Coup de coeur du mois de Mai 2018

La rubrique mensuelle continue pour le mois de Mai 🙂

Coup de coeur de GeekLette : Roll Player

Roll Player vous propose une variante de Sagrada dans l’univers Donjons et Dragons ! je dois admettre que c’est carrément réussi. L’objectif dans Sagrada était de créer un vitrail en fonction des couleurs et des chiffres imposés à certains endroits. Ici, dans Roll Player, vous placez des dés pour faire évoluer votre personnage.

Un dé se trouve sur des cartes initiatives numérotées de 1 à N. Vous choisirez votre dé en fonction de sa couleur et de son chiffre (comme à Sagrada) pour le placer sur votre plateau personnage. Vous poserez votre dé en fonction :

  • des attributs de votre personnage et le score que l’on doit atteindre pour valider les attributs (l’addition des dés donnent le score).
  • de la classe de votre personnage
  • de sa profession
  • de son histoire
  • de son humeur

Sans oublier aussi les cartes « marché » que vous achèterez (de l’équipement pour votre personnage, de la compétence etc). Et vous achèterez ses cartes à chaque manche en fonction de votre tour de jeu et c’est la carte sur laquelle vous avez choisi le dé qui déterminera qui achète en premier… gros dilemme donc dans le choix du dé : est ce que je prends le dé pour acheter en 1er la carte qu’il me manque même si le dé me plait ou inversement ?

J’ai longuement hésité sur le KS lorsque l’extension y a été proposée. Le prix me rebutait sincèrement. Mais comme j’adore Sagrada et que je voulais un jeu un peu plus gamer mais dans le même type, j’ai fini par sauter sur l’occasion quand Philibert a proposé le jeu de base + l’extension.

On a vraiment adoré ! C’est assez immersif car le thème est très bien exploité. On adore mettre un dé en fonction de plein de variables et de possibilités. Lorsque vous posez un dé, vous exécutez l’action de la ligne sur laquelle vous venez de le poser et c’est là toute l’essence du jeu, est ce que j’échange deux dés, est ce que je rajoute 1 à l’un de mes dés, etc. C’est à s’y perdre et justement ça rend le jeu beaucoup plus subtile que Sagrada. Il ne fait donc pas doublon avec ce dernier puisqu’il cible plutôt les gamers. Je vais le tenter en famille (après avoir traduit toutes les cartes marché) pour voir mais des couleurs trop sombres et trop de choses à penser pourraient bien rebuter ma moitié (qui aime Sagrada pour son côté hyper coloré et simple). Ceci dit, entre gamers, c’est TRES SYMPA !!! On a hâte de tester l’extension car dans le jeu de base, vous faites évoluer votre personnage et en fin de partie, ses caractéristiques vous feront gagner des points. Mais dans l’extension, votre personnage a pour but d’aller combattre un monstre et ses minions ! Trop bien trouvé !!! (bon le jeu n’est plus disponible mais j’imagine que Philibert fera d’autres commandes auprès du distributeur vu que les boites sont parties comme des petits pains malgré le prix).

Coup de coeur de TruffeAuVent : Huns

de Fneup édité par la boite de jeu , 2 à 4 joueurs.
Un vrai coup de coeur pour ce jeu rapide, addictif et nerveux !
Les règles s’expliquent en 3 phrases. Le but est d’être le plus vaillant pour prétendre remplacer le grand Khan pas très en forme. Il y a 5 types de richesses distinctes, chaque type est également associé à des cartes de la même couleur. A un tour de jeu,  vous allez pouvoir soit piller des richesses pour remplir vos chariots, soit prendre les cartes de la couleur associée. A la fin de la partie, on compte les PV acquis grâce aux chariots remplis et certaines cartes récupérées. Point !
Les cartes ont divers effets selon leur couleur : vous avez des cartes qui auront un bonus à jouer une fois, des pouvoirs activables une fois par tour, des bonificateurs de PV, … Mais aussi des très vilaines cartes appelées « Fléau » que vous pourrez affecté à un adversaire… et là, ça peut être vraiment retord et méchant. L’adversaire pourra alors soit fuir le fléau (mais avoir 1PV de pénalité), soit le subir et l’affronter en sacrifiant des richesses pour l’anéantir.
Les parties durent une vingtaine de minutes et c’est le jeu réclamé par mon fils pour me mettre minable…
C’est tendu et nerveux dès les premières actions avec les effets des cartes qui nous mettent de suite dans le bain (de sang…). Je le joue pour l’instant à 2 et c’est vraiment un coup pour un coup. Et quel bonheur de découvrir les cartes pour faire des saloperies à ses adversaires…

Coup de coeur de MrNeil : Projet Gaia

Auteurs: Helge Ostertag, Jens Drögemüller
Illustrateur: Dennis Lohausen
Editeur: Edge Entertainment
1 à 4 joueurs de 14 ans et +
76,50 € chez Philibert

Projet Gaia est un Terra Mystica like, les mécaniques sont semblables, les icônes sont les mêmes à quelques exceptions près mais le thème si situe dans l’espace, un Space Opéra en somme.

Si vous aimez le hasard, jeter des dés, ou tout ce qui touche à la chance, passez votre chemin, fuyez pauvres fous (Coucou les geeks).

Chaque joueur incarne l’une des nombreuses espèces (14) voulant coloniser la galaxie en s’implantant sur les différentes planètes et en les terraformant. Vous pouvez  construire, améliorer vos bâtiments de différentes façons, faire du « commerce » avec vos voisins et ainsi gagner des ressources et d‘autres avantages utiles par la suite.

Progressez dans six domaines de recherche différents afin d’accélérer vos capacités et être plus rapide que vos adversaires.

Chaque faction dispose de sa propre fiche, de capacités spécifiques qui vont définir votre stratégie à court ou moyen terme.

Lors de la mise en place, un bonus de fin de tour (tiré au hasard parmi une dizaine de tuiles) est disposé sur un plateau, il y aura 6 tours en tout et pour tout. Il y aura 2 bonus de fin de partie (tiré aussi parmi 6 tuiles) qui sont visibles. De ce fait, chaque partie sera différente de la précédente, vous offrant une expérience de jeu sans cesse renouvelée et un plaisir inégalé.

Le jeu ne se contente pas de re-thematiser Terra Mystica, il le sublime, en rajoutant une ressource, le C.I.Q, en apportant encore plus de rejouabilité, grâce aussi à un plateau modulable. A 2 joueurs (configuration dans laquelle je joue le plus) le jeu est aussi très tendu, plus que Terra Mystica.

Si je devais trouver un point négatif ce serai les bâtiments en plastique plutôt qu’en bois.

Bref un must-have pour ma part.

Coup de coeur de Lian’: Myrmes

De 2 à 4 joueurs (variante solo disponible), 13 ans et plus, parties de 1 à 2 heures.
Auteur : Yoann Levet, Illustrateur : Arnaud Demaegd, Editeur : Ystari
Myrmes est un petit classique parmi les jeux de gestion, dans lequel vous incarnez une colonie de fourmis (rien que ça !), dont le but sera de prospérer et de survivre aux rigueurs de l’hiver durant trois années. Pour se faire, vous allez gérer votre fourmilière, faire naître différents types de fourmis, et les envoyer au travailler dans le jardin ou la colonie.
Les règles du jeux sont assez accessibles malgré la profondeur du titre : à chaque saison, un lancé de dé va déclencher un bonus ; chaque joueur va ensuite utiliser les nourrices sur son plateau pour faire naître différents types de fourmis, puis ensuite, chacun leur tour, les joueurs vont utiliser les ouvrières pour explorer le jardin, chasser des insectes, ou déposer des phéromones afin de pouvoir, à la fin du tour, récolter diverses ressources. Vous pourrez aussi améliorer la capacité de votre colonie, creuser de nouveaux tunnels pour déployer efficacement vos ouvrières dans le jardin, ou encore valider des objectifs publics afin d’accumuler plus de points.
Myrmes est pour moi un vrai coup de cœur en retard, rétroactif pourra-t-on dire. C’est en effet un des premiers jeux que j’ai acheté quand j’ai vraiment commencé dans le ludisme. Et comme vous vous en doutez, la profondeur du jeu, et sa complexité dans l’optimisation, m’avaient, à l’époque en tout cas, complètement découragé ! L’ironie du sort est que Myrmes est maintenant devenu un must have pour ces mêmes raisons. C’est un jeu délicieusement complexe, où la courbe de progression entre chaque partie est exponentielle : on a envie de le ressortir de suite afin d’essayer de nouvelles stratégies ! Il y a quelque chose de grisant à essayer d’optimiser au possible la gestion de notre colonie, tout en gardant un œil sur le jardin, ou les adversaires évoluent au même titre que nous. L’interaction entre joueurs est d’ailleurs bien sûr indirecte, mais assez frontale au niveau du jardin, ou chaque fourmis se bas pour les quelques ressources et insectes disponibles ! Bref, un jeu pour experts, à ne pas mettre entre toutes les mains, mais qui fait des ravages chez les amateurs du genre.

Coup de coeur de NJ : Chateau Roquefort

De 2 à 4 joueurs, 6 ans et plus, parties de 30 minutes.

Trouver un jeu vraiment fun pour les enfants et les adultes, c’est pas si facile. Château Roquefort remplit le contrat allègrement et devrait figurer dans toutes les ludothèques familiales.

Le pitch est simple : des souris dans les combles d’un château doivent récupérer des bouts de fromage, 4 différents, pour stopper la partie et gagner. La boîte de jeu, magnifique, constitue le château avec des pierres, des toits, des tours et des douves. Pour récupérer un bout de fromage, 2 souris du même joueur doivent être placées simultanément sur les icônes correspondantes.

A chaque tour, 4 actions parmi 3 possibles : soulever un morceau de toit adjacent à sa souris (indispensable pour avancer), déplacer sa souris d’une case, décaler les tuiles d’une rangée avec la tuile excédentaire comme à Labyrinthe (une seule fois par tour). On replace le morceau de toit si aucune souris ne l’empêche.

C’est simple, efficace, ça fait appel à la mémoire, à la tactique et à nos plus bas instincts. Il y a une forte interaction puisqu’on peut faire tomber la souris des autres dans une douve (elle est définitivement perdue), se servir d’une icône découverte par un autre joueur pour faire un doublé ou déplacer une rangée pour le retarder. Comme c’est une course, la tension est là, ainsi que l’ambiance. Un très bon moment !

Le jeu est facilement explicable, la durée de la partie oscille entre 20 et 30 minutes.

Le matériel est superbe, le seul souci c’est le rangement car pour bien fermer la boîte et la transporter c’est tout un art.

Jeu trouvable souvent sous son nom allemand, Burg Appenzel, plutôt d’occasion en France.

Coup de coeur de Gégé : Ex Libris

Ca fait 2 fois que Ex Libris se retrouve dans les coups de coeur mensuels. Mr Neil l’avait déjà mentionné le mois dernier.

Faut croire qu’on a des bibliothécaires parmi les chroniqueurs, où en tous les cas des lecteurs assidus.

Ex Libris a ce côté collection, placement, gestion des cartes livres qui ne laisse pas indifférent.  La thématique est très bien exploitée, ce qui rend le jeu particulièrement attrayant. Pour une durée de partie plus que raisonnable, il est agréable de se creuser un peu la tête pour que chaque carte posée dans sa bibliothèque réponde à un maximum d’objectifs. C’est ce côté « combo » qu’on apprécie particulièrement.

On a eu l’occasion de n’y jouer que 2 fois et on espère le ressortir très vite, ce qui est signe de bonne durée de vie.

Coup de coeur de Cilou : Santorini

De 2 à 4 joueurs (je le conseille vraiment à 2 !), à partir de 8 ans, 30 min

Auteur : Gordon Hamilton, Illustrateurs : David Forest, Lina Cossette, Editeur : Spin Master

Santorini, beaucoup en ont parlé suite à la réception de leurs KS , faut dire il y a eu plus de 7 000 contributeurs! Il a fait un petit buzz et donnait même lieu à pas mal de spéculations dans la revente des boites ! (Ce temps est désormais révolu puisque Philibert tente d’avoir un peu de stock à un prix tout à fait raisonnable. Le jeu est cependant actuellement en rupture, c’est dire son succès).

Comme souvent quand tout le monde dit qu’un jeu est bien, j’ai été méfiante et ne m’y suis pas vraiment intéressée !

Jusqu’à ce qu’un jour en fin de soirée, on me propose une petite partie rapide et là surprise !

En plus du matos sublime il faut le dire, je me suis retrouvée à faire un jeu malin et subtile !

La règle tient en quelques mots : A son tour, on déplace un de ses bonhommes d’une case et on place une pièce de bâtiment sur un espace adjacent ! On peut monter sur les bâtiments mais seulement quand il y a un différentiel de 1 étage max entre son bonhomme et le bâtiment ! Le but est d’être le 1er à avoir un bonhomme au 3e niveau !

Et voilà vous savez tout !

C’est simple mais il faut bien réfléchir à son action car toute erreur nous fera rapidement perdre ! Il faut bien surveiller l’adversaire tout en essayant de gravir les étages lentement mais surement !

Pour ce que j’ai testé il plait beaucoup aux joueurs qui le trouvent fin et subtile mais aussi aux non joueurs (j’y ai fait jouer mes parents et des amis sans soucis !)

Ajoutez à ça quelques cartes pouvoir si vous voulez la jouer plus fun et vous avez un jeu super qui plaira à tous ; ce qui est déjà une grande victoire !

Pour ma part j’y joue quasi exclusivement à 2 et sans pouvoir car je n’aime pas trop l’effet « tempête sur l’échiquier » des cartes mais mon fils lui adore jouer avec les pouvoirs avec ses copains !

15 parties jouées de mon côté (sans compter celles de mon fils sans moi) dont 5 sur la même soirée (oui c’est addictif) il méritait bien son petit coup de cœur lui aussi …

On se quitte avec une photo prise par Gégé qu’on a fini par mettre sous cadre dans le salon 🙂

A propos de GeekLette 528 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

1 Comment

1 Trackback / Pingback

  1. Les jeux du mois de Mai 2018 - GeekLette

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*