Essen à la maison : Day 2

Sans plus attendre ! Notre exceptionnelle journée !

(un petit coucou aux Hard Gamers qui nous manquent)

Tidal Blades (1–4 joueurs, 14 ans et +, 60–90 Min)

Auteur: Tim Eisner, Ben Eisner
Illustrateurs: Lina Cossette, David Forest
Editeur: Druid City Games

Tidal Blades a levé environ 800 K€ sur KS en 2018. Les jeux arrivent chez les backers en ce moment même et comme les sorties experts se font un peu attendre, la team a été plus que ravie de le voir arriver en cette merveilleuse période qu’est le Spiel Tage (avec l’accent allemand de Mathilde de Tric Trac 🙂 )

Nous avions déjà lu et compris les règles hier du coup on a démarré avec un rapide rappel des quelques règles « non visibles » sur le plateau et notre partie à 3 a duré 1h30.

Tidal Blades propose à 4 héros (3 en l’occurrence pour notre partie) de participer au tournoi du récif pour déterminer si vous êtes dignes du titre de Tidal Blades. Je vous passe les détails du thème malgré un art book magnifique.

5 îles vous proposent plusieurs choses:

  • 3 d’entres elles ont une arène (sur laquelle vous pourrez relever des défis / challenges du même type que celui de l’île. Non, vous ne vous battez pas entre participants)
  • 1 d’entre elles représente des monstres qui s’approchent trop près de nos îles et qu’il va falloir combattre à plusieurs (ou pas)
  • 1 d’entre elles représente la citadelle du temps sur laquelle aller chercher des cartes challenges (entre autres ressources…).

(j’abrège volontairement car les règles VF sont dispo sur BGG et seront bientôt dispo en vidéo).

En 4 rounds (composés de jour et de nuit sauf le dernier round qui n’a que le jour), vous allez devoir :

  • de jour : placer votre personnage, gagner le gain de l’emplacement, gagner le bonus de l’île où vous vous trouvez et si vous êtes sur une île arène, vous pouvez aussi relever un défi (une carte de votre main). Une fois que tout le monde a fait à tour de rôle ses 2, 3 ou 4 placements (dans les rounds 1, 2/3 ou 4), comme un jeu de placement d’ouvriers classique, on passe à la nuit (sauf en round 4 où le décompte final est fait)
  • de nuit : vous lancerez un dé pour déterminer quel monstre envahit l’ile et les héros vont perdre quelques ailes selon conditions et les montres vont avancer sur une sorte de rivière et celui qui en sort prend la fuite (grâce aux Lames des Marées qui les combattent ; ce n’est pas nous, c’est suggéré) et cette fuite vous coute chère parce que le monstre aurait du être vaincu durant le tournoi. Ensuite vous réactivez et upgradez vos dés. etc

Vous l’avez compris c’est un placement d’ouvriers assez classique, qui semble simple mais à optimiser pas si facile que ça. Evidemment, il y a des emplacements disponibles pour tous durant le JOUR mais d’autres ne seront disponibles qu’au premier arrivé.

Autant vous dire qu’on a passé un moment super agréable. L’âge minimum pourrait plutôt être 12 ans mais ce qu’on a beaucoup aimé en tant que gamer c’est que :

  • votre personnage possède 4 caractéristiques liées au trait de caractères (4 cadrans) et des pouvoirs (votre deck perso) qu’il faudra activer. Et tout se mêle parfaitement. 1 cadran est lié aux cartes pouvoirs pour rendre plus puissant votre personnage, 1 cadran est lié aux dés pouvant être lancés pour les combats contre les monstres et pour les challenges. 1 cadran est lié à la réactivation / upgrade de vos dés utilisés, 1 cadran est lié à l’esprit (ce qui vous permet de jouer des cartes cascades de plus en plus puissantes, ce deck est par contre commun à tous)
  • les lancers de dés sont MAITRISES : à chaque lancer de dés, vous avez aussi un dé danger (de plus en plus méchant, au fil des rounds) à lancer. Il suffit de placer 1 à N coquillages sur votre bouclier (carte) pour ignorer ce danger (sinon vous perdez un dé). Donc vous ne partez jamais en combat ou ne relevez jamais un défi sans coquillage, car tant que vos boucliers les acceptent et tant que vous avez des coquillages, vous pouvez continuer de lancer les dés !
  • Le jeu est absolument sublime (l’édition DELUXE est aussi très soignée : du plastique mou pour les fruits, des figurines, …. ).
  • le placement d’ouvriers ne réinvente rien mais on a cette impression de faire beaucoup de choses durant notre tour : le gain du placement, le bonus de l’île et on peut aussi relever des défis. Du coup, ce sont des tours rapides mais durant lesquels on a vraiment l’impression de faire quelque chose. On se pose pas pour gagner 2 fruits, non, il y a beaucoup plus à faire !

Avis de El Stefano et Angé

Voilà un jeu qui nous permet de bien démarrer cette seconde journée de Essen 2020 à la maison.
Les graphismes sont fresh she’s so fresh et nous plongent d’entrée dans l’univers du jeu. Exécutons des cascades et des challenges pour briller aux yeux du juge. Augmentons notre potentiel et développons notre personnalité. Mais que tout cela est fun she’s so fun. Et puis… Il faut fracasser des gros monstres aquatiques tout mouillés et méchants à souhait sous peine de se faire envahir et de subir des pénalités ragoutantes.
De la pose d’ouvriers comme on l’aime avec une belle montée en puissance. De multiples axes de progressions et de stratégies et une très bonne rejouabilité. Mais on ne peut pas scorer sur tous les tableaux, il faudra donc faire des choix cruciaux. Dur, dur, car vous aurez envie de tout faire !!!
Un bel expert qui nous a pris moins de 2 heures à trois, ça c’est un atout supplémentaire, et ce sans sacrifier la profondeur de la bête.
Tidal Blades est une super découverte pour laquelle nous nous sommes vraiment éclatés tous ensembles. Un bon moment où nous avons plus passé notre temps à jouer, au sens noble du terme, qu’à nous focaliser sur une stratégie gagnante : ça c’est le signe d’un très bon jeu.
Le petit plus d’El Stefano : pour une immersion totale il sera conseillé de jouer la bande son de Lilo et Stich ou celle de Vaïana.

Nemesis (1–5 joueurs, 12 ans et +, 90–180 Min)

Auteur: Adam Kwapiński
Illustrateurs principaux: Piotr Foksowicz, Ewa Labak, Michał Oracz, Patryk Jędraszek
Editeur: Awaken Realms, Rebel Sp. z o.o. (Funforge pour la localisation)
119,90 € en VF chez Philibert

Nemesis nous a été expliqué par le traducteur lui même. Antoine Prono de Transludis, qui a travaillé 8 ans chez Days Of Wonder (en tant que chef de projet notamment sur Ticket to Ride et Smallworld) puis chez Funforge (en tant que chef de projet aussi).

On en a profité pour l’interviewer sur le métier de traducteur professionnel. L’interview sera en ligne dans le week-end ou au plus tard début de semaine prochaine. En attendant, je vous laisse jeter un œil sur vos livrets de règles et chercher peut-être, qui sait?, une traduction de lui.

Nemesis est un jeu semi-coopératif (vous choisissez: coop ou semi-coop) où vous et vos camarades cherchez à survivre sur un vaisseau infesté d’organismes hostiles qu’on nomme, si facilement, les ALIENS !!! 

On a choisi semi-coop. Chacun avait un objectif caché… Si on foutait le camp par nacelle ou si le vaisseau « réparé » arrive sur terre et si votre objectif est validé, vous gagnez. 2 joueurs peuvent donc gagner mais là, un seul joueur parmi nous a survécu, s’est enfui par une nacelle et son objectif était validé : celui d’être le SEUL survivant ! Déjà ça pose les bases hein ? 😉 ne vous laissez pas avoir par le visage d’ange d’Angélique… lol !

Une fois vos personnages choisis et l’installation terminée, les tours sont HYPER rapides ! Déjà, c’est ça qui nous a plu. L’explication de règles par le traducteur lui-même nous a énormément aidé à prendre nos marques rapidement et à anticiper les cartes pouvant arriver. Même si l’inévitable est quand même arrivé ! MDR

Une manche se compose de 2 phases: phase d’actions puis phase d’évènements avec les Aliens LOL

La mécanique principale est que vous pouvez jouer 2 actions ou passer ou jouer 1 action puis passer. Si vous passez, vous ne jouerez plus pour la phase en cours.

Vous avez plusieurs choix durant votre tour : vous déplacez, fouiller, réparer, faire l’action de la salle, attaquer, crafter des objets, jouer une carte, récupérer des cadavres pour les amener au labo et ainsi voir les points faibles des aliens, jouer un objet, etc… Le coût de vos actions se paye en cartes. Mais si vous êtes trop gourmands en dépense de cartes (car vous n’en avez que 5 max en main), vous risquez… de pas pouvoir vous protéger contre les intrus qui popent en fin de manche !!!

On a l’impression d’être dans Clank! en version Alien avec plus de tensions, plus d’aventures, plus d’aléatoire, forcément et plus de difficultés et j’ai trouvé cela très épuré malgré des règles touffues hein. C’est fluide et très immersif, les figurines sont magnifiques, et on est tout petit comparé aux intrus, j’ai adoré découvrir les salles et leurs actions, les pouvoirs des personnages (d’ailleurs Funforge… nous voudrions bien avoir le médecin et espérons du coup pouvoir l’acheter seul, enfin si c’est possible 🙂 )

Bref, on a passé un moment excellent de fous rires où j’essayais d’aller chercher les cadavres, où El Stefano essayait de nous sauver mais il est mort, où Angé n’arrêtait pas d’allumer des feux. Bref, le jeu vous pousse dans vos retranchements et va falloir moins faire le pitre pour gagner LOL

Bref, je pense que je vais me laisser tentée par Lockdown, dont le late pledge est ouvert jusqu’au 30 octobre.

Avis de El Stefano et Angé

Grand écart. On passe du monde coloré, enjoué et positif aux sombres couloirs du vaisseau en rade de Némesis. Tout va bien, il suffit de réparer les moteurs et la machine d’astrogation pour retrouver le chemin de la terre. Hein… Quoi… Mais quel est ce bruit… C’est…. C’est… Arrrglllll !!!! Sainte Ripley priez pour moi, les autres peuvent crever (ça tombe bien c’est mon objectif) !!! Mais que sont-ce ? Rahhh des Espèces d’Aliens et vu leurs gueules ils ne sont pas là pour une kermesse.

Vite filez à l’armurerie… Fuckerie elle est cassée, je n’ai rien pour réparer et mes munitions sont à zéro. Mais je marche dans quoi là ??? Une sorte de bave verte….
Une alarme !
Quoi encore ?

Oh non ! L’infirmerie est en feu. Je dois accéder aux salles de contrôle mais un abruti a verrouillé les sas. Fuir et prendre une navette. Tant pis pour les autres. Je vais sauver ma carcasse.
Aïiiie… J’ai un de ces mal au bide… Vite des astrochiottes, je dois couver une exodiarrhée.

AAAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRRRR…
Scratch, spruuush, wiiiiizzzzzz….
Mais quelle est cette chose qui vient de sortir de moi en me déchirant mes entrailles… Mais elle se barre avec mon foie…Je… Je….
Arrrgllll.
Voilà, vous venez d’assister à une partie de Némesis. C’est immersif, violent, sans pitié, ultra rebondissant et totalement fun. En un mot : Génialissime.
Le petit plus d’El Stefano : pensez avant de jouer à prendre un petit imodium pour les maux de ventres. Ça m’aurait servi.

A propos de GeekLette 623 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

1 Trackback / Pingback

  1. Journal de confinement #1 – GeekLette

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*