Essen Spiel21 à la maison (Team Toulouse) : Jour 4 et boite mystère

4ème journée… autant vous dire que je n’ai plus de voix… on crie, on rit, on joue, on s’insulte, parfois on tombe sur un jeu qui n’est pas pour nous et parfois… on tombe sur une petite pépite.

Mais la pépite ce n’est pas Factory 42 !!

D’ailleurs commençons par lui. Factory 42

2–4 joueurs, 12 ans et +, 90–120 Min
Complexité: 4.33 / 5
Placement d’ouvriers, semi coop, negociation
Auteur: Timo Multamäki
Illustrateur: Lars Munck
Editeur: Dragon Dawn Productions (Stand 2D101)

Jeu acheté

Avis de GeekLette

On a fait l’effort de faire 2 manches. Mais il y a un énorme problème d’édition car non seulement le plateau est bourré de texte mais l’iconographie est terriblement petite en plus d’être incompréhensive. Et puis le nombre de ressources pour ce type de jeux est totalement indigeste ! Et surtout accrochez-vous : le jeu est marqué DELUXE alors que le carton est vraiment vraiment trop fin et quand on a monté la tour et les chariots , ça se déchire énormément et on a les doigts noirs car l’impression est de piètre qualité.

Donc problème de matériel, problème de lisibilité, mais en plus de ça, impossible de jouer avec 3 informations très mal réparties : le nombre de ressources, la valeur réelle de ses ressources, et les ressources elle-mêmes. Parce que les ordres (les commandes) peuvent contenir un type de ressources, un nombre de ressource et/ou un nombre relié à la valeur de la ressource (l’or valant 4 par exemple). Du coup, la soupe à la ressource donne le vertige alors que le pitch paraissait bon.

Malheureusement la mécanique de pose d’ouvriers malgré qq bonnes idées (différence ouvriers / boss) ne séduit pas, certainement en grosse partie dû à l’édition.

Je pense que le jeu demande au moins 1 ou 2 parties pour être maitrisé (les règles), pas parce qu’il est difficile mais parce qu’il est très mal édité. Et en 2021, là encore, c’est inadmissible. Donc on passe notre chemin et on va voir ailleurs. Je ne sais même pas à combien je peux le vendre en occasion vu la mauvaise qualité du matériel et les 2 chariots que j’ai un peu déchiré. J’ai honte de le mettre en vente en fait.

The Hunger

2–6 joueurs, 12 ans et +, 60 Min
Complexité: 2.33 / 5
Auteur: Richard Garfield
Illustrateurs: Marta Ivanova, Jocelyn ‘Joc’ Millet
Editeurs: Origames, Renegade Game Studios
Jeu acheté
40,50 € en VF chez Philibert, idem chez Ludum

Les amateurs de Clank pourrait bien aimer The Hunger s’ils cherchent un jeu familial, donc plus léger 🙂

Vous représentez des Vampires qui ont soif … et qui devront le temps d’une nuit aller chasser et rentrer au château avant que le soleil ne se lève!

Un jeu de deckbuilding qui vous propose de piocher 3 cartes. Ces 3 cartes vont vous donner des points de mouvements / points d’achat (à répartir selon vos envies) et des pouvoirs. Tout le monde a son deck de départ qui sera alimenté par d’autres cartes : les humains chassés notamment (sauf que eux vont vraiment vous pourrir le deck : vous faire reculer, vous empêcher de chasser, …) donc il faudra vite les digérer mais il y a plusieurs types d’humains et vous ne pourrez pas tous les digérer au même endroit. Donc la digestion = épuration du deck !

Avis de Angé

Sur la même mécanique que Clank, dans Hunger, on incarne des vampires affamés qui se réveillent pour aller faire banquet d’humains…une thématique sympathique pour un jeu familial +. Attention toutefois à la curée car l’humain est quand même lourd à digérer surtout loin de notre château des Carpates ! Cela m’a coûté la victoire et c’est grillée à l’aube que j’ai regardé GeekLette compter ses points difficilement mais efficacement (il faut bien l’avouer) engrangés au cours de la partie.

Avis de GeekLette

Un thème parfaitement transposé !! Vraiment, le jeu est plaisant ! Je lui reproche juste d’être un poil répétitif. Etant habituée aux decks très riches (avec des cartes toutes très différentes). Donc je ne suis clairement pas la cible.

Par contre, je vais l’offrir à ma soeur qui jouera avec ses enfants et je suis sure que ça va faire un carton ! L’édition est très belle, le jeu est fun, la tension est présente, l’interaction aussi ! Il y a différents chemins aller / retour à tester, différentes stratégies à aborder, il est parfait en famille de joueurs occasionnels avec ces règles simples !

Angé m’a trop fait rire… elle a tenté (elle menait 72 à 32…), mais les humains chassés l’ont trop pourrie, elle a digéré quasiment personne (LOL), elle a donc fait 3 tours avec 0 déplacement… puis le lever du soleil a été fatal pour elle. La gourmande ! (euh ça sonne un peu bizarrement)

Goetia: Nine Kings of Solomon 

2–4 joueurs, 13 ans et +, 80–160 Min
Complexité: 3.40 / 5
Placement d’ouvriers, gestion de ressources
Auteur: Kristian Karlberg
Illustrateur: Andrzej Masianis
Editeur: Demonic Games (Stand 1E132)
Jeu acheté

Je vous le dis de suite. L’édition est ratée car il y un gros problème d’ergonomie.

Sauf que… le jeu est BON. Donc on a creusé les règles, 2 fois, on a essayé le jeu, on s’est raté sur la mise en place, on a recommencé.

Puis une fois les règles appréhendées, le matos compris, on se surprend à aimer. Il faudra juste faire l’effort de passer outre le bordel illisible sur la table!

Il s’agit d’un placement d’ouvriers. Ces ouvriers se placent à plusieurs endroits différents et déjà là on a mal car il y a plusieurs types d’emplacements qui ne répondent pas aux même règles (de coûts, de gains, de récupération d’ouvriers …). Là encore la lisibilité est terrible mais on finit par s’y faire.

Vous allez devoir réveiller les démons, gagner leurs pouvoirs, … il est très difficile d’expliquer le jeu en quelques lignes.

Avis de GeekLette

Ce n’est pas intuitif du tout. Autant le dire. Enfin pas de suite. Mais il y a quelque chose dans le thème (très peu représenté sous cette forme) et plus la partie évolue, plus on progresse, le plateau compris, et l’on voit les effets des actions précédentes et les pouvoirs gagnés. Ca combote pas mal.

Et vous ne verrez ça nulle part ailleurs.

Ai je envie d’y rejouer ? oui. Parce que je suis persuadée que beaucoup de joueurs ne lui donneront pas la chance qu’il mérite et j’essaierai via un article dédié d’être le plus clair possible pour rendre votre 1ère partie plus digeste.

Ceci dit, je n’en ferai 50 des parties. Peut-être une vingtaine et je revendrai le jeu car oui il y a mieux (mieux édité, meilleur pose d’ouvriers), mais je suis ravie d’avoir recommencer la partie avec les bonnes règles car j’ai eu la sensation d’avoir accompli quelque chose. La montée en puissance est très agréable et il y a des petites choses que j’ai bien aimé :

  • plus les joueurs se placent sur une rangée / colonne, moins il vous en coutera de prendre un nouvel ouvrier (de cette ligne / colonne) [ sauf que qqn peut y aller avant vous ]
  • les types de placement (coût / gain)
  • le plateau évolue avec le rythme de la partie (nouveaux placements, plus intéressants, qui remplacent les autres)
  • les cartes pouvoirs ne sont pas inutiles et un bon timing vous permettra de les optimiser
  • les cartes à objectif ne peuvent être achetées que si tout le monde a récupéré ses ouvriers. Progression progression ! j’adore

Je pense que je devrai parler d’une bonne expérience pour ce jeu. Il est tard j’ai du mal à m’exprimer. Ce jeu a quelque chose et je dois continuer à le jouer héhé

Avis de Nico

Amateurs de sciences occultes, ce jeu est fait pour vous, un jeu de placement d’ouvriers qui va vous permettre de récupérer des ressources, d’invoquer des démons pour récupérer des cartes, déclencher des pouvoirs…

J’ai beaucoup apprécié ce jeu, malgré une mise en place un peu fastidieuse et quelques questions existentielles, on s’est vite pris au jeu, cela reste du classique avec une phase de récupération de ressources, puis d’utilisation de ces mêmes ressources pour invoquer des démons, le cœur du jeu qui permettra au joueur d’accéder à nombre de pouvoirs pouvant largement influer sur le reste de la partie.

Ce qui m’a le plus plu, c’est le plateau de jeu qui évolue à chaque invocation, le fait de ne pas pouvoir récupérer tous ses ouvriers d’une manche sur l’autre suivant leur position, sans être trop calculatoire. Il faut quand même faire marcher ses méninges pour optimiser ses coups et prendre l’ascendant sur son adversaire.

A noter également que le décompte final est très simple, cela change de la soupe de points et on peut calculer rapidement où l’on en est malgré l’absence de piste de score, bref un bon jeu qui nous a fait passer 2 heures sans qu’on les sente!

Beyond the Sun

On en a déjà parlé le 1er jour de notre Essen à la maison, et El Stefano et Nico ont joué à Beyond The Sun le temps qu’on découvre The Hunger avec Angé.

Vivement que ce jeu arrive en VF

Avis de Nico

J’ai bien apprécié de jouer à ce jeu d’avancée d’arbre technologique et de colonisation. L’aspect course avec son ou ses adversaires est vraiment très présent et constitue pour moi le cœur du jeu, pouvoir prendre le contrôle/coloniser des planètes, découvrir des technologies (et profiter des bonus qui ont avec!) au nez et à la barbe est très jouissif.

Sans être original niveau mécanique, ce jeu fait le boulot et l’on prend vraiment plaisir à développer son empire, les règles sont très simples, l’iconographie est réussie, le jeu est graphiquement réussi, si ce n’est les plateaux de joueur un peu trop sobres à mon goût. Un excellent moment passé sur ce jeu !

Avis de El Stefano sur sa seconde partie

En ce samedi, 4ème jour Essen à Domicile, le cerveau commence à être embrouillé. Je refais une partie de Beyond avec Nico à l’esprit frais et gaillard. Le jeu tourne aussi bien à deux qu’à quatre. Je peux noter la grande rejouabilité du jeu, au regard des nouveaux évènements et de l’arbre des technologies qui présente une toute autre configuration que la partie précédente. Le nerf de la guerre reste la bonne gestion du minerai et des populations et une erreur dans ma gestion me fera perdre la partie à cause d’un seul et pauvre minerai. Nico en profitera pour scorer avant moi les objectifs de fin de partie et c’est ce qui fera la différence. Il en reste sous la patte de la bête, par exemple nous n’avons pas encore réussi à atteindre les technologies de niveau quatre qui, au vu de celles de niveau trois, doivent être monstrueuses. A approfondir.

Blitzkrieg 

Le jeu du tir à la corde… dont tout le monde parle !

1–2 joueurs, 14 ans et +, 20–45 Min
Complexité: 1.80 / 5
Auteur: Paolo Mori
Illustrateur: Alan D’Amico, Paolo Mori, Paul Sizer
Editeur: PSC Games (Matagot pour la VF)
Jeu acheté
26,90 en VF chez Philibert, idem chez Ludum

Mécaniques du jeu et avis de Nico

Jeu jouable à 2 uniquement, sur le thème de la seconde guerre mondiale, vous prenez le commandement des forces de l’axe ou des alliés et vous allez affronter vôtre adversaires sur plusieurs théâtres d’opérations.

Un jeu aux mécaniques très simples (et donc efficaces), chaque joueur dispose d’unités terrestres, navales et aériennes sous forme de tuiles et qui sont mélangées dans un sac personnel. En début de partie, on tire au hasard quelques tuiles et l’on place une de ces tuiles sur un des théâtres d’opérations, représentant des campagnes emblématiques de la seconde guerre mondiale.

Une tuile posée sur l’un des théâtres fait avancer un compteur qui va faire gagner des points soit à un camp soit à l’autre, plusieurs bonus sont également disponibles lorsque l’on pose l’unité ce qui ajoute un petite aspect combo, de même des unités spéciales peuvent être obtenues et viendront s’ajouter à votre sac.

L’avantage : des règles expliquées en 5 minutes (même si l’on peut déplorer une erreur de règle entre le livret et le résumé des règles sur le paravent de joueurs), et surtout une partie qui dure moins de 20 minutes ! C’est rapide, il faut une certaine part de chance mais également une once de stratégie pour réussir à remporter des victoires qui nous feront gagner les 25 points de victoire mettant fin à la partie.

J’ai joué conte El Stefano et nous avons tout deux fortement apprécié ce jeu, une partie qui donne envie d’en refaire d’autres, une rejouabilité accrue grâce à des tuiles extension, bref un très bon jeu à deux !

Avis de El Stefano

Un moment de détente dans ces quatre jours jeux experts. C’est partie pour la guerre en une quinzaine de minutes pour un jeu uniquement à 2 joueurs. Les règles sont expliquées en une fraction de secondes et l’ergo du jeu suffisamment intuitive et les aides exhaustive permettent de démarrer la partie en toute quiétude 5 minutes après avoir ouvert la boite. Acquérir de nouveaux armements, saboter, augmenter ses troupes, faire appel aux amiraux ou aux scientifiques, de nombreuses actions et unités s’offrent à nous en toute simplicité. On doit choisir où placer ses unités : sur quelle campagne, sur quel front. Puis on applique les effets des cases. Simplissime et génial. Un très, très bon jeu à deux qui donne envie d’y revenir en dépit d’une petite dose de hasard. Mais c’est aussi ça la guerre, on ne sait jamais dans quel pétrin on va se fourrer.

Tinner’s Trail (réédition)

1–5 joueurs, 13 ans et +, 60–90 Min
Complexité: 2.88 / 5
Auteur: Martin Wallace
Illustrateurs: Javier González Cava, Ossi Hiekkala
Editeurs: Alley Cat Games, Maldito Games, PHALANX
Jeu acheté
Disponible chez Philibert en anglais à 49,90 € (VF dispo en pdf)

Mécaniques du jeu & Avis de Vir

Voilà l’excellente surprise de la journée, une partie à 3 ! Nous incarnons des sociétés qui s’installent en Cornouailles pour exploiter des mines d’étain et de cuivre. Il faudra faire appel aux mineurs locaux et différents développements, comme le train, les drains, les ports ou les pompes à vapeur pour exploiter les précieuses ressources et les vendre au meilleur prix. et ce malgré l’obstacle majeur dans cette entreprise : l’eau (tu draines et tu pompes, c’est un shadock-like). Les 4 manches se déroulent toutes de la même façon : on fixe le cours du cuivre et de l’étain pour la manche, puis on effectue nos différentes actions sur le plateau, en les payant en unités de temps (10 heures sur une journée) : on construit et place des infrastructures, on installe des mines sur de nouveaux emplacements que l’on connait ou pas, ou on exploite les ressources. A la fin de la manche, chaque joueur doit vendre toutes ses ressources au prix du marché et choisit d’investir tout ou partie de son argent (ce qui transforme l’argent en point de victoires). Le sel du jeu : les enchères ! La phase de construction de mine initiée par un joueur n’est pas forcément accomplie par lui ; en effet, une enchère entre joueurs va avoir lieu et seul le gagnant pourra découvrir le territoire et y installer sa mine. L’argent sert donc à la fois à gagner des emplacements, à extraire des ressources et à investir en points de victoire. Autant dire qu’il va falloir être un bon gestionnaire : on flambe sur les enchères et on ne peut plus extraire de ressources! 

Toutes les mécaniques sont subtiles et admirablement bien imbriquées. Le jeu est accessible mais profond et, comme souvent chez M Wallace, les erreurs se payent cher! Encore une fois, Lord Wallace nous plonge dans un thème historico-économique mais que c’est bien fait ! Je n’avais pas joué à la précédente édition mais referai certainement plusieurs parties de celle-ci. Bref, le jeu a fait l’unanimité autour de la table même si certains se sont un peu perdus sur les sentiers des mineurs d’étain 😉

Avis de El Stefano

J’adore mon petit Wallace, même si récemment Anno 1800 m’avait beaucoup déçu ou pour le moins laissé de marbre. Ici on ressort un jeu de 2008 dans une version remasterisée. Il s’agit de gérer ses usines d’extraction de minerais dans un contexte où le terrain gorgé d’eau vient pourrir nos beaux projets d’entreprises. Encore une fois Wallace offre un jeu complexe en terme de stratégie mais incroyablement fluide en terme de mécaniques et de règles. Car Tinner’s Trail aurait pu être un simple jeu d’achat/revente tout à fait basique. C’était sans compter sur la patte de Wallace qui ajoute un système d’enchères qui s’avère terriblement ludique et qui apporte au jeu la touche stratégique qui le propulse dans le meilleur jeu de cet Essen en ce qui me concerne. On lui reprochera sa carte trop petite qui peut vite être encombrée mais au vu de ce qui a été écrit juste avant ça serait chercher des poils sur les œufs. Entre fous rires, coups de bluffs ratés dont notre jeune et compétent joueur Armand nous a régalé et intense réflexion pour appréhender la profondeur du jeu, la partie fut épique et nous a apporté tout ce que nous aimons dans les jeux : de la grosse réflexion tout en se marrant.

Je peux désormais le dire : Martin, épouse moi !

Enfin si t’es libre…

Et puis si ma femme veut bien…

La boite mystère

Chaque jour on trouvait de nouveaux défis à relever pour rajouter des choses dans la boite mystère. Demain, nous ne serons plus que 3 donc nous avons fait le tirage au sort ce soir. Nico a remporté la boite et a partagé avec toute la team. Bel espritttttt (du coup je vais pouvoir découvrir key forge 🙂 )

Joli petit caillou peint façon Kinder de Angé 🙂 Elle sème ses cailloux vers Toulouse (ou plus loin)…. tagués #gelic31 !!

Une petite pensée pour Rachel qui nous a bien manqué. On espère te retrouver en forme très rapidement.

Retrouvez les autres articles Essen / Spiel de la team.

A propos de GeekLette 656 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

4 Comments

  1. Vraiment sympa de vous suivre sur ces 2 Essen. Et de decouvrir des jeux.
    Aussi intrigué par the Hunger et Bliztkrieg.
    En parlant de deck building, j aimerais bien savoir quels sont vos préférences. Article?

    • Bonjour Tihel, merci beaucoup 🙂
      Nos jeux de deck building préférés (enfin plutôt les miens, je laisserai les autres répondre) sont : Clank dans l’espace + Dune Imperium.
      Avec la fatigue, peut-être que j’en oublie. Je me poserai la question demain quand je récupèrerai des jours festifs
      Blitzkrieg a très bien fonctionné, The Hunger si vous êtes plutôt jeux familiaux foncez. C’est super marrant et il offre quand même des possibilités de stratégie malgré une petite répétition à chaque tour car on digère les humains donc notre deck finalement il évolue guerre (sauf si on merde sur la gourmandise comme Angé qui a chassé trop d’humains… MDRRRR)

  2. Les decbuiding c’est pas trop notre mécanique favorite à la maison mais on aime bien Race for the galaxy (c’est pas récent, je sais!) et dans un style plus dilué dans le jeu celui dans Black Out Hong Kong par exemple, mais on est vraiment pas spécialistes de ce genre de mécanique.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*