Call to Adventure: répondrez vous à l’appel?

Article rédigé par BDPhilou

Un jeu de Johnny O’neil
Illustré par Chris O’neil
Edité par Brotherwise Games (francisé par La boite de jeu)
1 à 4 joueurs
30 à 60 minutes
14 ans et plus
32,90 € chez Philibert en VF

A toi qui as l’habitude de me lire, tu sais surement que je rédige principalement (toujours ?) des articles sur des jeux que j’ai particulièrement appréciés. Ceci peut donc logiquement donner l’impression que j’aime tous les jeux que je pratique. Même si je suis bon public, ceci est loin d’être toujours le cas. Aujourd’hui, j’ai vraiment eu envie de te parler de Call to Adventure. Il ne s’agit absolument pas d’un mauvais jeu mais plutôt d’une expérience ludique dont il faut clairement comprendre ce qu’elle englobe afin de ne pas être déçu. Certains aimeront, d’autres pas. L’idée de cet article est justement de vous aider à savoir si ce jeu vous correspond.

Allo, l’Aventure ?

Dans Call to Adventure, les joueurs s’affrontent pour créer des Héros dans un univers fantastique. Sur le chemin allant de vos humbles Origines jusqu’à votre Destin épique, seul l‘un d’entre eux deviendra un véritable Héros !

Pour cela, les joueurs vont acquérir dès le début de partie 3 cartes représentant : Une Origine (Pickpocket, écuyer, noble), Une motivation (Leader Nature, Entraîné par un Maître, Lié par l’honneur) et Un Destin (Maître éclairé, etc.). Les deux premières cartes permettent au joueur d’acquérir deux runes de départ (utiles pour remporter des défis) et une capacité (généralement liée à l’acquisition de précieux jetons d’expérience). Ces deux cartes restent faces visibles toute la partie. La carte Destin, quant à elle, reste face cachée jusqu’à la fin de la partie. Elle permettra d’améliorer le score final du joueur si celui-ci en rempli les conditions.

Le jeu se déroule en 3 actes. Chacun d’eux est matérialisé par un paquet de cartes. Le but du joueur sera d’acquérir 3 cartes de chaque acte afin forger la destinée la plus prestigieuse pour son personnage.

A son tour, le joueur pourra principalement :

  • Acquérir un Trait (Spirituel, Exaltant, Courageux, etc.) pour son personnage. Pour cela, le joueur devra simplement remplir une condition précise (avoir certains symboles de runes ou dépenser des jetons d’expérience par exemple).
  • Relever un Défi. Ceux-ci proposent 2 voies qui rapporteront chacune de nouvelles Runes et/ou de nouveaux symboles. Pour remporter ces cartes, le joueur devra déterminer la voie qu’il choisit puis lancer des Runes. Plus il aura de Runes du type demandé, plus le joueur maximisera ses chances de réussir son Défi. Il sera même possible d’ajouter des Runes de corruption en dépensant des jetons d’expérience. Si le jet de Runes est supérieur ou égal à la valeur du Défi, celui-ci est remporté par le joueur.

Toutes les cartes ainsi gagnées sont placées derrière la carte personnage de l’acte en cours. Ceci permet de visualiser ses améliorations et de spécialiser son avatar.

En plus de ces cartes, il sera possible d’attaquer des adversaires ou de profiter de la capacité d’alliés. A cela s’ajoute également l’utilisation de cartes Héros et Anti-Héros (apportant parfois un peu d’interaction entre les joueurs).

Les Plus 

  • Des illustrations superbes,
  • Des règles accessibles,
  • Des parties courtes,
  • Un véritable intérêt en mode solo,
  • Peut permettre de créer de façon rapide et ludique des personnages à utiliser dans vos parties de jeux de rôle.

Les Moins 

  • Il ne s’agit pas d’un jeu d’action comme son titre pourrait le sous entendre.
  • Si les joueurs n’entrent pas dans le thème, l’expérience est gâchée.
  • Peu d’interaction entre les joueurs.

J’ai un appel pour vous !

Comme je l’ai entendu de la bouche de plusieurs éditeurs :

« Le pire pour un éditeur n’est pas de ne pas vendre son jeu… le pire, c’est de vendre son jeu à la mauvaise personne ».

Cette phrase pleine de sagesse s’adapte parfaitement à Call To Adventure. Ce qu’il est primordial de comprendre, c’est que l’aspect narratif du jeu repose massivement sur les épaules des joueurs. Une fois votre personnage créé, à vous de savoir si vous aurez envie de raconter son parcours à l’ensemble des autres joueurs à partir des cartes récupérées durant la partie. Si tel est le cas, alors Call to Adventure est probablement fait pour vous. Sinon, vous passerez à côté d’un aspect visiblement cher à l’auteur du jeu. Car dans ce jeu, c’est aux joueurs d’imaginer l’aventure à partir des cartes récoltées bien plus que la vivre directement. C’est ce décalage qui fera que certains adoreront ce jeu quand d’autres resteront sur leur faim. Car, aussi étonnant que cela puisse paraître, la mécanique du jeu se rapproche davantage d’un Splendor que d’un Gloomhaven par exemple. Lorsque j’y ai joué à 4 joueurs, chaque joueur avait un sentiment différent sur le jeu. Ceux qui l’ont apprécié, ont, avant tout, ressenti le thème. Le jeu est donc assez clivant sur ce point. Personnellement, j’ai bien aimé le mode solo. Celui-ci permet en 20 minutes (installation comprise !) de relever un défi intéressant tout en créant son personnage.

A propos de GeekLette 611 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*