Au début, il y eut Genesia!

Article écrit par BDPhilou

Un jeu de Eric Labouze
Illustré par Fabrice Weiss et Alexei Iakovlev
Edité par Super Meeple et Citizen Game
1 à 5 joueurs / 20 minutes par joueur / 14 ans et plus
Exemplaire offert par l’éditeur
Le mode solo n’a pas été testé (car je joue très rarement en solo).
9 cartes bonus sont incluses dans la 1ère édition du jeu.
54 € en VF chez Philibert (précommande ouverte, jeu disponible en mars 2020)

Au début, il y eu Genesia!

Cher.e. lecteur/trice,

J’ai la chance de côtoyer un groupement d’auteurs de jeux (la LEAF) qui a pour but tester et faire tester ses protos. C’est à l’une de ces réunions que j’ai eu le plaisir de rencontrer Eric Labouze qui venait tout juste d’être auréolé du Prix Expert du festival du jeu de Paris Est Ludique. Un Prix prestigieux qu’il a obtenu en 2018 pour ANCESTOR. Aujourd’hui, grâce à Super Meeple et Citizen Game, ANCESTOR -le prototype- devient GENESIA dans sa version commerciale.

Je vous propose un article en 2 parties :

  • Tout d’abord, je vous présenterai un entretien avec Eric LABOUZE traitant de son aventure éditoriale entre la genèse du proto et sa version commerciale définitive.
  • Ensuite, je vous donnerai mon ressenti sur Genesia.

Entretien avec Eric LABOUZE

Photo prise sur le site de Tric Trac à la page de la fiche d’Eric

BDPhilou (Geeklette Team) : Comment t’es venue l’idée de Genesia ? Le thème final est-il celui qui figurait à l’origine dans ton proto ANCESTOR ?

ERIC : C’est mon premier jeu. L’idée est venue grâce aux enfants qui ne voulaient plus jouer aux mêmes jeux ! Il fallait donc en inventer un et quand ça pousse de 5 côtés pour stimuler des sensations différentes, ça place la barre assez haut! Le thème s’est imposé dès le départ, une fois la mécanique dégrossie. Je voulais vraiment que chaque joueur puisse vivre son récit de l’évolution d’une civilisation : le texte des cartes y contribue particulièrement car on les drafte donc on les a presque toutes vues.

BDPhilou (Geeklette Team) : Comment Super Meeple en est-il venu à s’intéresser à ton proto ? Quelle mécanique et/ou élément a particulièrement attirer leur attention ?

ERIC : Première rencontre au speed dating du FIJ de Cannes 2018. Le premier test au off le soir est un coup de foudre. Le second test, le lendemain soir avec le reste de l’équipe, est toujours enthousiasmant. Ce qu’ils ont le plus apprécié, je crois que c’est le ressenti global du jeu. Et puis côté mécanique, c’est en particulier l’intensité des interactions suscitées : tu peux prendre du plaisir à regarder ce que font tes adversaires car ça a un impact direct sur tes futurs choix de jeu ! Mais aussi la diversité des choix stratégiques et des dynamiques de jeu. Les choix sont très chauds !

BDPhilou (Geeklette Team) : Je trouve l’illustration de la boite magnifique ! As-tu participé, même partiellement, aux choix graphiques de la version commerciale de ton jeu ?

ERIC : Il faut d’abord saluer le travail de Direction Artistique d’Origames et la qualité des illustrations de Fabrice Weiss et Alexei Iavkovlev. J’y ai été d’autant plus totalement impliqué que j’ai créé le studio d’édition Citizen Game (@citizengameedition) qui co-édite Genesia. Je recommande aux joueurs curieux de se tourner vers le forum TT qui explique tout sur Genesia

BDPhilou (Geeklette Team) : Qu’as-tu ressenti lorsque tu as eu entre les mains la version finalisée de ton jeu édité ?

ERIC : Un plaisir infini bien sûr ! Mon 1er jeu ! Je suis très heureux du travail d’édition et de la boîte de plus de 2 kg de bonheur !

De Neandertal à I-Robot

Dans Genesia, chaque joueur va incarner un peuple qui partira de sa terre natale pour développer à travers le temps ses clans afin d’atteindre Genesia. Le jeu est divisé en 3 âges. Chacun d’eux donne lieu à un draft de cartes. Lors de cette phase, les joueurs conservent les cartes qui leur semblent les mieux adaptées à leurs stratégies.

La plupart du temps, ces cartes permettent de faire apparaître de nouveaux clans, de les déplacer, d’engranger des points de victoire ou de se préparer au combat.

Après que chacun ait obtenu toutes les cartes pour l’âge en cours, à tour de rôle, il faudra jouer toutes les cartes permettant de faire apparaître de nouveaux clans. Ensuite, chacun activera ses cartes permettant les déplacements.

Il est toujours possible de défausser des cartes afin de récupérer 4 pièces. Celles-ci permettent de payer le coût de certaines cartes.

En fin d’âge, les joueurs décident simultanément s’ils souhaitent combattre. Tant que certains sont belliqueux, cette phase se poursuit. Dès que chacun est en paix, les éventuelles cartes de bonus de fin d’âge sont appliquées certains clans deviennent des cités.

Ensuite on passe à l’âge suivant en utilisant un nouveau deck de cartes spécifique.

En fin de partie, les joueurs additionnent les points cumulés sur les 3 âges et le score le plus élevé l’emporte.

C’est comme 7 Wonders ?

Récemment, j’ai joué à Hadara dont j’avais entendu dire qu’il ressemblait à 7 Wonders. J’ai entendu un peu la même chose à propos de Genesia. Pour moi, dans les 2 cas, les jeux ne se ressemblent pas. Evidemment, il y a les 3 âges et le thème qui présente une civilisation en évolution. Cependant, les sensation de jeu n’ont rien à voir. En ce qui concerne Genesia, le jeu offre un vrai confort visuel puisque les cartes jouées ont la plupart du temps un impact sur le plateau central. Ainsi, il ne s’agit pas de collectionner des types de cartes mais bien de les combiner au mieux pour que les clans que l’on possède se développent conformément à la stratégie que l’on a imaginé. De plus, Genesia offre une montée en puissance. Au 1er âge, les clans que l’on contrôle sont peu nombreux et peu évolués… alors qu’au 3ème âge les déplacements s’accélèrent et les combats sont nettement plus tendus.

Les plus

  • Un plateau central qui s’adapte au nombre de joueurs,
  • Une iconographie claire,
  • Une prise en main rapide,
  • Des illustrations des cartes magnifiques,
  • Plusieurs sets de cartes différents permettant de varier encore plus les parties,
  • Accessible aux néophytes des jeux de société modernes ou de civilisation,
  • La satisfaction de voir l’effet de ses cartes se répercuter sur le plateau central.

Les moins

  • Les derniers tours peuvent être un peu longs si un joueur passe trop de temps à choisir ses cartes.
  • Peut-être un peu long à 5 joueurs.

J’ai beaucoup apprécié Genesia. Contrairement aux jeux de civilisation habituels (comme l’excellent Civilization : Une Aube Nouvelle), le dernier de Super Meeple et Citizen Game est bien plus abordable. Les cartes sont claires et permettent de se construire une stratégie sans avoir à passer son temps dans le livret de règles. D’ailleurs, les aides de jeu incluses sont particulièrement bien pensées. Il sera donc idéal si vous souhaitez vous pencher sur ce type de jeu et que vous êtes néophyte. Je le recommande particulièrement à 3 ou 4  joueurs. A 2 joueurs, les affrontements seront forcément plus directs et les alliances passagères inexistantes. Genesia est donc un jeu accessible servi par une édition très réussie!

A propos de GeekLette 605 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*