fait gagner 1 jeton.
  • La seconde augmente l’agitation de 1 et fait gagner 2 jetons.
  • La troisième augmente l’agitation de 2 et fait gagner 3 jetons.

Dans ces deux cas précédents, le joueur va déplacer son marqueur gris (cube gris). Chaque zone ne peut pas dépasser 3 d’Agitation. Donc si le joueur est déjà à 2 il ne pourra pas placer une troisième carte car cela le ferait augmenter son agitation de 2. Il faudra baisser l’agitation ou poser sa carte ailleurs.

Attention, une zone / région avec une Agitation de 3 annule les pouvoirs des cartes de cette zone.

2ème option :  il pose une carte sur le plateau Actions pour jouer une des 6 actions du plateau Empereur. Il ignore alors les actions de sa carte et choisit une action parmi les 6 proposées : 3 à gauche, 3 à droite.

Les actions de gauche peuvent être bonifiées uniquement si la carte posée est inférieure à la carte précédente. Les actions de droite peuvent être bonifiées uniquement si la carte est supérieure à la carte précédente. Si le joueur ne souhaite pas disposer de cette bonification ou il a mis une carte non appropriée, il peut gagner le bonus de consolation : déplacer un spécialiste (spécialiste que nous verrons juste après).

Et c’est quoi « bonifier »? Et bien, l’action choisie est exécutée par le joueur actif mais en plus, le joueur active les cartes de son plateau portant la même icone et récupère les bonus indiqués : des actions, des jetons …

Exemple de l’image, le joueur choisit l’action tout en haut à gauche (le Recrutement), il pourra ainsi faire un recrutement et obtenir les bonus des cartes de son plateau car sa carte n°5 est inférieure à la carte jouée précédemment qui porte le n° 103.

Ces deux cartes lui permettent lorsqu’il recrute de déplacer son bateau de 1 et marquer 1 PV par muraille construite.

Tout le sel du jeu est là. Plus vous bonifiez les actions, plus elles vous rapportent et plus elles optimisent votre jeu.

Engine Building quand tu nous tiens 🙂

Parlons des 6 actions maintenant

Le recrutement

Le joueur peut recruter 1 des 3 spécialistes / Officiels qu’il a en réserve et le poser sur une des zones/régions de son plateau.

Les Officiels ont chacun une particularité :

  • Le général (en rouge) : il permet de récupérer des ouvriers sur la zone où il se trouve
  • L’architecte (en gris) : il permet de construire des palais sur la zone où il se trouve
  • L’alchimiste (en violet) : il permet de placer des cartes sur la zone où il se trouve (tous les joueurs démarrent avec ces 5 cartes possibles et une 6ème peut être récupérée lors du déplacement du bateau).

Chaque joueur dispose de 4 généraux, 4 architectes, 4 alchimistes. Ils peuvent revenir dans leur réserve. Et pour rappel, le bonus de consolation lorsque vous jouez une carte pour activer une action permet de déplacer un Officiel d’une région/zone à une autre de votre plateau.

Le voyage

Le joueur avance son bateau de 3 cases. Les bonus de voyage ne sont pas très nombreux :

  • Certains sont liés à l’Alchimiste donc n’oubliez pas d’en recruter un avant (mon erreur fatale de chaque partie lol). Les bonus d’action des cartes Alchimistes sont alléchants, oui oui 🙂
  • D’autres sont liés au mausolée (PV de fin de partie) qu’on verra plus loin
  • D’autres sont liés à des PV de fin de partie. Plus vous avancez sur la piste, plus vous aurez des PV par carte Alchimiste sur votre plateau personnel

En effet, chaque joueur dispose de 5 cartes violettes dès le début de la partie (les joueurs ont tous les mêmes), ce sont les cartes Alchimistes. Ces cartes peuvent être placées sur le plateau personnel lorsque vous gagnez le bonus correspondant en voyageant. Et ces cartes ne déclenchent ni le gain de Jeton Unification ni l’Agitation mais elles fonctionnent les cartes Ecriture, Monnaie et Lois.

En plus, en début de partie, on pioche X maitres Alchimistes (X = nombre de joueurs) et les joueurs peuvent obtenir cette carte s’ils ont dépassé ou se sont arrêté sur la case bonus correspondante. Attention, cette fois on ne place pas la carte sur son plateau là où il y a un alchimiste, on la met dans sa main de cartes violettes (c’est dur la vie) et il faudra tomber sur le bonus de pose pour poser cette carte Maitre Alchimiste.

Le Gouverneur

Les choses commencent à se gâter !

Le joueur remet 3 spécialistes/officiels différents d’une zone vers sa réserve personnelle et dans cette zone, il y a gagne un gouverneur à placer sur le plateau principal. Le joueur place alors son gouverneur sur une case libre de la région pour gagner le bonus (si pas déjà pris) et aussi faire baisser l’Agitation de cette zone à 0.

Evidemment, les spécialistes/officiels ne seront plus dans cette zone. Donc faites le à bon escient 🙂

Les ouvriers

Les généraux permettent d’attirer des ouvriers. Et ces ouvriers serviront aux deux dernières actions détaillées ci-dessous.

Attention, si votre Agitation est déjà à 3 dans la région où se trouve un Général, vous ne pourrez pas poser d’ouvriers dans cette région là.

Le Palais

Contre 2 ouvriers (où se trouve un Architecte) + 1 ouvrier d’une autre région / zone, le joueur peut construire un palais dans la région correspondante du plateau centrale, pour gagner le bonus d’une tuile (si pas déjà pris), 6 PV et un jeton d’unification X2 de son choix qu’il devra rendre en fin de manche.

Ce jeton est un jeton d’unification qui vaut deux plutôt que 1. Pour le petit jeu de majorité de fin de manche, ça sert beaucoup 🙂

La muraille

Les murailles se construisent grâce à des ouvriers de différentes régions. Si le coût de la muraille est 3 (car 3 traits), le joueur doit dépenser 3 ouvriers de 3 régions différentes.

Les murailles donnent des points en fin de partie à condition de s’y être placé. Et en plus, le premier joueur à avoir placé une muraille sur une section obtient la tuile Empereur qu’il place sur une carte de son plateau (sur l’action, à gauche), ce qui améliore alors sa carte. A 4 joueurs, il y a deux tuiles à récupérer donc le premier à construire une muraille sur une des deux sections obtient la tuile.

En plus en fin de partie, les murailles apportent les PV avec le multiplicateur choisi par le joueur. Ici le joueur jaune, qui a construit une muraille, va gagner en fin de partie :

  • 3 points par carte verte sur son plateau

Plus le multiplicateur est élevé, plus la muraille est chère à construire (CQFD).

Fin de manche

Une fois que tous les joueurs ont joué leurs 6 cartes, la fin de manche est activée.

Comme vous le voyez tout en bas de l’image ci dessous. La fin de manche se déroule en 5 étapes :

  • Les majorités : le joueur majoritaire dans chacun des types d’unifications (celui qui a le plus de jetons Unification blancs, puis noirs puis verts) gagne le bonus correspondant. Chaque manche et chaque type d’unification ne donne pas le même bonus. Les joueurs obtiennent ces jetons de différentes manières : pose de carte sur leur plateau (la carte correspond à un type d’unification), construction de Palais (qui donne le jeton 2 d’unification), bonus de carte si action bonifiée. Ce jeu de majorité impose de regarder ce qu’ont les autres. Car comme vous le voyez, les bonus pour le joueur majoritaire sont très importants. Attention, lorsqu’un bonus est gagné, le joueur perd TOUS ses jetons correspondant au type d’unification. En cas d’égalité, je vous laisse regarder les règles 🙂 j’aime bien la règle, je la trouve juste (priorité à celui qui n’a pas eu de bonus… ça fait encore bcp de casse têtes)
  • Leur classement sur les bonus donnent le prochain ordre de tour (le joueur le plus haut est premier). Sur l’image, joueur bleu sera premier.
  • Contre 3 jetons de n’importe quel type, les joueurs peuvent poser un soldat de terre cuite à l’entrée du mausolée (expliqué juste après). Ils peuvent faire cela jusqu’à épuisement de leur stock : exemple dépenser 9 jetons pour poser 3 soldats.
  • Ensuite les joueurs, à qui il reste des jetons 2 d’unifications (obtenus à la construction de palais) doivent rendre ces jetons. De nouveau disponibles pour la manche suivante. Et les joueurs n’ont pas le droit de garder plus de 5 jetons.
  • Et ensuite on déplace le marqueur de manche (le jeton blanc en haut de l’image).

Mausolée

Le mausolée représente les ordres de l’Empereur. Par exemple sur l’image ci dessus, 2 gouverneurs sont attendus à Zhao. Le joueur qui y arrive en premier peut placer un soldat de terre cuite sur la ligne qui présente le plus de PV (attention il y a une place 3 joueurs et +, non disponible à 2). Evidemment, pour poser un soldate dans le mausolée, il faut qu’il soit disponible à l’entrée du mausolée (à droite sur l’image). Et les soldats peuvent être placés à l’entrée du mausolée via les bonus de voyage, en fin de manche (en dépensant 3 jetons unification) etc.

Ces tuiles changent de place d’une partie à une autre de sorte que les joueurs se s’habituent pas à placer les mêmes choses aux mêmes endroits.

Fin de partie

Ne faites pas comme nous, prenez une feuille de score fournie dans la boite (ne comptez pas les points via la piste de score car on ne peut aller que jusqu’à 119) :

  • Notez les prénoms des joueurs (ou des pseudos)
  • Reportez le nombre de PV gagnés durant la partie sur la première ligne
  • Le joueur majoritaire dans chaque région remporte 10 points (à 2 joueurs, 15 à 3 joueurs, 20 à 4 joueurs)
  • Marquez autant de PV que votre bateau a pu atteindre par carte Alchimiste
  • Si au mausolée vous avez pu faire une ligne , une colonne c’est 10 points de chaque
  • Marquez les points gagnés via les murailles (uniquement les murailles construites)
  • S’il reste des soldats à l’entrée du mausolée, c’est 2 pour 2 restants, 5 pour 3, 9 points pour 3 soldats restants

Mon meilleur score est à 159 à 2. Evidemment à 3 ou 4 c’est une autre histoire ! J’espère faire les 180 régulièrement 🙂

Qu’apporte cette nouvelle édition ?

Résumé de l’excellent journal des auteurs, on commence par ce qui n’a pas changé par rapport à la première édition datant de 2014 :

  • 5 manches de 3 phases
  • Les joueurs devront soit poser une carte sur leur plateau soit poser une carte pour faire l’action de leur choix (bonifiée ou non selon le chiffre de la carte par rapport à la précédente)

Oui, tout a changé !

Ce qui a été modifié / ajouté : 

  • En guise de consolation pour ceux qui ne parviennent pas à jouer la carte avec le bon numéro (supérieur/inférieur – comme dans la version précédente), le déplacement d’un spécialiste est toujours disponible, ce qui n’est parfois pas à sous-estimer.
  • Une nouvelle action (la 6ème) : Elixir qui, historiquement, se réfère à la recherche perpétuelle de l’immortalité par l’Empereur et mécaniquement propose simplement aux joueurs de déplacer leur navire le long d’une route apportant différents bonus dont des cartes bonus que les joueurs peuvent placer sur une zone de leur plateau qui comporte le spécialiste: l’Alchimiste.
  • Du coup, parlons des spécialistes, ils ont changé de rôle. En plus d’être nécessaires à l’installation d’un gouverneur, chacun d’entre eux a une tâche à accomplir dans la région, liée à une action spécifique, comme vous pouvez déjà le deviner grâce aux icônes : l’alchimiste est utile pour l’action Elixir, le général est nécessaire pour l’action Ouvriers, et l’architecte pour l’action Palais. Il devient donc plus difficile de se séparer d’eux en cours de partie pour installer le Gouverneur car vous savez déjà que vous ne les aurez plus à disposition, au moins pour les toutes premières actions suivantes.
  • Les ouvriers: l’action a été rendue plus facile que dans la version précédente. La seule condition est désormais la présence d’au moins un général (le spécialiste rouge) dans la région – et (évidemment) d’un niveau d’agitation acceptable.
  • Les palais : Le coût de l’action est inchangé. Cependant, pour construire un magnifique palais digne de l’Empereur, il est nécessaire d’avoir un Architecte (le spécialiste gris) dans la région. Par ailleurs, l’agitation ne bloque plus la construction de palais dans la région. La présence d’un architecte est déjà une condition non négligeable.
  • Les murailles : il y a 3 tuiles actions à récupérer par les joueurs les plus rapides. Les bonus sont très très intéressants.
  • Les gouverneurs: les joueurs peuvent les placer sur des tuiles actions différentes d’une partie à une autre ce qui rend le choix de la région plus compliqué.
  • Le mausolée :  en plus d’une refonte visuelle, pour obtenir des PV, il faudra non seulement remplir les conditions du mausolée, mais aussi disposer des soldats en terre cuite à l’entrée du mausolée.
  • Tableau d’unification : (bonus de fin de manche) chaque élément nouveau a permis de créer 3 tableaux d’unification différents pour plus de diversité.

Vu le nombre de modifications et d’améliorations, il semble que les joueurs du premier opus devraient se pencher sur la seconde édition ^_^

Personnellement, je n’ai pas souvenir d’avoir joué à la première édition de Zhanguo.

A qui s’adresse le jeu ?

Les règles ne sont pas si difficiles à ingurgiter mais les éléments de jeu et la mécanique s’entrecroisent tellement que le public visé est clairement les joueurs experts. Avec 3.77 / 5 sur l’échelle de difficulté BGG, Zhanguo fait quand même bien cramer les neurones. Ne vous fiez pas aux règles simples, car le jeu est quand même difficile à optimiser surtout à 3 et 4.

Ce qui ne nous a pas plu

  • A deux, le jeu est un peu moins tendu mais pas moins intéressant
  • On passe plus de temps à calculer ses actions qu’à penser à la réunification de la Chine, du coup le thème semble effacé au profit de l’optimisation. (même après 4 parties)
  • Le jeu devient trop studieux quand arrive la 3ème manche. Pas étonnant pour un jeu où mieux tu réfléchis, plus tu gagnes.

Ce qui nous a plu

  • La mécanique marche à merveille : soit je pose une carte sur mon plateau qui bonifie une action future soit je joue une carte chez l’Empereur pour activer une action qui sera bonifiée (grâce aux cartes placées sur mon plateau) si le chiffre de la carte est inférieur / supérieur à la carte précédemment posée. Mais c’est du GENIE !
  • Aucune surprise n’est à déplorer. Toutes les façons de marquer des points sont visibles sur le plateau.
  • Les façons de marquer des points changent d’une partie à une autre, ce qui prouve la richesse du jeu
  • L’interaction est partout : course pour les PV du mausolée, pour les murailles, pour les palais, etc et il y a les majorités sur le plateau et sur les jetons d’unification.
  • On adore le petit jeu de majorité de fin de manches avec les bonus octroyés par l’Empereur. Ca oblige à suivre le jeu et la main des adversaires.
  • Rejouabilité : ce que j’appelle rejouabilité c’est ce qui fait que chaque partie sera différente et SURTOUT j’espère ne pas trouver UNE stratégie gagnante. Zhanguo : The First Empire propose une variabilité énorme, vraiment énorme. En début de partie, souvent, je me dis « ho j’ai vais essayer d’avoir une action TRES forte », raté, les cartes que j’ai ne me le permettent pas… « ho je vais essayer d’avoir beaucoup de bonus liés aux spécialistes, histoire de ne pas faire l’action Recrutement trop souvent », raté… je n’ai pas les cartes. Chaque partie demande donc de s’adapter aux cartes qu’on a en main et au plateau (objectifs des murailles et du mausolée ainsi que les bonus de l’Empereur de fin de manche). Du coup, la force de Zhanguo est de proposer un perpétuel renouvellement. On est d’accord que la mécanique ne change pas, mais quelque part je trouve que la rejouabilité s’estompe de jeux en jeux. Comme si on avait fait le tour mais pas sur Zhanguo. Là au moins, Zhanguo propose de quoi nous réjouir à chaque partie pas que par la diversité du matériel et évite ainsi un ennui certain.
  • Profondeur de jeu parfaite pour une durée de 30-45 minutes par joueur (une fois qu’on connait le jeu).
  • L’engine building est très gratifiant
  • Et évidemment, l’édition est excellente en plus de proposer des illustrations à tomber.
  • Les règles sont claires, précises et illustrées.

Conclusion

Je regrette amèrement d’avoir mis Zhanguo de côté lors de notre séjour Essen. Le jeu étant une réédition, il n’était pas prioritaire. Et bien, ce fut une belle erreur !! J’aurai du le faire découvrir aux copains car il mérite sa place parmi les meilleurs cette année. Et je dirai même que sur la période Essen, il passe PREMIER pour moi (et oui… désolée, hormis son thème, le reste est à 10/10). Après quelques parties (4 au total), j’ai pu dompter la bête et sans paraitre trop fangirl de SWAF, c’est leur meilleur jeu.

Malgré un thème un poil absent et la tension moindre à 2 joueurs, Zhanguo : The First Empire convainc. Très rapidement. Dès la lecture des règles. Et c’est une explosion de satisfaction à chaque partie car le jeu propose, avec une telle justesse, un concentré de bonnes idées, qu’on n’imagine pas à quel point chaque partie stimule les neurones et alimente la dépendance ! J’ai une furieuse envie de rejouer (et même à 2, c’est pas grave, allez ! on réinstalle le jeu sur la table, et vite !)

Je pensais m’ennuyer encore sur un euro game. A croire que mon amour pour eux n’est pas totalement éteinte, grâce à un développement très poussé du jeu. Comme quoi… les développeurs devraient avoir leurs noms…. ah oops, wah !!! Regardez cet extrait de règles : (plus qu’à les mettre sur la boite aussi ^_^ )

Une très belle découverte que je compte bien partager avec la team ^_^

Goodies

Indispensable, n’est-ce pas ? Ce punchboard promo (offert à Essen) donne encore PLUS de variabilités là où il y en a déjà pas mal 🙂

Rappel des caractéristiques du jeu 

1–4 joueurs, 14 ans et +, 60–120 Min
Complexité BGG : 3.77 / 5
Auteurs: Marco Canetta, Stefania Niccolini
Illustrateurs: Ulric Maes, David Sitbon
Editeur: Sorry We Are French
Règles ici, jeu en version française
Boite offerte par Sorry We Are French
59,90 € chez Ludum, 59,90 € chez Philibert

↑ n’hésitez pas à cliquer sur les liens des boutiques pour aider le blog 🙂

A propos de GeekLette 720 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Listes et sélections de Noel 2023 : les professionnels du jeu nous régalent autant qu’un bon repas de Noël – GeekLette
  2. TOP 15 jeux de société (mise à jour Novembre 2023) – GeekLette

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*