Shakespeare

►►► Article écrit par @BDPhilou

Shakespeare
Un jeu de RV Rigal
Illustré par A. Demaegd et Nériac
13 ans et plus
De 1 à 4 joueurs
De 20 à 90 minutes
40,5 euros chez Philibert

shakespeare-01

Dans la langue de Molière

Si vous pensez que Shakespeare est un fabuleux dramaturge anglais, vous avez tout faux : Il s’agit bien évidement d’une boite de jeu, allons ! Et pas n’importe laquelle puisqu’elle est estampillée « Ystari », LA maison d’édition de référence dans les jeux de gestion made in France. A travers cette production, RV Rigal, l’auteur, a cherché à nous faire vivre les coulisses de la préparation d’une pièce de théâtre du 16ème siècle.

Que le spectacle commence !

Dans Shakespeare, vous incarnez un metteur en scène qui n’a que 6 jours pour préparer un spectacle pour Sa Majesté La Reine d’Angleterre. Ce délai est bien trop court mais vous n’avez pas le choix. Vous devrez donc engager des acteurs et des artisans pour profiter de leur propriété diverse. Construire un décor, confectionner des costumes, veiller à conserver une ambiance agréable, faire répéter vos acteurs sur 3 actes et enfin les payer… vous n’aurez pas vraiment le temps de vous reposer. Si à l’issue des 6 jours vous avez accumulé le plus de Points de Prestige, vous remporterez la partie et deviendrez la troupe officielle de la Reine.

Tu joues à Othello ? Non, à Shakespeare !

Shakespeare est composé d’un très beau matériel. Celui-ci donne vraiment envie de jouer, d’autant plus qu’il est particulièrement bien illustré : A. Demaegd et Nériac, les illustrateurs du jeu, ont eu la très bonne idée de mettre en commun leur talent respectif pour offrir un visuel de 1er ordre. Ce travail est d’ailleurs très bien expliqué dans un petit livret bonus offert aux 1ers acheteurs du jeu. C’est notamment sur les cartes artisans et acteurs que les illustrations explosent nos mirettes : Juliette ou Béatrice n’ont jamais été aussi belles ! C’est principalement sur ce point que le thème ressortira durant la partie. En plus de ces très jolis cartes, le boite renferme divers pions en bois (jeu de gestion oblige !), quatre plateaux individuels solides et plateau principal. Les tuiles de décors et les jetons de couture sont placés chacun dans un sac dédié. Globalement, le travail d’édition est vraiment à souligner.

shakespeare-09

Hamlet aux petits oignons !

Les règles de Shakespeare surprendront plus d’un joueur aguerri. En effet, celles-ci s’avèrent, au final, très accessibles. La partie est divisée en 6 tours qui sont chacun composés de plusieurs phases.
Sans entrer dans les détails, un tour de jeu se décompose principalement ainsi :

  1. La Mise : Les joueurs vont miser secrètement de 1 à 5 cylindres. Plus ils en miseront et plus ils pourront activer d’acteurs et d’artisans pendant leur tour. Attention cependant, car, lors du tour suivant, le joueur n’aura plus accès à un certain nombre de personnages car ces derniers se reposeront. De plus, Le joueur qui propose la mise la plus faible remporte immédiatement 1 Point de Prestige.
  2. Le Recrutement et l’activation : C’est la phase la plus importante. A tour de rôle, les joueurs vont pouvoir réaliser 1 activation pour un artisan ou un acteur afin de profiter de sa capacité. Les artisans permettent d’obtenir des éléments de décor ou de concevoir des costumes en respectant certaines contraintes. Les acteurs, quant à eux, permettent généralement d’avancer sur les différentes pistes symbolisant les 3 actes de la pièce ou sur celle représentant l’ambiance. De plus, à chaque tour, le joueur est obligé d’engager un acteur ou un figurant. Il faudra le payer en toute fin de partie. Si le joueur n’a pas assez d’argent, il perdra 2 Points de Prestige par acteur non rémunéré.
  3. Ambiance : En fonction de l’évolution de l’ambiance dans les différents théâtres, les joueurs remporteront des bonus ou des malus. De plus, lors des tours 4 et 6, les acteurs devront répéter en costume ce qui engendrera un décompte de points supplémentaire.

Voilà donc, dans les grandes lignes, l’idée du fonctionnement du tour. Rien de bien compliqué !

shakespeare-08

Etre ou ne pas être, that is the question !

Être :

  • Un jeu Ystari vraiment beau !
  • La simplicité des règles pour un jeu de ce type.
  • Le mode solo permettant d’apprivoiser facilement les règles.
  • Les parties intéressantes à 2, 3 ou 4 joueurs.
  • Un temps de partie très raisonnable
  • Parties tendues, pas le temps de tout faire, faut optimiser et observer les autres
  • Plusieurs façons de marquer des points sans pour autant être perdu lors du décompte final
  • le twinple est un petit goodies bien agréable

twinple-shakespeare

Ne pas être :

  • Manque un poil d’interactions
  • Certains aspects du thème moins convaincants (Les 3 actes sont simplement 3 pistes de score).
  • Les 2 sacs un peu trop grands pour les petits éléments qu’ils contiennent.

shakespeare-07

Shakespeare in Love ?

Shakespeare est un très bon jeu de gestion dont la surprise principale vient de sa relative facilité de prise en main. Sans dire que le dernier né d’Ystari est un jeu familial (ça reste un jeu pour gros joueurs), il faut bien reconnaitre que les tours s’enchaînent sans temps mort et surtout sans avoir à vérifier tel ou tel point dans les règles. Ici, le défi proposé se trouvera dans les choix que vous ferez pour améliorer votre score ou pour nuire à celui de vos adversaires. A ceci s’ajoute un véritable effort graphique de la part de l’éditeur. Les illustrations (celle de la boite comme celles de cartes) ainsi que la durée des parties très raisonnable ne font qu’amplifier l’idée que ce jeu tente de s’adresser à un public un peu plus large que les productions habituelles d’Ystari… Ce qui n’est pas pour me déplaire même si ça reste (je le redis) un jeu pour joueurs avertis. Certains regretteront surement le fait que le jeu ne soit pas partiellement narratif, compte tenu de son thème, mais il valait mieux s’en tenir un bon jeu de gestion. Alors ? « Beaucoup de bruit pour rien » ? Certainement pas! Shakespeare se savoure avec le même plaisir que ses pièces : Bon spectacle à tous!

A propos de GeekLette 587 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

6 Comments

  1. C’est bien joli l’enthousiasme mais des phrases à l’emporte pièce genre  » Juliette ou Béatrice n’ont jamais été aussi belles » ont tendance à me refroidir vu la concurrence en illustration/peinture/actrice de cinéma qui explosent ces sympathiques illustrations. Ça donne l’impression que le chroniqueur manque un peu de recul sur le produit testé…

  2. Merci Emi pour ton commentaire! 🙂

    Pour Li-An : La formule sur Juliette et Béatrice était surtout là pour souligner que les illustrations sont très réussies! C’est effectivement une figure de style mais je l’assume à 200% 😉 C’est subjectif effectivement (regarde les photos et fais toi ton propre avis) mais comme je connais les jeux Ystari depuis le tout 1er, je pense avoir le recule suffisant pour dire que Shakespeare est clairement leur jeu le mieux travaillé graphiquement.
    Ensuite, pour l’objectivité, sache que 100% des jeux que je teste pour Geeklette sont payés avec mon argent : Je ne détiens pas d’action chez Ystari et je en connais aucun de ses protagonistes personnellement. De plus, je ne reçois aucune rémunération.
    Si je n’avais pas aimé le jeu, je n’aurai tout simplement pas fait l’article.
    ENJOY! 😉

  3. Désolé pour avoir fait des sous-entendus mesquins mais quand même… pauvres Juliette. Enfin, les goûts et les couleurs sont difficiles à trancher. En tous les cas merci pour le compte rendu parce qu’au moins, je sais que ce jeu n’a pas l’air d’être dans mon goût perso.

  4. Super! c’est aussi à ça que sert l’avis, à savoir si le jeu est pour toi ou non. Maintenant, soit patient car les chroniqueurs du site sont en pleine réflexion pour déterminer quel est le jeu de l’année ludique… Réponse prochainement! 😉

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*