Coups de coeur de Mars 2019

Coup de coeur de GeekLette: Wingspan

Auteure: Elizabeth Hargrave
Illustratrices: Ana Maria Martinez Jaramillo, Natalia Rojas, Beth Sobel
Editeurs: Stonemaier Games (traduction par Matagot)
revient en stock en mai 2019 chez Philibert à 49,90 €

Il va y avoir une battle et il y a déjà un article sur le jeu donc je vais faire court.

Wingspan est un jeu que les experts jugent un poil trop léger. Je suis du même avis, mais qu’est-ce que je me suis éclatée sur mes 2 parties jouées !!! Les règles sont simples, y jouer est plus difficile. Et c’est ça que j’aime dans les jeux en ce moment ; j’ai peu de temps pour jouer donc des règles de 3h ne me conviennent plus. (exception faite pour Feudum, j’attends mon compagnon de guerre!)

Wingspan réunit les bons ingrédients pour avoir autant de fans : c’est beau, c’est simple mais pas simpliste, c’est challengeant sur les points de victoire. Que demander de mieux quand on est avec de bons copains qui nous disent qu’ils n’y arrivent pas mais vous mettent 10 points dans la gueule mdr ? bref, 2 très bonnes parties passées, certainement que les joueurs autour de la table y sont pour quelque chose mais je rejouerai volontiers ! Merci à Matagot pour la traduction !!!

Pour information, je me suis offert les tokens 3D suivants histoire de remplacer les cubes des joueurs. Je les ai reçu hier et je dois admettre que le rendu est juste SUBLIME!!!!

Coup de coeur de Gégé : Scarabya

1 à 4 joueurs, 8 ans et +, 15 à 20 minutes
Auteurs: Bruno Cathala, Ludovic Maublanc
Illustrateur: Sylvain Aublin
Editeur: Blue Orange
Chez Philibert à 26,90 €

Scarabya propose aux joueurs de placer des tuile de tétris sur un terrain afin de faire apparaitre le plus de scarabées. Mais pour que les scarabées apportent des points il faut qu’ils soient sur un terrain qui ne comporte pas plus de 4 cases. Si le terrain a bien 4 cases, chaque scarabée vaudra 4 points. Si le terrain fait 3, chaque scarabée vaudra 3 points etc…

Un jeu de pose de tuiles très intéressant car notre esprit est tellement habitué à rassembler les pièces de tétris que notre logique prend le pas alors qu’il faut en quelque sorte encercler les scarabées (reliques) et donc ne pas trop entasser les tuiles. Du coup, créer les zones de 4 cases va devenir un  casse-tête très agréable.

Le jeu amuse les adultes et aussi les enfants qui s’y retrouvent totalement (en difficulté, en durée, en mécanique). (D’ailleurs… GeekLette a gagné grâce à ma fille, heureusement qu’elle faisait équipe!!!!). Il aurait fallu avoir deux boites d’ailleurs pour que tout le monde puisse jouer ensemble et cela semble possible d’ailleurs. 2 boites pour 2 fois plus de joueurs 🙂

Bref, un tétris revisité qui apporte son lot de nouveautés et appelle une autre partie. J’ai beaucoup apprécié le côté rapide et fluide mais surtout que chacun parte avec les mêmes chances car les plateaux se ressemblent. Ravie d’avoir harcelé GeekLette pour acheter le jeu ! (elle n’aime que les gros jeux… lol)

Coup de coeur de BDPhilou : Shadows : Amsterdam

2–8 Joueurs (optimum 4 ou 6), 10 ans et +, 20 minutes
Auteur: Mathieu Aubert
Illustrateur: M81 Studio
Editeur: Libellud
Chez Philibert à 22,50 €

Quelle drôle de surprise que ce Shadows Amsterdam : Il s’agit d’un des jeux nominés pour l’As d’Or 2019. Rien que pour ça, il méritait que je m’y intéresse de près (Merci Morgane de me l’avoir offert 😉 ). Dans ce jeu, 2 équipes s’affrontent. Le principe est aussi simple que surprenant : Un agent de liaison est chargé de donner des informations aux autres membres de son équipe afin qu’il déplace leur figurine sur l’aire de jeu. Le but de chaque manche étant pour chaque équipe d’atteindre 3 endroits précis permettant de collecter des preuves puis de les déposer dans une ultime destination.

C’est tout ? Non, car Shadows Amsterdam a 2 spécificités qui le rendent particulièrement attractif :

  • La 1ère est que les 2 équipes jouent en même temps ! Ceci crée une tension palpable pour passer les bons indices le plus rapidement possible à ses acolytes sans se faire griller la politesse par l’équipe adverse.
  • La 2ème est encore plus surprenante : dans Shadows Amsterdam, l’aire de jeu ainsi que les indices que l’on transmet sont exclusivement composés de dessins (magnifiques d’ailleurs !).

Ainsi, lorsque l’Agent de liaison donne à son équipe une image, cela signifie que l’équipe doit déplacer sa figurine d’une case sur l’aire de jeu en essayant de trouver un point commun avec l’indice communiqué (la carte). Il est même possible de donner 2 cartes pour essayer d’aller encore plus vite… mais c’est beaucoup plus risqué. D’autant plus que certains endroits sont réservés à la Police et qu’arrêter sa figurine dessus entraînera une pénalité pouvant déboucher sur le perte pure et simple de la manche.

Le plus drôle dans Shadows Amsterdam repose évidement sur l’interprétation que fera l’équipe des indices donnés… On ne sera pas toujours sur la même longueur d’onde et c’est fait beaucoup rire… l’équipe adverse.

Les + :

  • Un matériel très joli et fonctionnel dans une petite boite,
  • Des parties rapides et nerveuses,
  • Une bonne ambiance pendant la partie même si on ne communique pas en parlant,
  • Une réinterprétation originale et réussie de Dixit,
  • Excellent à 4 ou 6 joueurs,
  • Mérite sa place aux nominés de l’As d’Or.

Les – :

  • A 2 ou 3 joueurs, malgré une application numérique dédiée, c’est juste pour découvrir les règles, pas pour jouer régulièrement.
  • Certains trouveront les illustrations un peu trop petites (ça se discute).

Shadows Amsterdam est à découvrir absolument si vous cherchez une variation de Dixit bien plus trépidante et superbement illustrée. Idéalement découvrez-le à 4 ou 6 joueurs pour en profiter pleinement. Il sera alors fort possible que la prochaine destination de ce jeu soit votre ludothèque ! 😉

Coup de coeur de Mag (10 ans) : Zombie Kidz Evolution

2–4 Joueurs, 7 ans et +, 5 à 15 minutes
Auteur: Annick Lobet
Illustrateur: Nikao
Editeur: Scorpion Masqué
Chez Philibert à 17,90 €

Je suis obligée de vous en parler car jamais un jeu n’aura autant plu à ma belle-fille. La première fois qu’on y a joué, on a fait 13 parties d’affilée à 3.

Le fait que les règles évoluent à chaque ouverture d’enveloppe secrète nous rendait un peu dingue!!! Qui ouvre l’enveloppe? Evidemment tout le monde disait MOIIIIIIIIII ET SI C’EST MOI JE FERAI LE MÉNAGE PENDANT 15 JOURS A VOTRE PLACE (les négociations étaient féroces!!!)

Scorpion Masqué a réussi un tour de force phénoménal : un jeu simple, évolutif, malin, beau, pour enfants, qui peuvent jouer seuls, et qui commence à plaire aux parents quand les règles deviennent un peu plus corsées. On retrouve le même plaisir que quand on joue au legacy Pandemic avec des parties + courtes et moins de matos et surtout moins de prises de tête (j’ai abandonné à la saison 2 le pandemic legacy il prend trop de temps qu’on n’en a pas assez). Bref, Zombie Kidz Evolution sort facilement, l’envie d’ouvrir les enveloppes nous pousse à aller plus loin et le fait de coller des stickers sur l’évolution de nos parties dans le livret de règle est juste impressionnant de génie ! Vraiment !

 

Notre enthousiasme autour de la table devant un si petit jeu et pas cher est aussi élevé qu’un gamin qui découvre tous ses cadeaux de Noël en pied du sapin. Bravo. Un grand bravo pour autant de génie dans une si petite boite. 

On a hâte de voir ce que va faire Scorpion Masqué après ça 🙂

Coup de coeur de MrNeiL : MYSTHEA

Auteurs : Martino Chiacchiera et Marta Ciaccasassi
Illustration : Travis Anderson
Editeur : Tabula Games
2-5 joueurs
90-120 min

Chez Philibert en français à 85 €

Dans Mysthea, devenez un champion d’Ilvash engagé par les guildes du Royaume pour explorer et prendre le contrôle des îles inexplorées flottant sur les champs gravitationnels émis par l’énorme cristal au cœur de la planète. Sur ces îles inconnues, affrontez des bêtes inimaginables, choisissez votre chemin et trouvez un moyen de survivre aux mystères et aux périls d’Icaion, tel est le pitch de Mysthea.

Le jeu est un mélange de gestion de main de cartes et de contrôle de zones, le héros est personnalisé grâce aux plateaux joueurs car des cartes s’y ajoutent, ce qui rend les parties toutes différentes et très asymétriques. Qui contrôle la zone du jeu? Celui qui a le plus de forces en présence, il y en a de 4 types ; les héros (3 pts), les Golems (2 pts), les troupes (1 pt) et les forteresses (2 pts) ainsi que les cartes, présentes sur le plateau joueur, qui peuvent modifier ces valeurs.

Le plateau de jeu est évolutif grâce aux 5 îles présentes dessus. Ce qui signifie que le joueur doit prendre en considération les possibilités de changement constant, ajoutant un nouveau niveau de réflexion stratégique à des mécaniques de contrôle de zone.

Dans Mysthea, les monstres se déplacent quand la carte volcan est résolue ou quand il a attaqué, qu’il a été vaincu ou pas (sauf un monstre qui est retiré du jeu lorsqu’il est battu). Leurs puissance d’attaque ne laisse que très peu de chance lorsqu’ils sont sur une île ou le héros est tout seul. Les joueurs peuvent coopérer pour essayer de les vaincre ou sinon un héros seul doit être accompagné d’une belle horde de soldat à lui. La mécanique de dévoilement des cartes lieux et monstres est plutôt maline. A chaque tour est dévoilé une carte, le tour se termine une fois les 5 types de territoires révélés, puis on résout les cartes une à une.

Ce n’est habituellement pas mon type de jeux, préférant les jeux de gestion, mais il faut avouer que les parties sont bien tendues et plutôt équilibrées grâce aux différents scoring. Même à deux joueurs, la bataille est rude car les points sur les territoires varient à chaque partie. Les illustrations sont très belles, et les figurines plutôt bien réalisées. Une belle découverte qui appelle d’autres parties.

A propos de GeekLette 565 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*