GenCon 2019: une sélection expert

J’ai suivi la preview BGG avec attention, elle liste les jeux qui seront visibles (achat ou non) lors de la GenCon 2019 (cet été). En pensant qu’Essen approche, il est grand temps de commencer sa petite wishlist… Et ça commence souvent par la GenCon.

Mais je vais peut-être en décevoir certains car je n’ai choisi que des jeux experts. Mais rassurez vous d’autres sites ont fait une pré sélection comme : Ludovox et son Radarovox 🙂 Je ne vais donc pas faire de doublons hormis pour les futures pépites must have haha.

C’est parti?

Edge of Darkness (1 à 4 joueurs, 14 ans et +, 120 minutes)

(vous avez vu ? mes titres sont en bleu 🙂 et pas rose bonbon)

Traduction synthétique de BGG:

Edge of Darkness est le 3ème jeu de cartes de AEG conçu par John D. Clair. Ce jeu combine la fabrication de cartes (à la Mystic Vale), le placement d’ouvriers, la construction de decks partagés et un tout nouveau système nommé ‘Threat Challenge’.

Nous représentons des chefs de guildes dans ce jeu qui parfois demande de la coopération, notamment pour éviter les dangers qui peuvent nous nuire.

Les guildes gagnent en pouvoir à mesure que leurs agents et loyalistes (bien placés) occupent des postes importants dans les districts et les organisations de la ville.

Les points importants de la mécanique:

  • Création de cartes à la Mystic Vale. Cependant, dans Edge of Darkness, les cartes transparentes sont recto verso et, lorsque vous mettez à niveau le « bon » côté des cartes (recto), vous renforcez également la force du « mauvais » côté (verso).

  • Construction de deck commun : Plutôt que d’avoir votre propre deck, il existe un deck central dans lequel tous les joueurs puisent. Différents joueurs auront l’allégeance de différentes cartes dans ce deck. Utiliser les cartes des autres joueurs signifie que vous devez les payer. Pendant le jeu, vous pouvez réclamer davantage de cartes dans le jeu en plaçant un feuillet dans la carte avec votre couleur et votre sceau.
  • Placement d’ouvriers : de nombreux effets nécessitent de placer ou retirer des ouvriers de différentes villes, comme le dictent les effets de cartes. Et comme vous avez un nombre limité d’ouvriers, vous choisirez constamment de renoncer à une chose utile pour en faire une autre.
  • La tour de la menace qui dicte quand les menaces arriveront et qui elles viseront. Les cartes quittent le deck commun et entrent dans le tableau des menaces, où elles accumulent des cubes de menace au tour de chaque joueur. Ces cubes sont codés par couleur et lorsqu’un seuil de cubes d’une couleur donnée s’accumule sur une carte, il attaque la ville. Si la couleur correspond à l’un des joueurs, il attaque ce joueur. Si la couleur est noire, tous les joueurs sont attaqués!
  • Modulable : il existe 12 villes différentes et chaque partie en demandera 10.

Pourquoi ça m’intéresse ? J’adore Mystic Vale et ici le côté recto/verso des cartes est intéressant d’autant plus que c’est un placement d’ouvriers (ma mécanique préférée) et j’avoue que le deck commun m’intrigue pas mal. Bref, que du bon apparemment.

Abomination: The Heir of Frankenstein (2 à 4 joueurs, 13 ans et +, 1 à 2h)

  • Auteur: Dan Blanchett
  • Illustrateurs: Mikhail Palamarchuk, Tony Sart
  • Editeurs: Plaid Hat Games

Traduction de la fiche BGG

Cela fait vingt ans que Victor Frankenstein est mort sur un navire dans l’Arctique, mais sa créature vengeance continue de vivre. Nous sommes maintenant en 1819 et une sombre obscurité s’abat sur la ville de Paris. Un mystérieux bienfaiteur d’une stature gigantesque a émergé dans la communauté scientifique, ne montrant jamais son visage, prétendant posséder les recherches de Frankenstein. Il parraine un grand concours offrant un prix encore plus grand: trouver le mystère de la mortalité!

Des scientifiques renommés du monde entier viennent y prendre part: certains ont été entraînés à résoudre cette énigme éternelle, d’autres ont été forcés contre leur volonté. Mais un certain capitaine arrive également, profondément méfiant envers le mécène secret, dans l’espoir de réaliser enfin son vœu.

Abomination: l’héritier de Frankenstein est un jeu compétitif de construction de monstres stratégique pour 2-4 joueurs, inspiré du roman classique d’horreur gothique de Mary Shelley. Dans le jeu, la créature demande votre aide pour accomplir ce que son propre créateur ne réaliserait pas: donner vie à une abomination semblable à elle-même, un compagnon pour mettre fin à sa misérable solitude. Grâce au placement des ouvriers et à la gestion minutieuse des ressources en décomposition, vous collecterez du matériel provenant des cimetières et des morgues de la ville, conduirez des recherches de valeur à l’académie des sciences, embaucherez des collaborateurs moins réputés et ferez votre travail dans votre laboratoire, le tout dans les meilleures conditions.

Le jeu se termine lorsque vous réussissez à donner vie à votre création ou lorsque le capitaine tue la créature, selon la première éventualité. Ensuite, le joueur avec le plus de points remporte le sombre héritage de Frankenstein, devenant son héritier, pour le meilleur ou pour le pire …

Pourquoi ça m’intéresse ? le thème, la noirceur, le contre pied avec ce qui se fait aujourd’hui et pourtant derrière tout ça il y a du placement, de la gestion de ressources, et tout ça pour expert. Il faut admettre que le plateau donne envie aussi non?

Chez Plaid Hat Games, on peut aussi noter Aftermath dont a parlé Ludovox.

Zona: the secret of Tchernobyl (1 à 4 joueurs, 16 ans et +, 2 à 3h)

  • Auteurs: Maciej Drewing, Krzysztof Głośnicki
  • Illustrateur: Tomek Zarucki
  • Editeur: Rebel

 » Zona  » est un jeu de plateau d’aventure conçu pour 1 à 4 joueurs. Pour gagner, on doit atteindre le sarcophage atomique de Tchernobyl avant les autres joueurs. Le sarcophage ne s’ouvrira que si le joueur a déjà découvert 2 endroits secrets.

A son tour on a deux actions parmi plusieurs (se déplacer, explorer …) et on doit lire une carte événement.

Ce jeu de plateau se concentre sur l’aspect de la survie. La zone indiquée au tableau est une zone extrêmement dangereuse et isolée avec un accès très limité aux équipements et fournitures utiles. Les joueurs doivent réparer régulièrement leur matériel et en acheter de nouveaux. Il ne faut pas oublier aussi de se reposer et de traiter les blessures.

Pourquoi ça m’intéresse ?  Avec la série Tchernobyl, je reste dans le thème de mes visionnage 🙂 Je suis très intriguée par le rendu de ce jeu comparé à l’événement. Et puis la couverture est juste magnifique !!! Reste à voir s’il sera en anglais car pour l’instant… ça a l’air d’être allemand / polonais.

 

Black Angel (1 à 4 joueurs, 12 ans et +, 1 à 2h)

J’ai tellement hâte de rejouer à Black Angel que je pourrai le citer dans chaque article que je rédige.

Vous avez un aperçu ici lors de ma partie à Cannes, au FIJ 2018

Le matos est vraiment beau, pour ceux qui aiment le flashy et moi j’aime bien !

Margraves of Valeria (2 à 5 joueurs, 14 ans et +, 1 à 2h)

Jeu issu d’un KS, qui n’a récolté pour l’instant que 43 K€

Traduction synthétique de la fiche BGG.

Margraves of Valeria est un jeu de placement d’ouvriers dans le monde fantastique de Valeria. Il s’agit du cinquième jeu autonome de la série et apporte la sensation familière des jeux précédents (icônes, personnages et virages faciles) tout en s’appuyant sur des mécanismes familiers auxquels vous vous attendez (bonus de retrait, cartes à usages multiples et la gestion des ressources).

Les tours sont d’une simplicité trompeuse, car vous ne jouez qu’une carte Citoyen de votre main. Chaque carte peut être jouée :

  • pour des icônes d’action dans le fanion (en haut à gauche),
  • ou un texte de pouvoir (en bas)
  • ou face cachée pour effectuer l’une des deux actions de votre tableau de joueur.

Pourquoi ça m’intéresse? Envie de connaitre la série des Valeria et j’aime le côté facilité d’apprentissage des règles avec une profondeur certaine. Puis, comme vous le savez c’est encore du placement d’ouvriers, donc j’adore.

Crystal Palace (2 à 5 joueurs, 14 ans et +, 1h30 à 2h30)

  • Auteur: Carsten Lauber
  • Illustrateur: Andrea Alemanno
  • Editeur: Feuerland Spiele

– « Oops encore un jeu de placement d’ouvriers? tu nous gonfles avec ça… »

– « euh c’est placement de dés là… alors tu vois que j’inove! »

Traduction synthétique de la fiche BGG

Dans Crystal Palace , les joueurs jouent pour une nation lors de la première exposition universelle de Londres (1851), en essayant de créer le buzz autour des inventions et d’avoir le soutien de personnages puissants et célèbres.

Crystal Palace est un jeu de placement de dés dans lequel les joueurs déterminent eux-mêmes les statistiques de leurs dés au début de chaque tour. Plus le nombre est élevé, mieux c’est, mais cela a un prix. Au cours du jeu, les dés sont placés sur huit lieux d’action (Bureau des brevets, Reform Club, London Times, Port de Londres, Waterloo Station, British Museum, Banque d’Angleterre, Westminster) dans le cadre du concours des meilleures ressources, brevets et esprits.

Dans un monde d’inventions légèrement étranges, vous rencontrerez des personnes comme Phileas Fogg, Levi Strauss et Amelia Edwards, et vous inventerez des gadgets tels que la machine à penser, le comptoir de verre à bière ou le changeur de climat.

Pourquoi ça m’intéresse? le thème, la mécanique de placement de dés, un auteur inconnu mais un éditeur qui en a sous le capot Feuerland Spiele, les photos du jeu m’intriguent, et puis de quoi je me mêle? je ferai bien une partie quand même 🙂

Until Daylight (3 à 6 joueurs, 14 ans et +, 1h)

Traduction synthétique de la fiche BGG

Until Daylight est un jeu de cartes coopératif de survie. Votre objectif: survivre à dix vagues d’ennemis et sauver au moins un survivant.

Pendant le jeu, vous pouvez trouver et échanger des objets, des armes et des munitions avec d’autres personnages et créer des pièges ou des barricades pour vous protéger et assurer votre survie en tant que groupe. Vos réflexes, votre sens de la stratégie et votre capacité à survivre seront mis à l’épreuve. Chaque personnage que vous incarnez est unique et présente un avantage et un inconvénient qui rehaussera le jeu avec des moments forts et intenses. « Rechercher, combattre, survivre » deviendra rapidement votre devise.

Vos premières parties devraient être difficiles et vous allez probablement mourir. Ne vous inquiétez pas, c’est normal car survivre à l’apocalypse est tout sauf facile. Chaque tentative vous en apprendra un peu plus sur les mécanismes de jeu et les priorités stratégiques. Until Daylight est un jeu dans lequel chaque action compte et où le temps sera très cruel. Dans certaines phases, vous n’aurez que quelques secondes pour réagir avant que la horde ne vous tombe dessus. Vous gagnez le jeu si les trois conditions suivantes sont remplies:

  • Tous les personnages ont survécu aux dix tours de la partie
  • Tous les ennemis révélés dans le jeu ont été éliminés
  • Le groupe a sauvé au moins un survivant.

Until Daylight est un jeu coopératif, mais bien sûr, les joueurs peuvent ne pas être d’accord sur la stratégie à adopter. Dans ces circonstances, le chef de groupe décide quelle action sera effectuée. Le joueur avec le plus de points d’expérience est le chef de groupe.

Sur le site dédié et les règles en anglais, le « comment jouer » est plutôt efficace. Pendant 10 tours, on :

  • recherchera des objets (une application vous permettra de lancer le minuteur car c’est une phase à temps limité où chacun joue à son tour), vous trouverez : armes, munitions, ressources en tout genre pour crafter et des cartes spéciales devront être jouées immédiatement… ce qui donne encore plus de pression avec le minuteur…
  • combattra et sauvera des survivants via les dés de sort (au sens, qu’adviendra t il de nous, quel sera notre sort). Il y a 3 types de hordes : les infectés (divisés en 3 catégories), les survivants, les pillards. Pour vaincre ces hordes il y a plusieurs possibilités : les attaquer avec les armes (à distance), construire des barricades et des pièges, donner/prendre des cartes à un autre joueur, utiliser des cartes.

Pourquoi ça m’intéresse ? la couverture est magnifique et oui ça y joue… c’est la porte d’entrée. Les mécaniques principales sont pas originales mais plaisantes : draft, lancement de dés, deck building. Mais quand on lit les règles il y a deux choses qui frappent :

  • on va beaucoup parler pendant la phase de combat donc un bon coop (on sent qu’on va devoir ramer)
  • la tension s’installe fortement

Et puis l’éditeur est canadien, ça plait à Gégé 🙂

Clank! Legacy (2 à 4 joueurs, 12 ans et +, 1h)

  • Auteur: Andy Clautice
  • Editeurs: Dire Wolf Digital, Renegade Game Studios

Pourquoi ça m’intéresse ? Il faut avoir le jeu de base et j’ai la version « in space » du coup je pense acquérir la version de base et la découvrir en mode legacy directement. J’ai trop hâte.

Homebrewers (2 à 5 joueurs, 14 ans et +, moins d’une heure)

Campagne KS

  • Auteur: Matthew O’Malley, Ben Rosset
  • Illustrateurs: SaRae Henderson, Adam Rebottaro
  • Editeur: Greater Than Games

Traduction synthétique de la fiche de BGG

Homebrewers est un jeu de construction de moteurs et d’échange de dés. Vos dés représentent les actions que vous pouvez entreprendre: acheter des ingrédients, participer à des événements mensuels, ajouter des arômes à vos recettes et bien sûr, brasser de la bière! Homebrewers se joue sur huit mois (huit rounds). Chaque mois, vous rencontrez le club brasseur sur 1 week-end (phase de négociation) et agissez les autres week-ends (phase d’action).

Vous gagnez en réputation de deux manières principales. Premièrement, en gravissant les pistes de qualité pour les quatre catégories de bières afin de remporter des médailles aux festivals Summerfest et Octoberfest, et deuxièmement, en élaborant vos recettes de manière à répondre aux goûts particuliers d’un jury de juges à Octoberfest.

Au bout de huit mois, si vous avez acquis la réputation du meilleur brasseur de votre club, vous gagnez!

Pourquoi ça m’intéresse? Alors là, je ne saurai pas vous dire, je n’aime pas le thème mais le plateau de jeu m’intrigue et il y a des dés… OK c’est nul, en plus la campagne KS n’a pas été un franc succès même s’il est financé. Je sais pas il m’intrigue, mon nez me gratte quand j’y pense, c’est qu’il faut aller regarder de plus près.

Yggdrasil Chronicles (1 à 5 joueurs, 14 ans et +,90 minutes)

  • Auteur: Cédric Lefebvre
  • Illustratrices: Maëva da Silva, Christine Deschamps
  • Editeur: Ludonaute

Traduction de la fiche BGG

Dans Yggdrasil Chronicles , chaque joueur prend le rôle d’un dieu nordique et tente d’empêcher les forces du mal de dévaster les neuf mondes, de détruire l’arbre du monde Yggdrasil et de survivre à l’apparition de Ragnarök.

Pour se mettre en place, chaque joueur prend l’un des sept dieux nordiques, 5 à 9 points de vie (selon le nombre de joueurs) et un jeu de cartes montrant les six ennemis attaquant les neuf mondes; vous mélangez ces cartes ennemies et les placez à côté de vous. Ces neuf mondes sont représentés sur un tableau de jeu en 3D à trois niveaux, avec des emplacements pour les cartes d’artefact, les cartes de créature, les pions de héros, les pions d’elfes, les pions anonymes, etc. Chaque niveau du plateau représente trois mondes et le plateau central tourne.

Au début d’un tour, chaque joueur place la carte du dessus de son deck ennemi sur la « Roue des ennemis ». Les joueurs peuvent jouer à tour de rôle dans n’importe quel ordre. Au tour d’un joueur, il révèle d’abord sa carte ennemie. S’il s’agit de la première apparition de cet ennemi ce tour, le joueur continue son tour. Sinon, l’ennemi est activé, se déplaçant généralement dans un monde différent, puis entreprenant des actions. Si l’ennemi ne peut pas bouger, vous perdez la partie. Si l’ennemi ne peut pas agir, vous perdez aussi la partie.

Alors que vous espérez normalement éviter de dupliquer un ennemi, vous voulez doubler Nidhögg, car cet ennemi commence à l’extrême gauche de votre livre de saga. Si Nidhögg se déplace jusqu’à l’icône de l’arbre, vous remportez la partie.

Si un ennemi se déplace là où se trouve un autre ennemi, ce monde est dévasté et aucune action n’est possible là-bas, à part la guérison de l’arbre du monde.

Qu’un ennemi soit activé ou non, vous pouvez alors vous déplacer puis agir et exécuter l’action du monde dans lequel vous vous trouvez. Ou vous battre. Puissant dieu que vous êtes, vous gagnez toujours un combat, mais vous subissez des « risques » égaux à la force de l’ennemi. Vous pouvez sacrifier des héros au Valhalla pour éliminer les risques ou effectuer des jets de sauvegarde aux dés, éventuellement avec une assistance elfe, mais chaque risque que vous n’empêchez pas vous coûte 1 point de vie – et si un dieu manque de points de vie, vous perdez la partie. .

En ce qui concerne les actions du monde, vous pouvez collecter des elfes, des héros, des cartes d’artefact; supprimez les serviteurs anonymes de Hel ou les géants du feu de Surt; ou recevoir de l’aide de créatures mondaines. Si un autre dieu se tient dans ce monde, votre action est améliorée; si un ennemi se tient dans ce monde, votre action est pénalisée.

Pourquoi ça m’intéresse ? déjà les possibilités du jeu : mode normal et mode expert ainsi la campagne de 6 saga. Ensuite, l’édition est juste magnifique (arbre 3D) et les règles sont simples mais le jeu est carrément chaud patate!!! J’ai vu Cédric dire qu’il avait créé un mode simple du jeu pour les salons et que les joueurs perdaient souvent ; ça donne un petit côté challenge à relever non ? 🙂

Marco Polo 2 (2 à 4 joueurs, 12 ans et +, 1h30)

Evidemment, qui n’a pas entendu parler de cette nouvelle édition?! On en sait que trop peu, donc j’ai été mettre mon nez partout ! [Décidemment je parle beaucoup du nez… mouhahahaha]

  • Nouveau plateau avec une nouvelle carte (même région du monde que le premier jeu, mais les itinéraires et les villes sont disposés un peu différemment) et des tonnes de changements dans les espaces d’action (pas de grand bazar?!)
  • Les personnages ont de nouveaux pouvoirs
  • Nouveau type de ressource (jade)
  • Vous devez aller dans des villes pour obtenir des contrats (donc ils poussent au voyage)

Pourquoi ça m’intéresse? Archi fan de Marco Polo, je sens ici un renouveau du jeu et je pense que les petites maladresse seront corrigées.

Ishtar (2 à 4 joueurs, 14 ans et +, 45 minutes)

  • Auteurs: Bruno Cathala, Evan Singh
  • Illustrateur: Biboun
  • Éditeur IELLO

Traduction de la fiche BGG

Ishtar est un jeu dans lequel vous jouez le rôle d’un jardinier visant à transformer le désert aride en Jardins suspendus perdus de Babylone. Pour accomplir votre mission, vous devrez planter des fleurs qui, si vous les placez bien, peuvent vous aider à recueillir des gemmes précieuses et à activer des actions. Que ce soit pour acheter des arbres (ce qui bloquera le lien entre deux points de fleurs, ainsi que pour gagner des points) ou pour acheter des améliorations (comme obtenir deux points supplémentaires par carte Arbre à la fin du jeu), la collecte de gemmes sera cruciale une partie du jeu. Obtenez-les avant vos adversaires, recrutez des apprentis, envoyez-les pour gagner des points dans les bosquets de fleurs que vous avez créés, bloquez les autres et réfléchissez bien aux améliorations à acheter si vous voulez devenir le meilleur jardinier à la fin du jeu!

Pourquoi ça m’intéresse ? Quand Bruno est dans les parages, il y a forcément un jeu qui mérite qu’on s’y attarde. En plus, à la lecture des règles, on sent leur simplicité mais le jeu a l’air bien tendu ! Chaque partie a l’air différente en plus. Même s’il parait plus léger que les autres, j’ai envie de faire une partie 🙂

The Towers of Arkhanos (2 à 4 joueurs, 30 minutes, 14 ans et +)

  • Auteurs: Daniel Alves , Eurico Cunha Neto
  • Illustrateurs: Marcelo Bastos , Eduardo Cavalcante , Rodrigo Ramos
  • Editeur: CGS- Creative Games Studio
  • KS qui vient d’être livré aux backers.

Traduction synthétique de la fiche BGG

The Towers of Arkhanos est un jeu de construction de tours pour 2 à 4 joueurs. Jeu familial rapide et amusant qui dure environ 20 à 30 minutes.

Dans ce jeu, les joueurs doivent construire ensemble des tours pour canaliser le pouvoir des civilisations du passé. Pour cela, votre maître et vos apprentis doivent utiliser des pierres magiques (dés) et appliquer les capacités inscrites dans le livre de magie pour acquérir du prestige et devenir le magicien à la réputation incroyable dans le royaume.

Les joueurs contrôleront des écoles de magie (couleurs différentes) des royaumes de Drunagor et tenteront de construire les tours afin de gagner le plus de points de prestige et d’être nommé le plus grand sorcier du royaume.

Tour de jeu trouvé sur la page KS:

  • Le 1er joueur lance 5 dés et en choisit un puis le place en tant que pillier dans un tour avec un de ces meeples ; évidemment le placement du dé se fera selon la demande de la tuile Tour (un rouge impair, etc).
  • Le pillier rempli par le dé déclenche un gain
  • les autres joueurs vont faire la même chose dans l’ordre du tour.
  • Si un étage de tour est rempli, ceux qui y ont mis des meeples auront des gains.

il y a quelques petits éléments de plus mais cela en dit déja long.

Pourquoi ça m’intéresse? La beauté du jeu, je l’ai raté lors du KS et je dois admettre que l’édition est de bonne facture et en plus ça rend bien de construire des tours. Quand on regarde la page KS ça ne pas l’air si simple que ça et l’originalité me donne envie d’y jouer.

Dawnshade (1 à 5 joueurs, 1h à 2h30, 10 ans et +) 

2h30 pour des enfants de 10 ans, faut pas y compter, donc je l’ai mis dans catégorie expert.

Traduction de la fiche BGG

Dawnshade est un RPG d’aventure en coopération pour 1 à 5 joueurs, d’une durée d’environ 30 minutes par joueur.

En tant que Petaroukine, vous avez l’habitude de vivre isolé dans les forêts de Galeswood. Votre rôle au pays de Dawnshade est petit et souvent passé inaperçu, mais non négligeable. Mais des troubles se préparent dans le pays… Deux factions, The Unity et The Might, combattent pour les cœurs, les esprits et les âmes des créatures de Dawnshade. L’équilibre et la liberté de votre monde sont menacés par ces puissantes forces et seuls vous et votre fragile groupe d’aventuriers mal bâtis pouvez les arrêter.

Rassemblez des fournitures, développez des compétences et renforcez vos capacités tant que vous le pouvez… car il y a des batailles à mener, des défis à relever et une menace peut frapper à tout moment.

Parcourez ce jeu de société «Choisissez votre propre aventure» où la stratégie, la chance et les compétences s’unissent pour vous offrir des victoires palpitantes, des défaites déchirantes et un parcours différent à chaque fois que vous jouez.

Avec 34 220 combinaisons de quêtes disponibles, vous ne rencontrerez jamais deux fois le même voyage lorsque vous jouez à Dawnshade . Dessinez des tuiles de carte à partir d’un jeu de quêtes aléatoire pour révéler une aventure unique avec des chemins diversifiés à chaque fois que vous jouez. Les batailles utilisent un système de combat unique basé sur le style des anciens JRPG (pensez à Final Fantasy). L’expérience (XP) tirée des batailles et des événements vous permet d’augmenter le niveau de vos personnages. Les ressources collectées vous permettent de niveler les huttes de votre village. Les joueurs continuent à explorer pour découvrir les mystères de la campagne de Dawnshade.

Puissent les observateurs vous guider.

Pourquoi ça m’intéresse ? Le jeu est beau (déjà) et je suis très intriguée par le matos : dés, tuiles, cartes et jetons de pocker (type Too Many Bones, encore luiiiii ma petite perle). et là je tombe sur l’impensable : il sera sur KS cet automne donc pas à Essen. Donc voilà j’ai écrit pour rien mouahahaha c’est pour ça que je le mets en dernier.

 

 

 

Je dois admettre que Return to Dark tower m’intrigue aussi mais trop peu d’image et d’information sur cette nouvelle édition, en tous les cas j’ai pas pris le temps, je le prendrai avant Essen c’est certain.

 

 

A propos de GeekLette 570 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

4 Comments

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*