Mythic Battles Pantheon

Article écrit par @BDPhilou

Mythic Battles Pantheon
Un jeu Benoit Vogt
Illustré par Georges Clarenko, David Demaret, Viktor Dragosani, Vincent Dutrait etc…
Coédité par : Monolith et Mythic Games
2 à 4 joueurs
45 à 90 minutes (suivant le scénario choisit)

Nom de Zeus !

Voir son facteur sonner à sa porte tout en tenant vigoureusement avec l’autre bras un carton surdimensionné, ça n’a pas de prix pour un joueur comme moi. C’est donc avec un sourire jusqu’aux oreilles que j’ai accueilli ce cher Monsieur avec une surprise de taille pour moi : Il s’agissait de mon plèdge de Mythic Battles Pantheon que je n’attendais pas aussi tôt ! Pensez donc : Plus d’un mois d’avance sur la date annoncée à l’origine. Du jamais vu pour moi. Nul doute que les mésaventures de production de Conan ont permis de ne pas réitérer les mêmes problèmes et – surtout- de mieux coordonner le casse-tête infernal que doit être la fabrication et l’expédition d’un tel jeu. Car, comme pour Conan, les p’tits gars de Monolith, accompagnés cette fois de l’équipe de Mythic Games, n’ont pu s’empêcher de mettre les petits plats dans les grands… les très très très grands même. Car du matos et de la figurine, il y en a profusion ! Et quel matos! Quelles figurines ! Du grand art ! Tout -de l’illustration des cartes, à la maquette des différents livrets de règles, en passant par la lisibilité des 4 plateaux de jeu et surtout à la finition hallucinante des figurines- respire le travail fait avec passion. Une passion qui est très vite communicative une fois les 2 grosses boites ouvertes, il faut bien l’avouer.

Athéna n’est pas qu’une marque de slip !

Grâce à Mythic Battles Pantheon, on peut réviser la mythologie grecque très facilement puisque chaque figurine représente un D.ieu, un Héros ou une troupe qui est en rapport avec ces croyances. L’auteur a donc veillé à ce que chaque unité ait un ensemble de pouvoirs liés à son histoire. Ainsi, par exemple, Hadès, le D.ieu des morts, voit son niveau de vie remonter automatiquement dés qu’une unité meure. Il existe plusieurs modes de jeux mais le principal est bien évidement l’escarmouche. Les joueurs vont s’affronter sur l’une des 4 « maps » disponibles. Chacune d’elles offre des terrains plus ou moins dangereux et offrant des avantages ou des malus en attaque ou en défense par exemple. Dans ce mode, les joueurs gagneront soit en tuant l’un des autres D.ieux adverse, soit en absorbant 4 « Amphalos » disséminés un peu partout sur l’aire de jeu.

L’art de la guerre

Durant son tour, le joueur actif va utiliser son propre deck de cartes composé d’illustrations des différents D.ieux, Héros et troupes constituant son armée. A cela s’ajoute un certain nombre de précieuses cartes « Art de la Guerre ». Celles-ci permettront d’ajouter de la « souplesse » à son jeu en donnant des actions supplémentaires. Le joueur va donc poser la carte d’une de ses unités et l’activer immédiatement. Pour certaines d’entre elles, il sera possible d’améliorer leur performance en les couplant avec des cartes « Art de la Guerre ». Le joueur peut soit :

  • Réaliser 2 actions simples : se déplacer, attaquer et/ou prendre un Amphalos. Il est cependant interdit d’attaquer PUIS de se déplacer.
  • Réaliser une seule action complexe : Mettre une unité en jeu, se déplacer d’une zone de plus qu’autoriser normalement ou absorber un Amphalos (cette dernière possibilité n’est accessible que pour les D.ieux).

Après avoir activé sa 1ère unité, le joueur peut en utiliser une 2de en se défaussant de la carte associée puis d’une carte « Art de la Guerre ».

Chaque unité a ses propres caractéristiques d’attaque, de défense, de déplacement, de portée d’attaque et de pouvoirs spéciaux. Lors d’un combat, le joueur lance un nombre de dés égal à son niveau d’attaque actuel (celui-ci varie pour les D.ieux et les Héros au fur et à mesure qu’il encaisse des blessures). La particularité du système de combat de Mythic Battles Pantheon est que chaque attaque se déroule en 2 jets de dés (appelés « Assaut ») :

  • Le joueur lance une 1ère fois autant de dès qu’autorisé par son unité. Ceux-ci sont numérotés de 0 à 5. Ensuite, il retire du jeu tous les dès de valeur nulle. Puis il conserve tous les dés de valeur « 5 ». Enfin, il prend les dés de valeurs intermédiaires et tente de monter leur valeur à « 5 ». Pour cela, il écarte autant de dés qu’il le souhaite pour augmenter de 1 la valeur d’un des ces dés. Par exemple, si un joueur obtient à son 1er jet de : 3, 2 et 2, il peut conserver son 3 puis défausser ses 2 autres dés (qu’importe leur valeur si elle n’est pas égale à 0) pour l’augmenter de 2. Le 3 devient donc un 5.
  • Le 2ème lancé ne concernera que les dés de valeur 5 obtenus au 1er On ajoute à chaque 5 sa valeur du 2ème jet. Par exemple, si au 1er lancer un joueur à réussi à obtenir 3 dés de valeur 5, il relance ces 3 dés. S’il obtient 0, 2 et 4, la valeur finale de chacune de ses attaques est de 5+0 = 5 / 5+2 =7 et 5+4 =9. Si dans cet exemple l’ennemi a une défense de 7, le joueur réaliser donc 2 blessures.

 

Evidemment tout ceci peut être chamboulé du fait des différents pouvoirs de chaque unité.

L’Olympe (les plus) :

  • Un travail d’édition FABULEUX : Matériel pléthorique, soigné et vraiment beau !
  • Des figurines ultra-détaillées à tomber par terre.
  • Des illustrations magnifiques.
  • Des règles globalement simples et fort bien rédigées.
  • Des aides de jeux synthétiques et claires.
  • Des parties étonnamment courtes (environ 50 minutes).
  • Un système de combat déroutant au début mais finalement plus subtile qu’il n’y parait.
  • Des pouvoirs adaptés à chaque unité et parfaitement en accord avec leur « histoire ».
  • Ultra complet : Mode escarmouche, Mode coopératif, Mode solo et Mode scénario !
  • La Pandora’s Box pour les heureux plédgeurs regorge de figurines plus belles les unes que les autres MAIS SURTOUT dont on se servira réellement pour nos futures parties.
  • Le rapport Matos / Rejouabilité / Prix imbattable pour la boite de base + Pandora’s Box pour les plédgeurs.
  • L’intégralité du matériel est en Français ET en Anglais.
  • J’ai reçu mon plédge vraiment EN AVANCE !! Je ne savais même pas que c’était possible 😉

Les Enfers (Les Moins) :

  • Beaucoup de pouvoirs à assimiler.
  • Assez délicat à appréhender au début notamment pour les novices.
  • Pour chipoter, les rochers en cartons présents dans la boite sont difficiles à monter.

Tout l’Olympe dans une GROSSE boite !

A moins d’être totalement hermétique à l’univers et/ou aux jeux à base d’affrontement à coup de jets de dés, il est difficile de trouver quoi que soit de négatif sur ce superbe jeu. Au-delà du travail d’édition absolument remarquable, le jeu offre une grande rejouabilité grâce à la diversité de ses armées et de ses modes. Plutôt agréable dans ses 1ères parties, le jeu entre dans une autre dimension ludique une fois les pouvoirs de chaque unité bien assimilés par tous les joueurs. De plus, l’éditeur a visiblement cherché à rendre son jeu le plus accessible possible en proposant un scénario d’initiation pour 2 joueurs se jouant en 20 minutes. Pour ceux qui auraient encore du mal à s’imprégner de la mécanique, des scénarii en coopération sont proposés : idéal pour débuter dans un jeu sans se prendre la tête. A cela s’ajoute le fait que chaque mode de jeu est réellement intéressant même si vous aurez très probablement votre préféré. Bref, vous l’aurez compris, avec plus d’une 20taine de parties jouées en 1 semaine, Mythic Battles Panthéon et mon GROS coup de cœur Améritrash de cette fin d’année (juste devant le DOOM qui est plus accessible). Si vous aimez ce type de jeu et que vous n’avez pas peur d’assimiler tous les pouvoirs disponibles pour chaque unité, jeter vous sur cette superbe boite tel Zeus jetant ses éclairs sur la surface du globe !

A propos de GeekLette 547 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

4 Comments

  1. Exact! Ce que j’apprécie vraiment c’est que la boite Pandora propose vraiment des figurines intéressantes qui renouvelle le jeu et non simplement dans kilos de plastique. 🙂

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*