Nintendo Switch : Manette en main

 

▻▻▻ Article de BDPhilou

Nintendo Switch : 299 euros

2 à 8 joueurs en local.

3 à 6 heures d’autonomie.

Editeur : Nintendo

 

OK, je suis un « Fan boy » mais…

Elle est là : la Switch, nouvelle console de jeux de Nintendo, l’un des doyens du secteur. Mon article a pour but de vous éclairer sur cette nouvelle machine et de vous donner mon avis de joueurs sur les 1ers jeux. L’ensemble du matériel testé a été acheté par mes soins ou offert à l’occasion de mon anniversaire (quelle chance d’être né un 2 mars 😉 ). L’article qui suit est donc celui d’un joueur passionné, certes, mais également d’un consommateur lambda. Avant de vous parler de la Switch, commençons par le commencement…

Il était une fois la Wii U…

Il y a 4 ans environ, Nintendo régnait en maître sur le marché très lucratif des consoles de jeu. La Wii tirait sa révérence avec des chiffres de ventes astronomiques pour le secteur : Plus de 100 millions de consoles vendues. Un véritable raz de marée ! Forte de ce succès, la firme de Mario propose alors une toute nouvelle console révolutionnaire : La Wii U. Celle-ci propose un look extrêmement proche de la Wii et y ajoute un « gamepad », sorte de manette grand format avec un écran interactif. Mais, une communication pour moins hasardeuse et des sorties de jeux bien trop sporadiques feront de cette machine l’un des pires échecs historiques de Nintendo. Pour preuve, en 4 années d’exploitation, la Wii U ne s’est écoulée qu’à 13 Millions d’exemplaires… La bérézina pour la firme de Kyoto. Pour rappel, la DreamCast, console légendaire de Sega ne s’était vendue qu’à 2 millions d’exemplaires de moins et avait obligé la société à fuir le marché de la production de consoles désormais trusté par Sony et Microsoft.

La Wii U est morte, Vive la Switch !

La Switch est donc arrivée sur les étals des magasins ce vendredi 3 mars 2017. Mais de quoi s’agit-il ? Nintendo présente sa dernière invention comme une console de salon transportable sur support cartouche. La console est divisée en 3 parties distinctes : Un écran HD, 2 Joy-Con (des manettes détachables) et un dock.

Console Portable : En assemblant les Joy-Con de part et d’autre de l’écran, la console devient portable et affiche une qualité d’image jamais vue pour une machine de ce type. Les vilains pixels de la 3DS sont bien loin et la prise en main s’avère des plus agréables. Le design global est d’ailleurs assez sobre… bien loin de l’image enfantine à laquelle Nintendo nous a habitué. La console n’est pas spécialement lourde pour des mains adultes mais pour des enfants, cela reste à vérifier sur la durée. Personnellement, j’ai dû faire tomber une dizaine de fois le GamePad de la Wii U par terre. Increvable, il est toujours intact ! Pour le besoin de ce test, je ne suis pas allé jusqu’à faire tomber ma Switch mais cependant, j’ai l’impression que l’ensemble est nettement plus fragile.

Console de Salon : Si l’on détache les Joy Con et que l’on pose l’écran dans son dock, c’est votre téléviseur qui prendra la relève, exactement comme une console de salon classique. Chaque Joy Con étant utilisable séparément, vous pourrez donc, dès l’achat de votre console, jouer à 2.

Les Joy Con et autres considérations matérielles.

Au niveau des surprises discutables, se trouvent les périphériques de la Switch. Les fameux Joy Con, une fois assemblés, forment une manette relativement agréable à prendre en main même si on est très loin du confort de la manette de la Xbox One par exemple. Mais une fois séparées, on obtient 2 manettes riquiquies pouvant clairement poser des problèmes de précision si vous avez, comme moi, des grosses paluches. Sans compter que si vous souhaitez vous offrir une 2ème paire de Joy Con, il faudra débourser environ 80 € ! Un vrai gouffre pour un confort de prise en main aussi discutable. Bien évidemment, vous pourrez faire l’acquisition d’une manette pro (non incluse dans la boite de base), pour une prise en main optimum. Là encore, il ne faudra pas avoir d’oursin dans les poches car votre portemonnaie devra se soulager de 70 euros ! A titre personnel, je ne trouve pas que le prix de la machine soit élevé : pour 300 euros on a une console de salon équivalant à peu près à une PS3 et une console portable à l’affichage et au look chatouillant… Mais le prix des accessoires gâche en grande partie la fête.

Et les jeux dans tout ça ?

Si l’on sait qu’un nouveau Mario est prévu pour Noël prochain –et qu’il s’annonce fantastique- qu’en est-il des jeux du lancement ? Personnellement, j’en ai retenu 3. Les plus attendus : Super Bomber Man R / 1, 2, Switch / et bien évidement Zelda, Breath of the Wild.

Super BomberMan R : Comme l’indique fièrement un macaron sur la jaquette du jeu : BomberMan a déjà 33 ans ! Nous avons donc affaire a un glorieux papy du jeu vidéo. Ce qui est excitant et désolant à la fois, c’est que cette version 2017 présente exactement les mêmes qualités et les mêmes défauts que ces illustres versions antérieures. En gros, le mode histoire en solo ou en duo est vite ennuyeux. A l’inverse, le multijoueurs –jouable à 8 (!!!!) sur une même console- est une bombe (humour !) ludique absolue ! Vous devez éliminer vos adversaires en plaçant des bombes sur leur parcours. Si vous êtes éliminé, vous apparaissez alors autour de l’aire de jeu principale et vous pouvez toujours tenter de prendre la place d’un joueur encore actif en arrivant à le faire exploser. Le gagnant est le seul joueur encore vivant en fin de manche. C’est simple, c’est super efficace (surtout à partir de 4 joueurs), c’est déjanté ! J’adore !… mais 45 euros pour un jeu dont seul le multijoueur –archi joué depuis 33 ans- vaut le coût, c’est bien trop cher. Sans compter le coût financier démesuré si vous souhaitez avoir 8 Joy Con chez vous.

1, 2, Switch : Le jeu referme 28 mini jeux sensés démontrer les capacités des fameux Joy Con. Ceux-ci sont, en effet, équipés de vibrations « HD » révolutionnaires. Du propre aveu des pontes de Nintendo, 1, 2, Switch est l’expérience ludique qu’ils souhaitent voir le plus pratiqué par le public afin que les gens comprennent toutes les possibilités qu’offre la Switch. Et bien, mon avis est clairement opposé. En effet, 1, 2, Switch est présenté comme un jeu d’ambiance. Or, précisément, il n’est pas –mais alors pas du tout- amusant ! N’importe quel « Mario Party » ou « Wario Ware » fait mieux. Evidemment, il y a le duel de cowboys où l’activité vous invitant à deviner le nombre billes « virtuelles » coincées dans votre manette. Oui, c’est sympa… un quart d’heure mais pas plus ! Et surtout, on n’a aucune envie d’y revenir. Vendu 45 euros, ce jeu devrait se retrouver sans mal dans les bacs à occasion très rapidement. Personnellement, au-delà de 15 euros, je vous le déconseille.

Zelda, Breath of The Wild : Après la douche froide que représente 1, 2, Switch, Nintendo nous propose un jeu grandiose. Un Chef d’œuvre ! Une œuvre vidéo ludique majeure ! Ce Zelda a tout l’air d’être le meilleur depuis « Ocarina of Time », l’épisode mythique sortie sur Nintendo 64 en 1998 et jamais égalé. Ici, Nintendo prend tous les risques, casse tous les moules (et non les vases 😉 ) qui font que les derniers épisodes sorties étaient devenus un peu trop « pépères ». Le jeu est plus « âpre », l’univers est enchanteur mais adulte, le monde ouvert est vertigineux et l’histoire vous prend très vite aux trippes. Ce Zelda a tout du jeu de l’année… et pourtant nous ne sommes qu’en mars. Pour faire un comparatif rapide avec ce qui se fait chez les concurrents, l’excellent Horizon, Zero Dawn qui vient de sortir du PS4 est vraiment magnifique, réussi et prenant… mais il manque un peu de magie, d’originalité et de lyrisme. Clairement, Zelda, Breath Of The Wild propose une aventure épique que l’on veut poursuivre absolument devant son écran de télévision ou dans le métro. Si vous possédez une Switch, vous devez avoir Zelda. 

Mon bilan de la Switch 

Les + :

  • Une console de salon + une console portable pour 300 euros.
  • Une détection de mouvement meilleure que sur les anciennes consoles.
  • Un design réussi.
  • Une prise en main réussie en mode portable et correcte en mode salon (avec les Joy Con).
  • Une manette pro d’excellente facture (mais non incluse dans la boite de base).
  • Un superbe écran HD.
  • Un menu très réactif et intuitif.
  • Zelda, Zelda, Zelda, Zelda, etc.

 

Les – :

  • Manette vraiment petite pour les adultes lorsque l’on joue à Bomberman par exemple avec un seul Joy Con.
  • Une autonomie que certains trouverons trop juste (environ 3 heures sur Zelda et jusqu’à 6 heures pour d’autres jeux moins « gourmand »).
  • Techniquement en retrait par rapport à une PS4 ou une Xbox One.
  • Aucune rétrocompatibilité (support cartouche et non Blu-Ray).
  • Pas de multimédias (lecture de blu-ray, écouter un CD)… même si ce n’est plus très important de nos jours avec les offres de streaming.
  • Quelques ralentissements dans Zelda !
  • Des accessoires vraiment trop chers.

 

Pour moi, la Switch est une console « transportable » bien plus qu’une console de salon. Globalement très bien pensée, elle gomme quasiment tous défauts de la Wii U en proposant un objet très classe mais donne également une impression (justifiée ?) de fragilité une fois en main en mode portable. Je la recommande pour l’instant uniquement si vous souhaitez jouer à Zelda. Tout autre jeu est bien inutile ou déjà joué depuis un moment. Pour info, Zelda est également disponible sur Wii U (et au même prix) si vous ne souhaitez pas acquérir une Switch. La console ne m’a pas impressionné techniquement mais elle offre réellement un confort de jeu inégalé en mode portable. Un très bel objet, auquel je prévois un bel avenir si Nintendo continue à l’alimenter en très bons jeux.

A propos de GeekLette 528 Articles
Pipelette & Geek à temps plein

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*