Coups de coeur du mois de Juin 2018

 

Coup de coeur de GeekLette : Small Islands

Mushroom Games revient en force et c’est le cas de le dire avec non seulement un proto à venir dont j’ai eu quelques points de règles (mais dont je ne parlerai pas parce que j’ai tellement aimé que j’ai d’abord envie d’y jouer avant de vous voir vous précipiter mouahahaha) mais aussi avec Small Islands.

Prévu pour Essen, Small Islands est un jeu de pose de tuiles et de « majorités »/ »conquêtes », que vous imaginez déjà trop classique mais non non non … la particularité, enfin les particularités résident dans le fait que :

  • vous ne marquerez des points en fin de manche que sur une carte objectif choisie par vos soins entre trois cartes.
  • vous défausserez une seule carte objectif sur les 3, la seconde carte reste pour la seconde manche, histoire de bien préparer le coup d’après.
  • les îles déjà scorées ne vous serviront plus, il faudra donc réfléchir au moment le plus opportun pour scorer une île qui grossit. Attention, par contre, à ce qu’un adversaire ne relit pas l’île à une île déjà scorée, ça fait couiner quelque peu !

J’ai trouve le jeu graphiquement joli et fonctionnel, mais en plus l’originalité du scoring me plait particulièrement. Des règles simples et une sorte de stop ou encore à la sauce gamer jamais vu (en tous les cas dans ma ludo), un très bon jeu qui sera dans mes attentes Essen de cette année.

Coup de coeur de BDPhilou : Montana

Montana

Un jeu de Rudiger Dorn
Illustré par Klemens Franz et Anthony Wolf
Edité par The White Goblin Games et francisé par La Boite de Jeu
2 à 4 joueurs
14 ans et plus (mais jouable dès 10 ans sans souci)
45 minutes

Comment ça marche :

Ce jeu de Rudiger Dorn retrace l’arrivée des 1ers campements des pionniers américains dans le Montana au milieu du 19ème siècle. Grâce à un cadran équipé d’une flèche, les joueurs vont récupérer des ouvriers. Ceux-ci seront ensuite attribués des tâches de collecte d’argent ou de ressources (Blé, Pierre, Courges, Cuivre, etc.). On peut améliorer ces collectes en ajoutant des ouvriers ou en en dépensant 2 pour en remplacer un seul d’une couleur spécifique. Ensuite, ils vont pouvoir poser leurs campements en forme de tuile sur l’aire de jeu en dépensant les ressources requises. Il est même possible de poser un campement bonus lorsque l’on a réussi à en aligner 4. Dès qu’un joueur pose son dernier campement, on termine le tour de jeu et la partie s’achève. Le joueur qui n’a plus de campement en réserve est déclaré vainqueur. En cas d’égalité, les vaches (qui offres des actions bonus) et les gourdes (offrant un tour gratuit) serviront à départager les joueurs.

Pourquoi c’est bien ?

Montana est typiquement le jeu que j’offrirai à une personne ne connaissant pas les jeux de société modernes. Très simple à prendre en main, le jeu de Rigiger Dorn n’a pas d’autre prétention que de proposer une mécanique fluide pour un temps de partie très raisonnable. Il s’agit d’un jeu de pose d’ouvriers vraiment accessible. De plus, grâce à Anthony Wolf, l’ensemble graphique est vraiment beau (mention spéciale aux plateaux individuels !). Enfin, pour compléter ce tableau, le format de boite relativement petit, renferme un matériel assez pléthorique et les ressources en bois sont toujours très agréables à manipuler. Certes Montana ne réinvente rien mais il le fait bien. Un jeu est à découvrir et sans doute à faire découvrir à des joueurs néophytes.

Jeu disponible chez Philibert à 37,90 €

Coup de coeur de Mr Neil : Pulsar 2849

Auteur(s): Vladimír Suchy
Illustrateur(s): Sören Meding
Editeur(s): Iello

Catégorie: Expert
Age minimum: 14
Nombre de joueurs: de 2 à 4 joueurs

L’an 2849, à la tête de multinationales, les joueurs vont essayer d’étendre leur influence en construisant de larges stations spatiale spatiales aux abords d’un amas d’étoiles riche en pulsars et ils sont prêts à en exploiter les richesses.

La mecanique de Pulsar se base sur les dés. Choisissez vos dés pour explorer l’univers, à chaque tour, lancez un certain nombres de dés, puis chaque joueur en prend un et réalise l’action associée. Les actions possibles, entre autres : visiter des systèmes planétaires non explorés, prendre possession d’un pulsar pour y installer un générateur gyrodine afin d’en récupérer l’énergie, ou encore construire des transmetteurs d’énergie.

Le seul petit hic c’est que vous ne pourrez faire que 2 actions par tour, 3 avec de la chance et de la stratégie, et ah oui, seulement 8 tours pour engranger le plus de points de victoire représentant les performances de chaque société.

Le jeu est une usine à points mais qu’est ce que c’est bon !!!!! La rejouabilité est énorme grâce aux nombreuses tuiles d’objectifs disponibles, aux plateaux projets qui changent à chaque partie (3 tuiles par partie et 12 de disponibles), et notre QG personnel asymetrique et R°V°, autant vous dire qu’avant d’en faire le tour, vous aurez passé quelques heures à explorer la galaxie. Les façons de faire des points de victoire sont multiples, pour avoir fait 4-5 parties en très peu de temps, je peux vous dire que le jeu est très bien équilibré.

Nous avions, avec 3 autres membres de la Team Geeklette (GeekLette, Fionita et Pat) essayé le jeu à Essen, il m’avait paru un peu indigeste car expliqué en anglais par un tchèque, mais il m’avait quand même intrigué, alors la VF arrivant, pif paf dans ma ludothèque et je ne le regrette pas.

Si vous aimez optimiser, calculer, réaliser des objectifs et ceci dans un temps relativement court, la partie à 2 joueurs se joue en 45 min max, et le double à 4, foncez pour tenter de conquérir l’univers et ses pulsars.

Jeu disponible chez Philibert à 42,90 €

Coup de coeur de nj : Penny Papers

Penny papers adventures : le temple d’Apikhabou, jeu de Henri Kermarrec, illustré par Géraud Soulié et quadrillé par Sit down !

Encore un roll and write, c’est vrai, mais ça fonctionne bien en ce moment et j’avoue que je me prête volontiers à l’exercice, entre deux gros jeux de gestion ou à l’apéro.

Celui-ci fait partie d’une trilogie (les autres sont Penny papers adventures : Skull Island et Penny papers adventures : Valley of Wiraqocha), basée sur la même mécanique mais avec des niveaux de difficultés différents. Comme c’était notre 10ème jeu de la journée à PEL, nous avons choisi le plus facile (et aussi parce que nous avions l’adorable fille de Mr Neil, Coline, avec nous).

Chaque joueur reçoit une grille (il en existe 2 modèles par boîte) représentant un temple sur laquelle il y a des cases blanches et des portes.

Le joueur actif lance les 3 dés pour tout le monde. Si aucune face spéciale n’apparait, chacun inscrire dans une case vide au choix :

  • la somme des 3 dés
  • la somme de 2 dés
  • le résultat d’un seul dé

Si une clef apparaît sur un dé, les joueurs devront inscrire le chiffre sur une porte.

Si Penny Papers apparaît sur un dé, chaque joueur peut inscrire un chiffre de 1 à 15 sur une case vide.

Si une momie apparaît sur un dé, c’est le drame !

Tous les joueurs mettent alors toutes les fiches au centre de la table et en récupèrent une au hasard. Ils doivent ensuite dessiner une momie (comme ils peuvent, s’ils sont aussi nuls que moi en dessin) dans une case blanche et rendre la grille à son propriétaire. Toutes les momies valent -2 points en fin de partie. MAIS il y a une méthode pour annuler l’effet d’une momie : il faut placer un 9 dans une case adjacente. Une momie vaincue rapporte même 2 points.

Une fois toutes les cases blanches complétées, le jeu prend fin et on procède au comptage des points :

  • 1 point par case de la plus longue série ininterrompue
  • 3 points par groupe d’au moins 3 chiffres identiques adjacents
  • comptage des + et – des momies

Le côté « Sudoku » du jeu est très plaisant, ainsi que l’interaction, qui est rarement présente dans les roll and write. On peut vraiment pourrir la stratégie de l’adversaire en plaçant des momies au milieu d’une suite par exemple, sachant que comme l’adjacence s’entend aussi par le coin, on peut s’en sortir. Les clefs permettront, si par chance elles tombent, d’activer les portes et se désembourber.

Le jeu a un prix très raisonnable (13.5€) et sortira vraiment facilement.

Coup de coeur Lian’ : Dragon Castle

De 2 à 4 joueurs, 8 ans et plus, parties de 30 minutes environ.
Auteurs : Lorenzo Silva, Hjalmar Hach & Luca Ricci, Illustrateur : Cinyee Chiu, Editeur : Edge (pour la France)

Dragon Castle est un jeu de tuiles basé sur les principes du Mahjong, dans lequel les joueurs vont récupérer des tuiles sur le plateau principal, la Forteresse du Dragon, afin de reconstruire un édifice sur leur plateau personnel. Il s’agit donc d’un jeu à la fois de déconstruction et de construction, où la prise de points va se faire lorsque vous allez poser les tuiles récupérées sur votre plateau. Les règles sont rapidement expliquées : à votre tour, vous allez devoir faire une action parmi trois disponibles (soit récupérer une tuile du dernier étage ainsi qu’une autre identique et disponible sur le reste du plateau, soit récupérer une tuile du dernier étage ainsi qu’un sanctuaire,  soit défausser une tuile du dernier étage afin de gagner un point de victoire).
Une fois votre action effectuée, vous allez devoir placer la/les tuiles récupérées sur votre plateau. Vous ne pouvez les placer que sur un espace libre, ou sur une tuile face cachée. Et c’est la que le jeu prend toute sa saveur ! Lorsque vous placez vos tuiles, si au moins 4 tuiles de la même famille sont adjacentes, vous allez les consolider, c’est à dire les retourner face cachée, et gagner un nombre de points proportionnel au nombre de tuile retournées ! Vous pouvez aussi à ce moment là placer un sanctuaire sur une tuile retournée pour gagner des points en fin de partie !
On est donc en face d’un jeu à la fois classique (car basé sur le Mahjong), mais aussi très novateur et prenant. La mécanique de prise et de pose des tuiles nous force à avoir une certaine vision dans l’espace ainsi qu’à prendre quelques risques lorsqu’on les place sur notre plateau. Les parties sont en plus très courtes, et on  a qu’une envie, c’est de les enchaîner tellement le jeu est agréable à prendre en main. Ajoutez à cela une très belle direction artistique qui, pour un jeu complètement abstrait, est du plus bel effet, ainsi qu’une énorme rejouabilité (objectifs communs, pouvoir spéciaux, forme de la forteresse initiale, ..), et vous avez en face de vous un must have des jeux de placement de tuiles ! A essayer d’urgence !!!
Disponible chez Philibert à 44,90 € 

 

Coup de coeur de Gégé : Cubirds

je ne sais pas trop quoi rajouter à l’article déjà publié par GeekLette. L’originalité de ce jeu tient à deux choses : la mécanique et les illustrations cubiques. Tout est innovant. Un poil stratégique & calculatoire on arrive quand même à rire quand on prend des cartes intéressantes pour l’adversaire 🙂 Il se joue aussi très bien quelle que soit le nombre de joueurs. A recommander donc, surtout pour un si petit prix (13,50€) toujours chez Philibert.

A propos de GeekLette 543 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*