Dead of Winter

►►►Article écrit par @BDPHILOU

DeadWinter01

 

Titre : Dead Of Winter : La croisée des chemins

Editeur : Filosofia

Un jeu d’Isaac Vega et Jon Gilmour

Illustré par : Fernanda Suarez

De 2 à 5 joueurs / 12 ans et + / 1 à 2 heures.

Prix : 53,90 € chez Philibert

Les photos de cet article ont été prises par Matthieu (@Duinhiron sur Twitter)

dead-of-winter_boite

L’Hivers vient… et les zombies avec !

Amis lecteurs, vous avez sans doute remarqué qu’il fait de plus en plus froid. Pas de doute, nous sommes bien en hiver et à cette occasion, Filosofia nous offre l’opportunité de nous réchauffer autour d’un bon jeu : Dead Of Winter ! Il faut dire que le thème colle merveilleusement bien à cet esprit de fin d’année : Des gens partagent un repas ensemble, la neige est omniprésente, on court au super marché pour s’approvisionner… Mais Dead Of Winter ajoute une variable non négligeable à ce contexte idyllique : Les rues sont infestées de zombies ! Les boites de conserve sont devenues bien plus convoitées que le plus beau des diamants et chacun regarde son voisin en se demandant s’il ne va pas soudainement lui sauter au cou pour planter une canine dans la carotide. Bref, malgré les flocons, il ne s’agit pas vraiment de l’esprit de Noel. Mais laissez-moi vous présenter plus en détail ce superbe jeu.

DoW8

Les Zombies font du Ski

Lorsque l’on ouvre pour la 1ère fois la boite de Dead Of Winter, un large sourire parcourt notre visage : Oui, il y a beaucoup de matériel et cela fait toujours plaisir. En survolant rapidement, sachez qu’on y trouve :

  • 5 plateaux individuels (servant à rappeler les actions possibles des joueurs et le déroulement du tour),
  • Une zone symbolisant le lieu de départ de la colonie.
  • Des cartes fouilles propres à chaque lieu pouvant être visité (Ecole, Poste de Police, etc.),
  • 1 tonne de dés à 6 faces pour les actions des joueurs,
  • 1 dé à 12 faces pour les effets de l’attaque d’un zombie,
  • 1 tonne de silhouettes de survivants,
  • 1 dizaine de tonnes de silhouettes de zombies,
  • Des cartes personnages, Croisée des Chemins, Crises, Objectifs communs, Objectifs Secrets,
  • Des pions de toutes sortes.

DoW14

Evidemment, une fois le matériel en place, il est impossible de ne pas penser à la célèbre série The Walking Dead : Des Zombies par dizaine dans les rues, des humains non infectés qui se regardent avec suspicion et un moral qui ne cesse de tomber lorsqu’un membre du groupe meurt. Oui, en apparence, ça ressemble à la célèbre série américaine mais cela est juste une apparence. En effet, en plus de la quantité de matériel très appréciable, le véritable tour de force de Dead of Winter est d’offrir un background en béton armé et un univers propre. En effet, selon le scénario choisit en début de partie (la carte Objectif Commun mise en jeu) et les cartes « Croisée des Chemins » qui interviendront durant et au fur et à mesure, les joueurs pourront jouir d’expériences à chaque fois différentes. L’immersion est d’ailleurs fortement appuyée par des textes d’ambiance permettant à chacun d’en apprendre davantage sur ses personnages durant la partie. On ne tombe jamais dans le blabla interminable et pompeux. Tout est fait pour soutenir l’implication des joueurs sans les noyer sous une pluie de textes.

Le Plastique c’est fantastique… mais le carton, c’est pas mal non plus !

En début de partie, les joueurs sélectionnent une carte « Objectif Commun » qui –en plus de la mise en place spécifique- explique le but visé (survivre un certain nombre de tour par exemple). Ils prennent chacun un Objectif Commun qu’ils tenteront de valider également (Avoir le plus de cartes Fouille dans sa main en fin de partie, par exemple). Il est possible qu’un joueur récupère une carte lui attribuant le rôle de Traître. Dans ce cas, il faudra se montrer discret pour faire échouer l’Objectif Commun et réussir son Objectif personnel.

Avant le début du tour, tous les joueurs lancent autant de dés que de cartes Personnages dans leur espace de jeu + 1. Chaque personnage présente une faculté de Combat et une faculté de Fouille. Le joueur place ses dés dans la partie « Dés non utilisés » de leur plateau individuel. Ensuite, le tour commence réellement. Chacun peut réaliser des actions gratuites ou des actions leur demandant de consommer l’un de leurs dés.

DoW9

Sans rentrer dans les détails des actions possibles, sachez que l’on peut gratuitement :

  • Jouer, donner ou demander une carte,
  • Dépenser une carte pour ralentir une situation de Crise,
  • Déplacer l’un de ses Personnages sur le lieu de son choix.
  • En utilisant un dé en rapport avec la compétence de Fouille ou de Combat d’un personnage, on peut :
  • Attaquer un Zombie… et même un autre personnage !
  • Fouiller un lieu (afin de trouver des médicaments, des bidons d’essence, des armes, de la nourriture, de nouveau Personnages, etc.),
  • Barricader un lieu pour empêcher les zombies d’y venir,
  • Appâter 2 zombies vers un autre lieu.

DoW 1

Chaque fois qu’un joueur se déplace ou qu’il a combattu un zombie, il lance un dé spécial à 12 faces et doit en appliquer l’effet :

  • Face vide : Il ne se passe rien,
  • Face Blessure : Le personnage prend un jeton blessure (s’il en a 3, il meurt automatiquement),
  • Face Engelure : C’est une blessure. Cependant, celle-ci ajoute automatiquement 1 blessure supplémentaire au personnage à chaque début de tour.
  • Face Canine (une seule face) : Le personnage est automatiquement mort ET il contamine une personne sur le lieu où il se trouve. Ce personnage doit alors décider de mourir ou de jeter ce même dé. Sur une face vide, la contamination s’arrête et le personnage est sauvé. Sur une face non vide, le personnage meurt et la contamination continue.

Voilà, une mécanique bien rotos car, chaque fois qu’un personnage meurt, le moral du groupe baisse d’un cran. S’il attient 0, tous les joueurs ont perdu (à l’exception, peut-être, de la présence d’un éventuel traitre).

Les joueurs vont donc tenter de réussir leur Objectif Commun et Individuel tout en luttant contre les zombies, les situations de crise et la famine qui ronge peu à peu le groupe. Il sera même possible d’exiler un joueur si son comportement semble trop suspect.

Un Zombicide pour intellos ?

Ayant acheté Dead Of Winter sur un coup de tête, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Je trouvais la boite superbe et je ne me suis pas poser plus de questions que ça en passant à la caisse. Grand bien m’en a pris ! Dead Of Winter est une petite merveille de jeu semi-coopératif. Son background ultra travaillé lui confère une aura particulière. On a vraiment l’impression d’être au beau milieu d’un épisode de The Walking Dead où les Zombies sont peut-être moins problématiques que vos co-équipiers ou que les rations de nourriture qui fondent à vue d’œil. L’ambiance autour de la table est donc assurée puisque que tous les comportements suspects ne manqueront pas de faire tiquer les joueurs. Un vrai régal que je vous recommande tout particulièrement si vous cherchez un jeu de zombies où l’intérêt ne repose pas exclusivement sur de l’élimination de masse. Dead of Winter propose clairement une valeur ajoutée pour tous ceux qui (comme moi !) pense qu’un jeu est aussi là pour nous faire vivre une histoire. D’ores et déjà un incontournable de ma ludothèque personnelle ! A découvrir d’urgence !

DoW2

Points forts :

  • Une illustration de boite digne d’un film Hollywoodien,

  • Un matos réussi,

  • Les illustrations superbes des personnages (Bravo à Fernanda Suarez) !

  • Un Background ultra travaillé soulignant un souci d’immersion rarement vu dans un jeu,

  • Des textes d’ambiances réussis et immersifs (le travail de traduction est à saluer),

  • Des règles finalement rapidement acquises,

  • La mécanique de la contagion (un vrai bonheur),

  • Un vrai défi (même s’il n’y a pas de traitre),

  • Une re-jouabilité folle,

  • La joie de gagner la partie lorsque l’on est le traitre.

  • Un « esprit » bien plus proche de la série The Walking Dead que d’un bête « Moi voie, Moi tue ».

Points faibles :

  • Les esprits chagrins presteront contre les dés (et passeront à côté d’un super jeu),

  • L’éternel débat (stérile !) sur les silhouettes en cartons plutôt que des figs en plastique devrait être relancé.

  • Il faut aimer s’imprégner des textes d’ambiance pour profiter pleinement du jeu.

 

A propos de GeekLette 585 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

3 Comments

  1. J’ai beau ne pas être contre les dés, quand on tombe 5x (au moins) de suite sur la face ‘canine’, c’est moche 🙂
    Sinon oui, beau jeu avec un thème très présent, plein de matériel et un système d’objectif perso et de crise qui rendront chaque partie un peu (un peu, pas trop non plus) différente.
    On est vite submergé de zombies et/ou en train de mourir dans le froid à la suite d’une morsure qu’on avait un peu oublié et *en plus* il faut remplir ces !@# de missions, dur.. mais du coup c’est fun.

  2. C’est clair Antony, tu as été le poissard de la partie! 🙂
    Quel dommage que tu n’es pas été le traitre, ça aurait été une victoire éclatent pour toi! 😉

  3. Merci pour cet article. Ce jeu me fait de l’oeil depuis quelque temps et les personnes qui m’en parlent sont vraiment emballées. Je joue beaucoup pas mal à Zombicide avec mon groupe de joueurs mais l’idée d’un semi-coopératif dans cet univers me tente beaucoup et c’est vrai que le maths est sympa.
    Ton article va finir de me convaincre, j’en suis persuadé…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*